Test : Aquatic Tycoon

Aquatic Tycoon - PC

Genre : Gestion Sous-Marine

Date de sortie : Juin 2003

Genre
Gestion Sous-Marine
Date de sortie
Juin 2003 - France
Développé par
Anarchy Enterprises
Edité par
Anarchy Enterprises
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Quoi de plus insolite que de gérer la construction d'une ville sous-marine ? Eh bien, c'est ce que nous propose le dernier soft d'Anarchy Entreprises, baptisé Aquatic Tycoon. Autant le dire tout de suite, si le principe est novateur, le jeu est quant à lui très vite lassant.

 
 
Il arrive qu'un jeu fasse bonne impression au départ et déçoive par la suite. L'inverse par contre est beaucoup plus rare. Voilà pourquoi je me suis senti vite angoissé : le jeu ne propose aucune notice, juste un recueil deux petites pages contenant quelques conseils inutiles avec marqué "Mode d'emploi" dessus. Forcément, ça part mal. Bon, pas de temps à perdre, je fais abstraction de tout ça via ma maîtrise quasi-parfaite du yoga et introduit avec classe le cd du titre dans mon joli lecteur. Et me voila parti. Un peu moins enthousiaste que je n'imaginais.
 

Premiers pas

Le menu principal est tout ce qu'il y a de plus complexe : 3 modes de jeu et un Tutorial (qui ne sert a rien d'ailleurs). Ces modes sont ainsi nommés : Bac à sable, Simple et Campagne. Le premier vous entraîne dans la libre construction d'une ville sous-marine ; le joueur fait ce qu'il veut du moment qu'il respecte son budget. Le second plonge le joueur dans un face-à-face infernal avec divers problèmes, qu'il doit résoudre différemment en fonction du personnage sélectionné (oui, car le jeu propose un total de 24 maires possibles, dont une charmante pieuvre). Si vous accomplissez toutes les missions, vous débloquerez même des épreuves bonus ! Chouette. Enfin, le dernier mode propose de vivre 3 histoires distinctes aux thèmes différents. A noter que celles-ci sont séquentielles, vous devez réussir une mission pour passer à la suivante. Voilà pour les modes de jeu.
 

La réalisation

Je vais être franc, Aquatic Tycoon dispose de graphismes sympathiques et très agréables pour les yeux. C'est coloré, ça vit, sans pour autant cotoyer le kitsh. Chaque construction est correctement modélisée. Bon, les périodes de construction sont représentées par des animations un peu simplistes, certes. Mais c'est le genre du jeu qui veut ça. Pour ce qui est des musiques : en lien avec le milieu environnemental du soft, peut-être trop. En gros, il ne manque plus que les cris de dauphins (et encore, je les ai peut-être omis). Voilà, c'est exagéré à mon sens, on a le droit d'apprécier des mélodies sans pour autant avoir constamment de l'eau de mer dans les oreilles (ndRick : haha, bonne remarque. L'immersion trop poussée serait-elle cause d'une saturation plus rapide que sur des jeux d'ambiance neutre?). Enfin, dans l'ensemble ça se tient, je n'ai personnellement jamais eu recours à l'excinction totale de mes bafles. La réalisation graphique/sonore tient donc la route.

J'arrive maintenant au gros point noir du soft : le gameplay. Malgré le fait qu'être responsable d'une cité toute entière puisse constituer un fantasme de mégalomane, on ne peut s'empêcher de se sentir impuissant. Pourquoi ? C'est simple, on ne dispose jamais de la moindre indication, à aucun moment. Et Dieu sait si parfois, on en a besoin. A quoi sert cela, pourquoi construire ici et pas là-bas, etc. Encore, si on était habitué, mais au départ on est forcément novice, mince ! Justement, nous sommes censés tout savoir dès le départ. C'est flatteur de prendre le joueur pour Poséidon (le dieu de la mer, héhé) mais ce n'est pas forcément bon pour les nerf de ce dernier. Autre facteur d'impuissance, l'impossibilité de régler tout un tas de critères (prix des loyers, de la nourriture, et j'en passe). Alors là, c'est abusé ! Au final le joueur en a marre de se voir dépendant du bon vouloir du titre lui-même. La lassitude arrive, et la durée de vie du titre dépasse à peine celle d'une bouteille à oxygène.
 

Au final

Aquatic Tycoon, en dépit de ses quelques qualités, commet une erreur relativement grave : il néglige le joueur. En bref, bonjour monsieur, vous voulez construire une ville dans les profondeurs du Pacifique ? Pas de problème, allez-y et bonne faillite. Ayant vécu ça à chaque fois (oui oui, j'aimerais vous y voir) je peux témoigner de l'état critique de mes nerfs à chaque fin de partie. Si bien qu'au bout d'un moment, on n'a plus envie de recommencer, et tout est fini. Enfin non, il reste la désinstallation à accomplir (ndRick : et une chtite défrag de D:, pour bien vérifier que AT ne soit plus là). Je vous assure, le fait que vous soyez fanatiques de dégustation de hot-dogs à dix mille mètres de profondeur n'apaisera en rien votre crispation. Ce jeu est innovant mais trop vite lassant, un point c'est tout.
 

Article rédigé par n0nam , le

Difficile d'éprouver quelconque plaisir en jouant à Aquatic Tycoon. Plus énervant que convivial, le soft gâche ses chances et se retrouve au stade de produit passable. Dommage car ses atouts restent bien présents. Enfin, les développeurs sauront quoi faire lors de leur prochaine tentative.

Points positifs

  • Concept novateur
  • Graphismes jolis

Points négatifs

  • Absence de toute indication
  • Très vite lassant
  • Trop simpliste

Commentaires