Test : Dungeon Siege : Legends of Aranna

Dungeon Siege : Legends of Aranna - PC

Genre : Hack and slash

Date de sortie : Décembre 2003

Genre
Hack and slash
Date de sortie
Décembre 2003 - France
Développé par
Gas Powered Games
Edité par
Microsoft Games
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Vous avez aimé Dungeon Siege ? Oyez Oyez, clapez des mains bien haut, Microsoft nous pond une extension sous forme de stand-alone pour son jeu de rôle intitulé Dungeon Siege : Legends of Aranna. Comme tout bonne extension, ce LoA reprend ce qui a fait le succès de l'opus original et rajoute quelques bonus qui font bien. Restait à savoir si ça en valait la peine…

 
 
Avant d'aller plus loin, assurez vous de bien avoir tout votre équipement ! Une cape de protection contre les blagues à deux francs (0,30€) et au moins 13 points d'intelligence sont indispensables pour lire ce test. Si en plus vous avez une bague de charisme pour avoir l'air moins débile avec votre tête à deux centimètres de l'écran parce que vous avez oublié vos lunettes chez mémé ou parce que vous vouliez impressionner votre copine avec votre résolution en 2048x1536, c'est encore mieux. Après ça, un sort de retour de la femme aimée et évidemment bien utile pour les aventuriers se classant dans la deuxième catégorie… Bon allez, fini la rigolade, l'aventure nous attend !
 

Jeu de rôle ?

Le premier truc dans un jeu de rôle ? Son personnage principal bien sur ! Sur ce point, Legend of Aranna commence par une petite déception puisque aucune importation n'est possible et vous devrez donc recommencer à zéro cette nouvelle quête! On retrouve donc le menu de création qui vous permettra de vous construire un aventurier digne de ce nom avec ses différentes caractéristiques comme le sexe, le type de tête qu'aura votre bonhomme ainsi que la couleur et le type des habits. Sur ce point, on peut s'interroger sur la véritable vocation du jeu puisque aucune compétence ni aucune classe n'est disponible, celle-ci étant définie automatiquement en fonction de vos actions futures. Bref, vous créez un physique avec un nom dessus, ce qui est rapide mais peu convaincant au premier abord tout de même.
 

Oubliez la carte postale

Une fois votre lascar terminé, il est temps de vous plonger dans l'histoire ! Et ô surprise, le scénario est très original, oubliez la classique lutte contre les forces du mal qui ont pris le contrôle de l'île sur laquelle vous débuterez, on a droit ici à quelque chose d'autrement différent ! … Non je rigole, si vous aviez votre amulette de lucidité, vous l'auriez su tout de suite d'ailleurs mais soit, on ne fait pas de quête sans quelques bras cassés dans son équipe... De ce côté-là, c'est donc terriblement classique, une formule qui marche, certes, mais qui nous donne un scénario très prévisible et c'est un peu dommage.
Votre pauvre pantin se retrouvera donc seul au début du jeu dans un village nommé Arhok qui est assiégé par des animaux féroces et par d'autres monstres affreux. Tout ce petit monde semble pourtant être envoûté par une puissance maléfique supérieure qu'il vous faudra découvrir (c'est bien) et vaincre (c'est mieux)…
Dans tout ce bazar, vous trouverez bien vite quelques alliés précieux afin de vous constituer un groupe prêt à braver tous les dangers ! Vous pourrez prendre jusqu'à 7 clampins avec vous, y compris les mules ou les traggs (des mules meilleures au combat - ça en fera au moins un dans le groupe qui sait se battre -) qui vous permettront de transporter pas mal de matériel.
 

Que les petits nouveaux lèvent la main

Pour appâter l'acheteur, en plus d'être un stand-alone, les développeurs ont ajouté quelques items pas franchement impressionnants sur le papier mais qui se révèlent très efficaces sur le terrain.
On a donc droit à de nouveaux sorts de magie naturelle mais aussi à de nouveaux sorts de magie de guerre. On trouvera des armes originales comme le lance-napalm, le pistolet à gaz ou l'armure en céramique… Et moi qui croyait que je m'engageais pour une quête sérieuse, me voilà bien malin avec ma dague et mon bâton. Si jamais vous avez besoin de faire des courses au supermarché du coin, munissez vous d'un sac à dos pouvant contenir jusqu'à 32 objets, c'est plus pratique.
A ce propos (oh, la transition habile, je gagne 1 point d'intelligence, chouette!), quelques détails de l'interface ont été revus et améliorés. Ainsi l'inventaire gagne encore en facilité d'utilisation et le commerce avec les quelques PNJ qui ont des choses à vendre est simple et rapide. Vous ne perdrez pas des heures à vous organiser et c'est tant mieux puisque le jeu est principalement orienté action.
 

Bastoooooooon!!!

Oui, oui, action, vous avez bien entendu, enfin lu plutôt. A la manière d'un Diablo II, en moins bien, vous passerez la plupart de votre temps à vous battre. Ce qui ne réussit pas franchement à ma petite équipe, réduite de moitié après un affrontement avec ce golem des glaces de quinze mètres de haut. Pour la technique, vous pouvez toujours vous battre au corps à corps (pour les plus courageux), à distance (pour les plus précis) ou avec des sorts magiques (pour les amateurs de spectacles sons & lumières). Plus vous vous battez dans un style, plus votre habileté dans celui-ci augmente et définit votre classe. La polyvalence sur un seul personnage est donc déconseillée, vous vous retrouveriez avec un gars moyen partout et donc peu utile dans un groupe bien construit. Ce qui est toujours mieux que d'être bon à rien dans un groupe de crétins, je vous l'accorde...
En tout cas, vous aurez intérêt de savoir vous battre car l'essentiel du jeu est là. Et au final, il reste un jeu assez pauvre en quêtes annexes et en PNJ, ce qui donne une linéarité regrettable à votre aventure. Les dialogues sont souvent inutiles et bien trop rares pour s'immerger dans ce monde d'Aranna. Heureusement LoA est bien construit et l'ennui ne se fait quasiment pas sentir du début à la fin du jeu, qui sont, il faut le dire, assez proche tout de même…
 

Détails techniques

Pour ce qui est de la réalisation, LoA n'aura, en tout cas au niveau graphique, subit aucune amélioration. Et ça a quand même bien vieilli tout ça. Les décors et les modèles sont terriblement cubiques, les textures peu détaillées et les effets quasi-inexistants. Ce qui était si beau il y a deux ans ne l'est vraiment plus aujourd'hui… On fermera donc les yeux pour ouvrir grandes ses oreilles car la musique reste superbe et les voix (en français) sont plutôt bonnes sans être extraordinaires. Enfin ça tourne impeccablement tout de même, ce qui est la moindre des choses.
Le gros point fort du jeu reste donc son gameplay plaisant et très intuitif malgré un temps d'adaptation nécessaire pour la maniabilité de la caméra. Une fois l'heure de jeu passée, on a tout ça bien en main et on prend plaisir à emmener ses petits sujets se faire massacrer. Les petites modifications de l'interface sont très utiles au final et on regrette simplement qu'elles ne soient pas plus nombreuses.
 

Article rédigé par kremakiller , le

Dungeon Siege : Legends of Aranna est donc un stand-alone qui fait le minimum mais qui reste tout de même plaisant malgré sa linéarité et l'action un peu répétitive. On pourra aussi regretter le mode multijoueur qui ne gagne rien au passage. Mais Dungeon Siege garde heureusement son charme avec un gameplay encore meilleur et un univers qui reste malgré tout, unique. En attendant DS2…

Points positifs

  • Le gameplay
  • L'action
  • L'univers
  • Les nouveautés

Points négatifs

  • Trop peu de nouveautés
  • Trop linéaire

Commentaires