Test : Singles

Singles - PC

Genre : Simulation de vie

Date de sortie : Mars 2004

Genre
Simulation de vie
Date de sortie
Mars 2004 - France
Développé par
Rotobee
Edité par
Ubisoft
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

En fait Singles c'est comme les Sims, sauf ... mmmmmmmh... maintenant que j'y pense c'est un peu classique comme démarrage. Je suis sûr que tous les tests débutent ainsi... gnnnnn... 'google.fr'... 'test singles'... voyons voir ... Oui aucun doute, tout le monde a commencé son article comme ça. Bon alors ... gniiiiiiiiih ... un truc original ... Alors Singles, c'est comme Warcraft III. Ou presque. Enfin je veux dire on peut trouver des ressemblances. En cherchant bien. Comment ça non?

 
 
Bon en fait Singles c'est comme les sims (ouais, tant pis), en moins complet quand même sur la gestion générale, mais la copulation en plus. Vous devrez 'gérer' deux colocataires, en veillant à leur bien être, mais surtout en jouant les entremetteurs(euses) afin de voir vos petits protégés s'aimer tendrement et s'envoyer en l'air joyeusement (ah oui, tout comme le jeu, le test est interdit aux moins de 16 ans). En effet, exit les tabous et les petites mosaïques de censure bien simiesques (aucun rapport avec les singes, je fait juste référence aux sims), toutes les scènes même les plus crues sont exposées. D'ailleurs à ce propos le caméra libre disposant d'une très bonne possibilité de mouvement vous permettra d'assouvir vos pulsions de voyeurs sous tous les angles. D'ailleurs les modélisations sont plutôt jolies, bien texturées, et tout est assez plaisant à regarder en très gros plan (qui m'a traité de pervers?), bien que les animations laissent parfois à désirer. Mais là je m'égare.
 

Du cul, du cul, encore du cul.

Car là est le coeur du jeu. Vous devrez sélectionner les actions les plus propices pour vos sims (enfin, vos 'singles') en fonction de leur humeur et de l'instant présent afin de faire varier cinq jauges (amitié, séduction, érotisme, détente, colère) mesurant la nature de la relation entre vos deux tourtereaux. La progression est assez lente, et il vous faudra de nombreux efforts pour atteindre un niveau convenable dans un domaine et débloquer les actions les plus intéressantes. Inutile de se voiler la face, la plus importante est l'érotisme, et au fur et à mesure de votre progression dans dans ce domaine vous pourrez voir vos deux protégés se parler tendrement, se serrer l'un contre l'autre, s'embrasser, se ballader tout nu dans l'appartement (oui, la fille est nue, sans censure et rudement bien modélisée. Hey, revenez, ne courrez pas chez votre revendeur tout de suite!). Le but ultime étant bien sûr d'atteindre un niveau d'érotisme suffisant pour s'en aller batifoler sous la couette, je ne vais pas vous faire un dessin.
 

Mais vraiment rien d'autre.

Le principal problème est que sorti du sentimental et du charnel, il ne reste pas grand chose à se mettre sous la dent. La gestion du personnage est encore plus basique que chez les sims, et il tient plus de la formalité que du véritable amusement de maintenir les jauges de faim, propreté, ... à un niveau correct. Pour ce qui est de la gestion de l'espace de vie, là encore les possibilités sont bien réduites; loin des gigantesques catalogues d'objets des sims, le choix est assez limité. En bref, à côté du sexe, vous êtes condamnés à vous tourner fermement les pouces enfermé dans votre appartement. Rien de follement excitant.
 

Article rédigé par Mefil , le

En bref, Singles offre une possibilité amusante au niveau de la relation entre les deux colocataires, mais manque gravement d'autre centre d'intérêt. De plus le concept n'est peut être pas assez poussé, notamment au niveau des sorties hors de l'appartement qui auraient à mon sens apporté un intérêt supplémentaire. On apprécie néanmoins l'absence de censure, un jeu qui assume son concept.

Points positifs

  • Du cul, du cul, encore du cul
  • Pas de censure

Points négatifs

  • Du cul, du cul, encore du cul
  • Rien à côté!
  • Un concept pas assez poussé (cloisonné à l'appartement)

Commentaires