Test : Obscure

Obscure - PC

Genre : Survival Horror

Date de sortie : Septembre 2004

Genre
Survival Horror
Date de sortie
Septembre 2004 - France
Développé par
Hydravision
Edité par
MC2 France
Disponible sur
PC, PS2, Xbox

Qui pensait qu'un petit studio français se lançant dans le jeu vidéo réussirait à mettre son grain de sel dans le monde des survival-horror et à marquer le public en renouvelant le genre ? Personne, et c'est pour ca qu'Obscure, developpé par Hydravision, est une bonne surprise de cette fin d'année 2004.

 
 
Dans le schéma-type des films d'horreur américains, il y a des adolescents dans un lycée qui passent leur temps à se vanner, des profs pas sympa et un psychopathe ou un extra-terrestre. Les réalisateurs d'Obscure ont bien repris la recette en la changeant un tantinet : Déjà on dénote une forte inspiration de série comme Buffy contre les Vampires ou encore du film The Faculty d'un point de vue réalisation architecturale (ouais, rien que ca), ce qui n'est pas pour déplaire aux habitués du genre que nous sommes. L'analogie va encore plus loin avec le rôle du méchant qui est ici une plante mutante qui s'infiltre partout, jusque dans les corps humains pour les posséder et en faire ses serviteurs. Après avoir joué à Obscure, vous ne regarderez plus votre potager de la même façon...
 

Des jeunes et des monstres

Le début du scénario ressemble goutte pour goutte à une production Hollywoodienne du siècle dernier : Dans le lycée de Leafmore High, un élève disparaît dans des circonstances étranges. Ainsi, un groupe de cinq amis décident de se mettre à sa recherche et d'enquêter sur sa disparition en se laissant enfermer la nuit dans l'enceinte de l'établissement (qui n'a jamais rêvé de le faire dans son bahut hein?). Et voilà, l'aventure commence et vous controlez deux personnages au choix parmis les cinq disponibles. Le choix sera pourtant assez ardu car chaque personnage possède des caractèristique propres toutes très utiles au périple : Kenny, l'archétype du joueur de football américain, possède un meilleur pas de course et fais plus mal en tapant. Stanley la fripouille sait crocheter très rapidement les serrures verouillées ce qui s'avère très utile quand on est poursuivi par une grosse bête et que la porte est fermée. Ashley, la brute au féminin, fout des coups de battes ahurissants et tire deux fois avec les armes à feu. Shannon l'intellectuelle donnera des indices sur ce que vous devriez faire (personnellement j'adore ce personnage. On est jamais bloqué très longtemps avec) et Josh possède une capacité qui lui fait découvrir des objets utiles plus rapidement que ses camarades. Tout ceci vous donne un éventail de possibilités assez large, d'autant plus qu'il vous suffira de presser une touche pour retourner au point de rencontre du groupe pour en changer. Un autre bon point est la possibilité de jouer à deux sur le même PC sans écran splitté mais bien dans la même interface que pour jouer seul. D'ailleurs, vous aurez des fois besoins d'un ami pour certains passages difficiles vu la difficulté de certains passages dans lesquels l'intelligence artificielle de votre compagnon ne survit pas forcément.
 

Jamais bloqués, ou presque

Une différence avec d'autres Survival horror comme Resident Evil ou Alone in the Dark 1 et l'absence de retour en arrière et de repassages perpetuels aux mêmes endroits. C'est une différence qui plombe pourtant la durée de vie du soft, trop courte mais pas gonflée à outrance comme les hauts du panel Horreur de la Fnac. Vous obtiendrez d'ailleurs sur votre carte des indications fréquentes vous permettant de rapidement retrouver le bon chemin et la suite de l'aventure. Ainsi vous ne serez pas bloqué dans la progression du jeu aussi souvent que dans d'autres softs, mais ici les Boss seront assez épineux à dérouiller sans perdre de personnages. On pourra néanmoins continuer l'aventure avec quelques personnages en moins, mais le besoin de tous les garder ce manifestera bien vite dans votre inconscient de joueur et de toute façon il est préférable d'avoir accès au plus d'atouts possibles pour venir à bout de ces abominations. Les énigmes vous feront quelques fois penser à certains jeux télévisés et ne vous poseront pas de problême majeur. C'est dommage car il y en trop peu et elles sont trop faciles pour permettre un véritable obstacle, ce sont des juste formalités à passer. Le décor sera mis à contribution si vous êtes un économe né : Pour économiser les batteries de votre torche (qui vous obsedra longtemps), vous aurez la possibilité de casser des vitres et pour éviter de perdre du temps à crocheter, il vous suffira de passer votre main à travers le trou que vous venez de faire dans la porte. Bien pensé, mais pas assez exploité car l'aventure se déroule assez souvent dans des couloirs reclus et des souterrains obscurs.
 

Seuls dans les ténèbres

Ce petit clin d'oeil à Alone in the Dark 1 : The new Nightmare n'est pas anodin. En effet, les graphismes et les effets spéciaux sont à rapprocher de ce jeu qui commence à dater et donc à pâtir graphiquement. D'ailleurs, tous les modèles sont beaucoup trop carrés ceci dû à un moteur graphique assez ancien. Néanmoins la configuration requise pour jouer à Obscure reste très en deçà d'un jeu actuel ce qui permet de toucher un plus large public qui n'aurait pas forcément les moyens de se payer un Pc dernier cri tous les ans. Par contre, le fait que, même avec une torche et des éclairages partout, Obscure reste trop obscur (logique) et affecte assez vite votre manière de jouer : vous vous rapprocherez significativement de l'écran pour essayer de percevoir si un monstre n'est pas caché dans une zone d'ombre. C'est gentil de faire un jeu oppressant et noir mais encore faut-il penser à ne pas exploser les yeux des joueurs (déjà l'ombre d'eux-mêmes). Remarque, il suffit d'augmenter directement la luminosité sur la configuration de l'écran, mais à partir de là les effets spéciaux paraissent trop lumineux et là encore c'est mal foutu. L'équipe d'Obscure à la sortie du soft à fait une annonce assez troublante : le budget consacré à la bande son avait dû être multiplié par six durant la phase de devellopement par rapport aux estimations initiales. On comprend très vite pourquoi vu l'importance de l'ambiance sonore, des voix, des bruitages ou encore des musiques toutes choisies avec soin voire composées spécialement pour le jeu. On retrouvera des titres de Enhancer et de Sum41 pour coller à l'ambiance lycée, et débloquable au fur et à mesure du jeu. D'ailleurs vous aurez à débloquer un clip de Sum41, un making of, un mode spécial dans lequel vous pourrez débolquer des armes, des tenues et même une dernière option à la fin du mode difficile. Il faudra se le coltiner ce mode difficile... il porte très bien son nom.
 

Article rédigé par Razhiel , le

Si vous cherchez un bon petit jeu digne de ce nom, français (c'est rare), à la bande-son sympa et aux graphismes corrects, Obscure est fait pour vous. Le seul reproche qu'on peut lui faire est de proposer un bestiaire trop petit. Sinon, il s'inscrit dans la lignée des Survival-Horror novateurs et très prenants.

Points positifs

  • L'ambiance sonore
  • Les persos charismatiques
  • Le mode 2 joueurs

Points négatifs

  • Les batteries de la torche rtahhh !
  • Bestiaire pas assez developpé
  • Fait noir ici...

Commentaires