Test : Painkiller

Painkiller - PC

Genre : FPS Horreur

Date de sortie : Mars 2004

Genre
FPS Horreur
Date de sortie
Mars 2004 - France
Développé par
People Can Fly
Edité par
DreamCatcher
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Pan ! Pan ! Argh !! T'es mort ! Même pas vrai ! Initié depuis notre tendre enfance, l'art du bourrinage bête et méchant a tendance à être oublié dans les jeux vidéo, pour laisser place à des jeux plus heu... hem... bon voilà quoi ! Dieu soit loué, People Can Fly nous apporte son nouveau joyau venu du fin fond de l'Est : Painkiller, le jeu qui fera renaître en vous vos instincts sanguinaires les plus primitifs...

 
 
Les tentatives de faire renaître le bon vieux doom-like sont, avouons-le, plutôt rares. Après le vif succès de la série des Serious Sam, dont le second vrai épisode est en cours de développement, on va pu assister au semi-échec de Will Rock. D'ailleurs, c'est plutôt à ce dernier que Painkiller est inspiré : ambiance glauque, monstres puants et armes à gros calibres... Toutefois, deux différences fondamentales distinguent Painkiller de Will Rock : son aspect technique et son gameplay.
 

Mi-gentil, mi-méchant...

Moi : Yey, poupée ! Tu viens faire un tour avec moi dans mon cabriolet ?
Une gente demoiselle : Ooooh Danieeeeeeeel ! Avec plaisiiiiiir !
Moi : Allez c'est parti ! *Vroum vroum*
Elle : Chéri, à quoi tu penses ?
Moi : MMh moi ? A rien et heu... Aaaaaaah ! *Broum crack brouf* (bruit d'un accident mortel)
Un type bizarre avec des cheveux blancs : Bienvenue !
Moi : Hein quoi ? Ma voiture ! Ma meuf !
Lui : Calme, calme, kipecoule man ! Bienvenue !
Moi : Oui, oui, où chuis, là ?
Lui : Bienvenue ! Tu es entre l'enfer et le paradis !
Moi : Quoi ? L'enfer ! Mais c'est quoi ces conneries ? J'ai rien fait !
Lui : Aha, bien sûr que si, tu as fait ! Mais pour te racheter, bute moi quatre gros démons avec plein de dents et d'ongles mal coupés, et je t'envoie au paradis.
Moi : Yey, enfin de l'action !
Lui : Tu veux des armes ?
Moi : Nan, j'arriverai à les buter avec mes mains.
 

... mais aussi mi-homme mi-démon

Vous l'aurez compris : votre mission sera d'anéantir tout un tas de gros méchants tous poilus, à moitié morts, mais bien vivants dès qu'il s'agit de vous attaquer !
Pour mener à bien votre mission, vous posséderez une panoplie assez ridicule d'armes (5 au total), mais surtout la possibilité d'utiliser des cartes magiques pour vous tirer d'un mauvais pas (ces cartes sont acquises lorsque vous finissez un niveau sous une condition spéciale) et aussi la possibilité de vous transformer en démon. En effet, lorsque vous tuez des monstres, ils libèrent une âme qui vous fera gagner un point de vie. Lorsque vous en récupérerez plein, vous vous transformerez malgré vous en démon. Cet effet est incontrôlé et peut surgir n'importe quand. Lors de la transformation, vous voyez le décor en noir et blanc et vous pourrez tuer d'un seul regard pratiquement n'importe quel monstre.
Cette transformation est très réussie techniquement, mais un bouton d'activation, à la Devil May Cry, aurait été plus utile car il arrive de se transformer après avoir ramassé la dernière âme du dernier démon abattu.
 

Une physique qui arrache la gueule

Pour accroître le spectacle, People Can Fly a exploité le moteur physique Havok 2.0, également utilisé dans Max Payne 2, Half-Life 2, Deus Ex 2, entre autres. Ce moteur, rappelons-le, simule à merveille de nombreux éléments dans le décor, ainsi que les protagonistes qui y évoluent. Les développeurs s'en sont donné à coeur joie en réalisant tous leurs délires les plus fous. Ainsi, les monstres volent dans tous les sens après une explosion, peuvent s'accrocher à un mur après avoir été empalés par un pieu, de nombreux éléments dans le décor peuvent être détruits. Mieux encore : certains monstres peuvent interagir avec d'autres, pour vous pourrir un peu plus la vie.
 

Un graphisme qui heu... arrache la gueule aussi

Côté graphismes, encore une fois chapeau bas, messieurs ! Les décors sont extrêmement variés et concernent un peu toutes les époques et lieux géographiques : un asile, un cimetière, une usine désaffectée, un village moyen-âge, un palais du moyen-orient... Un seul point commun : la beauté constante du graphisme, en plus d'une fluidité bien meilleure que chez un certain Far Cry... Bien sûr, Painkiller n'égale pas ce dernier, mais s'en rapproche dangeureusement. Côté monstres, la modélisation est de très bonne facture et les boss sont immenses. Saluons aussi l'effort des développeurs, pour avoir inventé 50 types de monstres différents ! Excusez du peu.
 

Au final

En bref, vous l'aurez compris : Painkiller, c'est le grand retour du doom-like pur et dur. Doté d'une réalisation exemplaire, de niveaux bien conçus et de monstres variés, ce titre procurera des heures de plaisir aux bourrins de la première heure. Les autres pourront s'y essayer et y prendront sûrement goût, le soir de retour du boulot. Par contre, les afiscionados de simulation ou de RPG feraient mieux de fuir en courant : ce jeu n'est pas pour vous les gars ! L'histoire se résume à quatre cinématiques et l'histoire tient sur un timbre poste !
 

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Beau, sanglant et nerveux, Painkiller fera la joie des bourrins, amusera les autres, mais ne laissera personne indifférent, ne serait-ce que pour la beauté de ses graphismes et le réalisme de son moteur physique.

Points positifs

  • Moteur physique
  • Graphisme
  • Action omniprésente
  • Monstres variés

Points négatifs

  • Pas assez d'armes
  • L'histoire aurait gagné à être plus touffue

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

32 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires

Jeux similaires

Far Cry - PC 8

Far Cry

Genre FPS tropical

Développé par Crytek Studios

Edité par Ubisoft

Date de sortie Mars 2004

Voir la fiche du jeu

Quake 4 - PC 8

Quake 4

Genre Doom-like

Développé par Raven Software

Edité par Activision

Date de sortie Octobre 2005

Voir la fiche du jeu

XIII - PC 8

XIII

Genre FPS Cel-shadé

Développé par Ubisoft

Edité par Ubisoft

Date de sortie Novembre 2003

Voir la fiche du jeu

Call of Duty - PC 8

Call of Duty

Genre FPS

Développé par Infinity Ward

Edité par Activision

Date de sortie Novembre 2003

Voir la fiche du jeu