Test : TrackMania

TrackMania - PC

Genre : Course

Date de sortie : Novembre 2003

Genre
Course
Date de sortie
Novembre 2003 - France
Développé par
Nadeo
Edité par
Focus Home Interactive
Disponible sur
PC, Wii
Site officiel
Site officiel

Vous aimez les courses ? Vous aimez les petites voitures ? Vous aimez construire des circuits ? Vous aimerez Trackmania ! Aïe aïe aïe, quelle intro bateau... Pas grave, il est tard et j'ai encore du pain sur la planche moi.

 
 
Quand j'étais petit, je squattais toujours les potes. Remarquez, ça n'a pas changé, mais avant, on jouait aux circuits électriques. Et comme j'étais malin, je me débrouillais toujours pour piquer quelque chose : une bagnole par-ci, un bout de circuit par-là... Bref, j'ai réussi à me faire une énorme collection de blocs. Et je les assemblais et je me faisais des circuits géants. J'invitais d'autres potes (qui n'avaient pas de circuits, eux, sinon ils auraient compris où était passé leur matos) et on se faisait des parties démentielles. Les développeurs de Nadéo ont apparemment eu vent de mes exploits car c'est un peu le même principe dans Trackmania. En effet, vous ferez des courses et au fur et à mesure de vos victoires, vous gagnerez des blocs qui vous permettront de construire des circuits de plus en plus tordus !
 

Le principe

Le gameplay de Trackmania est réduit au plus simple. L'édition de circuit se fait case par case. Ainsi, pas la peine de viser juste pour placer son bloc. On vise approximativement, on choisit son bloc et paf ! C'est créé ! Et vu le nombre de blocs, vous allez pouvoir en créer des choses, c'est moi qui vous le dis !
On retrouve cette simplicité dans les courses car la gestion des dégâts est à peine intégrée (portière qui s'arrache et coffre qui se démonte), la conduite est très arcade et vous ne pourrez même pas rentrer dans vos concurrents ! Toutefois, Trackmania ne sombre pas dans la simplicité car les circuits peuvent être très tordus et vous vous habituerez à réagir en fonction du bloc qui se trouve devant vous : un looping, un virage ou bien un booster placé judicieusement, par exemple.
Vous gagnerez des crédits en gagnant des courses en solo et en multijoueur. Ces crédits vous serviront à acheter de nouveaux blocs pour vos propres circuits. Sachez que les blocs sont répartis parmi les trois environnements disponibles : neige, désert et plaine.
 

Contre des gars avec de la peau et des os

Trackmania ne serait rien sans son mode multijoueur. Vous devez d'abord vous inscrire, puis vous choisissez une course en fonction de votre ville ou de votre pays (à l'heure du test, seuls France et Belgique étaient dispos). Ensuite, vous regardez un peu chaque type de partie qui se joue (en équipe ou en solo) et c'est parti ! Une fois sur le terrain, dès que la course est en cours est terminée, ce qui est traduit par quelques secondes après l'arrivée du premier concurrent, tout le monde est sur la ligne de départ. On dénote pas mal de lag, mais c'est pas grave vu que le jeu se fait en contre la montre. Si certains joueurs préfèrent jouer sur des circuits conventionnels, certains s'amusent à exploiter le côté "défi" de Trackmania en créant des circuits très très tordus. Quand vous êtes dans une situation difficile, une pression sur Entrée vous fait revenir au dernier checkpoint. Pratique pour les courses ressemblant à des parcours d'obstacles.
 

Un peu de technique

Techniquement parlant, difficile de donner un avis bien tranché sur Trackmania. D'un côté, le jeu est très fluide tant qu'il n'y a pas trop d'éléments à l'écran, mais d'un autre ben... ça paraît moche à première vue. En fait, le moteur graphique, qui est le même que celui de Virtual Skipper 3, est très peu sollicité en raison de l'aspect "light" qu'ont voulu donner les designers, pour d'obscures raisons. En fait, le seul environnement réussi est celui des prairies verdoyantes. Les arbres sont détaillés, tout est reflété dans les carrosseries et les rivières sont magnifiquement reproduites. Dans les deux autres environnements, les seules prouesses sont les résolutions impressionnantes des textures, incroyablement fines comparées à l'incroyable dépouillement des décors.
Au niveau des véhicules, la gestion de la physique est plus ou moins correctement appliquée, même si on a parfois du mal à sentir son véhicule avant que celui-ci ne fasse un tonneau à cause de la force centrifuge, lors des virages. Visuellement parlant, ils sont plutôt jolis, mais malheureusement pas très nombreux.
 

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

En somme, Trackmania ne semble pas aussi fini qu'on aurait pu l'espérer à cause de lag en multi et de décors trop dépouillés. Reste que le jeu de construction et les nombreuses possibilités offertes sans cesse renouvelées devraient accrocher tous ceux qui adorent personnaliser leur jeu de bout en bout.

Points positifs

  • Des possibilités sans cesse renouvelées
  • Le mode multi marrant

Points négatifs

  • Les décors dépouillés
  • Le lag en multi

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

32 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires