Test : Chariots Of War

Chariots Of War - PC

Genre : Wargame

Date de sortie : Juin 2003

Genre
Wargame
Date de sortie
Juin 2003 - France
Développé par
Slitherine Software
Edité par
Nobilis
Disponible sur
PC

Trop bon ce jeu. Suite directe de Legion, il nous apporte un nouvel argument incontestable pour critiquer encore et toujours les lois du marketing et la magie du capitalisme.

 
 
Chariots of War, c'est Legion -qui prenait place dans la Rome antique- à la sauce egyptienne. Cette stratégie, déjà employée chez tous les studios en mal de financement facile (Age of Mythology, Pharaon, etc.) aura bien plus de difficulté à s'imposer ici. Car pour ce qui est de Chariots of War, son grand frère Legion était déjà d'une pauvreté affligeante. Comment alors faire vendre un jeu sans ambition en prenant comme 1ère argument ce changement historique?
 

Un gameplay basique

Chariots of War, c'est Total War (décliné dans la série Shogun/Medieval/Rome) en moins bien, moins complet, et en même temps moins beau. Bref, ce jeu cisaillé en 2 phases nous met à la tête d'un petit nombre de villes, qu'il nous faudra développer le plus simplement possible pour se lancer ensuite à l'assaut des colonies adverses. A la manière d'un Caesar, ou plutôt d'un Civilisation (pour ce qui est de la vue, très large), on apporte des ressources, on créé des loisirs, et basta. Cela permettra au joueur d'aggrandir sa population, de créer des complexes militaires, etc. Le commerce prend un place un peu plus grande dans cet opus, et a été remanié histoire de nous laisser un peu plus de liberté. Tant mieux, mais rien de grandiose n'a été réalisé en ce qui concerne la micro-gestion de notre ville. Route, placement des habitations ou des places, tout cela se fait aléatoirement.
Par la suite, vos troupes remontées à bloc, vous partirez à l'assaut de nombreuses bourgades. Vos succès faciles aidant, c'est vers les empires ennemis que vous axerez votre convoitise. Afin de s'emparer de villes ennemies, il vous faudra combattre les troupes de l'adversaires. Cela se réalise dans une phase combat à des années lumières de Total War : sur un terrain en 2D tout plat, vous déplacez vos escouades dans un menu pause, vous leur donnez un ordre (défendre, charger, déborder) et vous cliquer sur "ok". Le combat débute, sympathiquement, sans vous donner ni l'occasion de le zapper (à la manière d'un Civ3) ni de fuire (dans certains cas, il aurait été logique et convenu de fuire, histoire de ne pas perdre vos paysans attaqués fourbement par l'adversaire). Bref, on se retrouve à l'époque de Caesar 2, ce qui est un petit peu triste quand même.
 

Une interface revue, certes, mais un aspect technique toujours aussi boiteux

Chariots of War a eu l'immense privilège de voir son interface revu par les meilleurs du genre. On se retrouve donc avec des bonnes grosses fenêtres bien plus jolies, et des menus surtout plus clairs. On reste loin de Civ3 dans le genre, mais il s'agit sans conteste de la plus grosse amélioration du jeu, et on ne peut pas le reprocher à Slitherine Software. En revanche, ça reste toujours aussi moche graphiquement, dans des teintes 2D/2D. Les villes sont pauvres et tout simplement sans goût, la carte du monde, en 2D, rapelle grossièrement celle de Europa Universalis (sorti il y a 2 ans) en moins bien, mais ça reste de la 2D pas trop brouillonne. Enfin, les combats présente 300 gars à 2 animations (marcher et attaquer) qui se rencontrent joyeusement. Rien de bien trépident malgré la présence de véritables palmiers sur le champ de bataille.

Au final

Un jeu trop simple, aussi bien techniquement que dans son gameplay. Comment un titre comme ça arrivera-t-il a trouver son public? Je ne sais pas. Mêm le nom du jeu est désagréable à l'oreille. "Chariots of War"... Pfff... On dirait du mauvais français mélangé à de l'anglais. Est ce que Hardgamers s'apelle Hard-joueurs parfois? Bof bof donc... La pub elle aussi (une roue de chariot écrasant un clavier) est ridicule. C'est dur à dire, mais ce jeu a de tels concurrents (Civ3 pour le management, Rome : Total War pour le gameplay en 2 phases, Pharaon pour le contexte historique) qui ne lui laissent strictement aucune chance.

Article rédigé par Rick28 , le

Trop peu d'amélioration (interface revue, présence de diplomates totalement inutiles dans nos troupes, contexte égyptien) pour faire survivre ce petit frère de Legion. C'est dommage, mais c'est un verdict sans appel.

Points positifs

  • Interface revue
  • Contexte égyptien
  • Un jeu long

Points négatifs

  • Pauvre graphiquement
  • Gameplay avare d'améliorations
  • Diplomates inutiles
  • Bande son désuète
  • Le contexte égyptien n'est que trop rarement utilisé

Commentaires

Jeux similaires