Test : Mafia

Mafia - PC

Genre : Action 3D/Bagnoles

Date de sortie : Septembre 2002

Genre
Action 3D/Bagnoles
Date de sortie
Septembre 2002 - France
Développé par
Gathering Of Developers
Edité par
2K Czech
Disponible sur
Gamecube, PC, PS2, Xbox
Site officiel
Site officiel

On en entendait parler depuis pas mal de temps ! Et comme tout vient à point à qui sait attendre, le voici donc : Mafia, le ptit dernier de l'équipe tchèque d'Illusion Softworks (Hidden and dangerous, Flying heroes), qui va nous valoir de longues heures d'inertie (apparente seulement) devant notre écran.

 
 
Loi de prohibition des années 30 aux USA, les Incorruptibles pour le contexte, les Affranchis pour la trame, le Parrain, borsalinos et costumes rayés (à la Pascal Praud) et Ford model T...voici les ingrédients et les références qui vous attendent dans Mafia...plutôt alléchant non ?
 

Le fabuleux destin de Tommy Angelo

Les années 30...Les Etats-Unis se relèvent difficilement de la crise...bref, les temps sont durs. Vous êtes un modeste chauffeur de taxi sans histoires. Un soir, 2 gars avec des calibres vous intiment de semer leurs poursuivants, eux aussi pourvus de gros flingues, donc, forcément, on est gentils et on obéit...C'est votre première mission. Celle-ci réussie (c'est exactement comme ça que j'ai été pris dans HardGamers !(ndRick28 : T'a pas couché??)), vous voilà admis dans la Cosa Nostra du clan sicilien de Don Salieri. Celui-ci, bientôt en guerre contre la famille de l'infâme Morello pour le contrôle de la ville, vous ne serez pas de trop dans l'effectif des Salieri, croyez-moi. Certes, l'action qui se déroule dans le milieu de la pègre, dans une ville entièrement modélisée, avec des séquences à pied ou en voiture, cela rappelle indubitablement GTA III. Mais la comparaison s'arrête aux détails et à la structure du gameplay, mais j'y reviendrai plus tard.
 

J'veux être parrain à la place du parrain !

De là, les missions s'enchaînent, toutes plus originales les unes que les autres rentrant dans un scénario parfaitement ficelé. Course-poursuite, fusillade, filature, contre-bande, escorte, assassinat, braquage...itinéraire classique. 20 missions principales, subdivisées pour la plupart, vous attendent dans Mafia. Après une très zolie animation exploitée par le moteur du jeu, on commence chaque mission en général par un ptit briefing avec le Don, puis, un petit peu de shopping chez Ralph le garagiste, un tantinet débile mais qui nous file une bagnole et nous apprends au passage à voler chaque modèle qui lui passe sous la main, donc on le pardonne. On oublie pas non plus de se rendre chez Vincenzo, qui nous fournira de quoi trouer la peau des méchants (de la batte de base-ball à la sulfateuses en passant par toutes sortes de revolvers). Accompagné de temps en temps par Paulie et Sam, vos "collègues de travail", il ne reste plus qu'a filer à l'autre bout de la ville et effectuer la tâche qui vous incombe (ndRick28 : ou qui vous décombe... ça dépend), à pied à la 3ème personne le plus souvent. Et pour éviter quelques bugs graphiques, vous passez en vue à la 1ère personne dans les recoins. Le besogne executée, vous pouvez rentrer à la maison, avec la possibilité sur le chemin du retour de faire une mission-bonus qui vous débloquera une voiture supplémentaire. Á noter également que les développeurs ont intégré un système de sauvegarde automatique, bien pensé, il ne vous frustrera pas...Mais j'insiste sur le fait que chaque missions regorge d'action, de balles fusantes, de voitures qui explosent (très joliment d'ailleurs) et que vous devrez adopter une certaine stratégie. Le must durant les scènes d'action (et dans le jeu en général), ce sont les petits détails qui parsèment le sol par dizaines. Un exemple? Lorsque que vous rechargez votre arme, vous perdrez les munitions qui sont encore dans le chargeur, ou encore les ennemis qui font une pause pour recharger leur arme (hin ! hin !). On l'avait déjà vu, certes (Moh & Cie...), mais cela augmente l'immersion. Détails sur les voitures également ; on peut tirer dans un pneu spécifique, un phare et même dans le reservoir d'essence, causant une fuite. On peut même tirer sur les occupants des voitures, et tout cela en étant à pied ou en voiture...Pour en revenir à la comparaison avec GTA III, une des grandes différences entre autres, c'est que Lost Heaven, contrairement à Liberty-City, ne deviendra pas votre terrain de jeu, vous n'aurez guère d'intérêt à explorer la ville, celle-ci ne comprenant pas de missions cachées ou de bonus à récolter ou encore de tremplins. D'une manière générale, Mafia s'adresse à un public plus adulte que GTA.
 

Ré-a-liste!

Alors, bien-sûr, les premières missions sont à la portée de n'importe quel glandus, mais vous permettent tout de même de vous familiariser avec la ville et le comportements des voitures. Car, vous vous en doutez, dans les années 30, les voitures n'ont pas exactement les mêmes performances que celles d'aujourd'hui, si bien qu'une Renault Fuego vous paraîtra plus rapide que les bolides proposés dans le jeu (quoique). On a donc l'impression de se traîner légèrement, en particulier avec les premièrs modèles lorsque l'on gravit une côte...ce qui rend parfois rend malheureusement les trajets un petit peu longs...perpétuel combat entre réalisme et fun. Les développeurs auront donc opté pour le premier dans Mafia, en reproduisant fidèlement le design et le comportement de plus de 60 véhicules de l'époque (vous devrez même mettre le contact avant de démarrer...génial !). Même si Ralph ou d'autres mettent à votre disposition une voiture, rien ne vous empêche d'en voler une, si vous connaissez toutefois les faiblesses des dernières serrures. Attention, de ne pas être vu par le flics, et aux conducteurs qui peuvent répliquer certaines fois (vous crevant l'arrivée d'essence !).
Réalisme encore concernant la splendide modélisation de la ville de plus de 20 km² de Lost Heaven, qui est un mélange de New-York -on y retrouve le même découpage en 3 îles, comme Liberty-City- et de Chicago du temps du règne d'Al Capone. Dotée d'une circulation "intelligente", de transports publics (que vous pouvez emprunter) de piétons avec une démarche réaliste (tous les mouvements par ailleurs, sont fait à partir de motion capture)...mais aussi de patrouilles de police. Police qui ne manquera pas de vous mettre une amende, voire de vous arrêter si vous écrasez un piéton (ah bon ? ), si vous grillez un feu, un stop ou encore lorsque vous dépassez les 60km/h, vitesse maximale autorisée en ville. Un limitateur de vitesse (F5) est d'ailleurs prévu à cet effet. Mais le moteur LS3D, développé par Illusion Softwork rend en outre d'une part des décors intèrieurs de 30 lieux différents également magnifiques et très détaillés...et d'autre part une modélisation des visages quasi parfaite (mouvement de cils, des rides du front et tout !), en revanche, les corps me semblent un peu trop angulaires...mais bon, je pinaille. Inutile de vous dire qu'il vaut mieux posséder une bonne bécane pour appécier au mieux ce petit bijou.
Bon, c'est pas le jeu parfait non plus, l'IA laisse de temps à autre à désirer : il arrive que les voitures que l'on file se retrouvent coincées contre un tramway ou autre...mais ce n'est pas systématique.
 

Ambiance !

2ème grosse différence avec GTA : Mafia est pourvu d'un véritable scénario. Evidemment, les références sont évidentes , merci messieurs Coppola et Scorsese. Et on ne s'en lasse pas ! Les animations sont superbres On regrette néanmoins un petit peu cette liberté d'action que l'on avait dans GTA. Ici, les missions sont entièrement scriptées. Mais je vous rassure ça passe quand même, et le plaisir est là. Sans parler de l'environnement sonore, musique tantôt jazzie des années 30 en fond (Django Reinhardt, Louis Prima ou encore The Mills Brothers...comment ? vous ne connaissez pas ?) des plus agréables, tantôt une musique d'action plus "hollywoodienne" pour les scènes d'action. Les bruitages, les voix doublées en français, ne sont, pour une fois pas mal du tout et donnent vie aux personnages charismatiques (et clichés...je vous l'accorde !) que l'on peut retrouver dans cet opus. Bref, l'immersion est immédiate !La durée de vie est satisfaisante, environ une vingtaine d'heures pour la campagne solo. Celle-ci terminée, vous disposerez du mode "circulation ultra-libre". Lost Heaven s'offre alors à vous sans aucun contrôle policier. Vous y trouverez 19 missions vous débloquant des véhicules spéciaux...
 

Article rédigé par Babos , le

Pour finir, je ne saurais trop vous conseiller de foncer chez votre revendeur le plus proche...Mafia est super! Ok, c'est l'adjectif facile et quelque peu démodé, mais je n'ai pas d'autres mots ! Et vous vous en rendrez compte par vous-même. Max Payne pour les séquences à la 3ème personne, GTA pour les bases du gameplay, et Medal of honor pour l'immersion...nous avons, Mafia ! j'adore les tchèques... (nd Rick28 : va à Pigale).

Points positifs

  • Immersion totale
  • Graphismes somptueux
  • Animations qui tuent
  • Scénario ficelé à souhait

Points négatifs

  • Quelques bugs au niveau de l'IA
  • Relativement gourmand

Commentaires