Test : Cycling Manager 3

Cycling Manager 3 - PC

Genre : Gestion de cyclistes

Date de sortie : 20 juin 2003

Genre
Gestion de cyclistes
Date de sortie
20 juin 2003 - France
Développé par
Cyanide Studio
Edité par
Focus Home Interactive
Disponible sur
PC

Pfiou, que le temps passe vite. Déja 2 ans que la saga Cycling Manager a débuté. A l'époque, ça avait surpris tout le monde. Des vélos, des cyclistes, des guidons, des selles. Des tas d'objets tout nouveaux, jamais modélisés sur un écran PC.

 
 
On en parlait entre nous, sans jamais oser le citer. On formait des petits groupes de discut' comme ça, dans les ruelles sombres. Les flics venaient voir ce qu'on magouillaient. On finissait par tout déballer, raconter nos aventures solitaires. Les képis partaient quant à eux 3h plus tard, après nous avoir longuement raconté eux aussi où est ce qu'ils en étaient dans le jeu, ce qu'ils avaient réussi comme exploits personnels, et qui ils avaient longuement injurié. Oué, l'effet Championship Manager quoi, version bérêt traditionnel français.
 

Comment Cycling Manager m'a remis sur pied

Cycling Manager a pris le relai des Tomb Raider 1 dans la rubrique "étalon du calendrier". Alors que pendant 5 ans, on avait été habitué à sentir se rapprocher Noel lorsqu'un Tomb Raider 1 se mettait à remplir 20 pages de pub de notre magasine, la série s'était subitement mise en veille, histoire de peaufiner le 6ème opus, en cachette et tout, pour faire encore plus de bruit avec un jeu qui arrache lors de sa sortie (ça a pas loupé... lisez le test de Lestat). Mais depuis 2 ans, snif, je ne vois pas mon TB chéri débarquer, et forcément je ne sens plus Noel s'approcher. Je me plante, souhaite des joyeuses années pendant mon anniversaire, des bonnes Saint-Valentin pendant la Guay Pride. Bref, mon rythme biologique est niqué, je n'arrive plus à me remettre dans le bain. Cycling Manager a sauvé ce qui pouvait l'être, en instaurant une nouvelle règle : Tout les Cylcing Manager sortiront en Juillet, pendant le Tour de France, et chaque année. Ouf, dans l'estomac. Ca m'a un peu surpris (ils sont forts chez Cyanide, niveau effet de surprise), mais ça m'a remis sur pied. Maintenant je vais mieux, merci.
 

Un petit topo juste après l'amour, c'est mieux qu'une cigarette

Cycling Manager nous laisse à la tête d'une équipe de cyclistes. Vous avez le choix des armes, et pourrez choisir parmi 38 dream team. Par la suite, vous pourrez définir vos objectifs à atteindre en fin de saison. Je vous vois venir, à choisir l'US Postal uniquement pour penser réussir plus facilement les conditions de victoire... Que nenni, ces objectifs sont en partie définis par rapport au niveau de la team. Même en choisissant une équipe à la ramasse, vous aurez la possibilité de continuer le mode Campagne sur une 2ème année, en satisfaisant vos sponsors qui ne demanderont pas la Lune, accroissant votre budget, et remplacant les cyclistes fatigués. Sans pour autant s'emballer, du moment que vous restez réaliste (c'est une simulation, nom de dieu...) vous aurez toutes vos chances. Tout n'est qu'une question d'adaptation rapide de votre part, et d'une grande patience... Car oui, CM3 requiert une bonne dose de courage. A manipuler avec précaution, si vous préférez, car l'engin peu laisser de dangereuses tâches corrosives sur votre blouse si mal manipulé. Cycling Manager 3, ce sont une multitude d'étapes officielles qui s'enchaînent, une équipe de 9 hommes à diriger, aussi bien individuellement que collectivement. Oui, et ce n'est pas tout. Pour chacun, il faudra visionner et revisionner 12 aptitudes notées, que vous pourrez essayer de modifier en entrainant vos travailleurs en sueur (Plaine, Montagne, Vallons, Descente, Contre-la-montre, Endurance, Résistance, Récupération, Pavés, Agilité, Sprint et Accélération). Enfin, il vous restera, si vous avez encore quelques forces en dehors de l'énergie dépensée en pleine étape, à gérer votre budget, vos sponsors, licensier, marchanger de nouveaux cyclistes, changer vos vélos, vos roues, votre cadre, votre casque, etc. Bref, si vous n'avez pas déjà de solides conaissances en cyclisme (en dehors de la grande boucle, je parle. Des conaissances de VRAIS amateurs de ce sport), et si vous ne vous êtes jamais essayé au premiers opus, les ronces vous attendent. Car malgré de bien belles évolutions, CM3 reste toujours, et restera apparement toujours, difficile à prendre en main.
 

Un cache-cache? Oki, je m'y colle

CM3, c'est l'histoire tout d'abord de centaines de tableaux composés de chiffres. Le tout mal présentés, pas super clairs, et parfois bien inutiles. Lorsqu'on vous balance le tableau de vos 9 cyclistes, avec pour chacun les 12 aptitudes notées sur 100, sans aucun surlignage des points forts de chaque membre, bonne chance. Mais CM3, c'est surtout l'ambiance de folie qui se dégage de cette bonne vieille partie de cache-cache entre vous et ces demoiselles les icones. Une vraie plaie. Elle est passée par ici, elle repassera par là. Rarement compréhensibles, elles sont anécdotiques. Cette impression de ressemblances les unes aux autres les assimilent à Bush et à Lucky Luke. D'accord, ils ne se ressemblent pas. Mais mettez les à 500 mètres de votre nez, en noir et blanc, avec un effet de blur et un soleil couchant juste derière eux. Aha, leurrés, hein? Bref, on n'a bien peu de repère. Les pages de stats qui y sont reliées assurent dans la catégorie lignes bien droites et angles perpendiculaires. Bien que les développeurs aient amplement réduit l'effort à fournir pour s'y adapter, ils ont eu l'idée compréhensible -mais peut être pas toujours géniale- de rajouter des cyclistes et des équipes. Cet effet ++ courant dans les suites, je n'y suis pas vraiment favorable. D'accord, s'il n'y avait eu que 5 équipes... okay pour passer à 10! Mais lorsqu'on a déjà 20 équipes qui se chevauchent, pour 150 coureurs, pourquoi passer à 38 , et 400 cyclistes? Avec 12 aptitudes pour chacun, ne l'oublions pas! Même problème pour les étapes, qui se comptabilisent désormais à 180. On ne va pas leur reprocher ce point, mais est-il vraiment nécéssaire d'insister sur ce point? Entre 60 étapes et 180, pour moi... c'est kif-kif.
Enfin bref, le jeu ne surprend pas par son austérité (désormais très agréable, sobre, dans une teinte bleutée agréable, et avec en fond des figures futuristes et géométriques dilluées, plutôt classes), mais plutôt par la rudesse de l'approche. Cliquez sur campagne, choisissez au pif votre équipe (pas de petit historique de la team), et hop, vous êtes perdus. Non, pas de tutorial. Heureusement, Cyanide a pensé à tout, en rajoutant quelques modes auxiliaires : Tour, Etape, Classique. Dans ces modes, vous n'aurez qu'à vous concentrer sur la gestion de l'équipe en plein course, et ce sur une seule étape comme une quinzaine. Pour des courses dépassant rarement les 10 minutes, le plaisir est bien plus rapide. Conseillé pour les plus chauds lapins d'entre nous.
 

Techniquement, concentrez vos économies sur l'achat d'un nouveau cadran...

CM3 garde grosso modo le même moteur graphique. Mais le tout est tout de même grandement amélioré. Des cyclistes en plus grand nombre, des animations moins taillées a la serpe, avec des cyclistes qui évitent de se suivre toujours à "25cm pile les uns des autres", donnant un aspect plus bordélique au peloton, et des rues qui prennent toujours l'initiative de zigzaguer, tourner, tourner encore (relou ces rues...). Les décors sont sympathiques, mais ne bordent que la rue. Dézoomez, et vous verrez qu'en dehors de cela, ça reste la campagne représentée par une belle texture verte (et à mon avis cela persistera encore longtemps...). N'empêche, le simple fait que les animations soient assez variées pour ne pas voir 25 coureur reproduire les même mouvements au même moment apporte son petit lôt de consolation. De plus, les décors sont plutôt variés, plus non négligeable.
 

Au final

Cycling Manager 3 se constitue une interface encore plus classieuse que la précédente édition. Le moteur graphique est lui aussi moins timide, tandis que les bases de donnée s'enrichissent de tas de nouvelles entrées. Bref, l'aspect gestion devient super complet, et risque de faire mordre la poussière aux connaisseurs, mais surtout aux débutants. On s'éloigne de l'avarie d'informations que semble désormais représenter Cycling Manager premier du nom. Mais CM3 reste malgré ces améliorations toujours aussi difficile à prendre en main. Tous ces ajouts arrivent d'un coup dans les mains du joueur, sans qu'il sache comme les exploiter précisément, et rendre les tactiques subtiles. Une mise en condition par étape aurait été la bienvenue. Reste de nombreux sites de fans qui pourrant aider, sur le Net, tout comme un mode multi qui vous permettra de trouver des adversaires à votre taille.
 

Article rédigé par Rick28 , le

Plus complet, mis à jour, plus pro. Même plus beau. Rien à dire sur cette version 3.0 de Cycling Manager. Si ce n'est une interface réservée aux initiés, qui va en dissuader plus d'un.

Points positifs

  • Une base de donnée importante
  • Un moteur graphique plus fin, plus détaillé
  • Des tactiques assez relevée
  • Un vrai spect gestion, aussi bien en course qu'en coulisse

Points négatifs

  • On nous donne toutes les cartes à jouer dans la main, d'un coup, sans rien connaître au jeu
  • Interface lourde
  • Moteur graphique techniquement vieillot

Commentaires