Preview : The Movies

The Movies - PC

Genre : Gestion

Date de sortie : Fin 2005

Genre
Gestion
Date de sortie
Fin 2005 - France
Développé par
Lionhead Studios
Edité par
Activision
Disponible sur
Gamecube, PC, PS2, Xbox
Site officiel
Site officiel

Peter Molyneux, un projet faramineux et ambitieux. Voilà comment résumer The Movies rapidement. Autrement, on parle d’une sorte de Sims-like à une échelle plus large dans le sens où vous supervisez également tout ce qui passe autour de vos acteurs et tenterez d’en faire des stars mondiales suprêmes. Prêts, la séance peut commencer alors.

 
 
Mercredi 28 septembre, c’est au Millenium Hôtel Paris Opera que la presse française est conviée pour tester en avant-première mondiale The Movies au nez et à la barbe des ricains qui eux se lamentent encore sur des screenshots. Bref, le rendez-vous est pris et bien évidemment je réponds présent. Arrivée à 12h pour tester le jeu durant une heure et demi avant la conférence de l’après-midi. Une belle salle remplie d’ordinateurs et un buffet bien garni. Un bon accueil. Après un petit topo sur le jeu, Lionhead nous convie à s’essayer au jeu. Tant mieux, je suis là pour ça.
 

Une bonne immersion

Pour être reconnu, un jeu doit passer par là. Une bonne immersion est la clé de tout succès auprès de la gent gamerienne. Pour commencer, on a droit à un petit tutorial bien foutu et qui nous explique les différentes commandes, comment recruter un acteur, construire des bâtiments, des décors, des chemins, faire un film, etc. Tutorial fini, je passe aux choses sérieuses. Nouvelle partie, on y va, je fonde le studio GameHope Land, un studio encore inconnu mais en devenir. Je commence d’abord par bâtir une école d’art, où seront formés acteurs, réalisateurs et figurants. Ensuite place au bureau de script, l’endroit où mon équipe répètera avant de débuter le tournage. Il vous faudra monter des décors, construire un studio de post-production pour boucler votre film et l’envoyer dans les salles obscures. Et tout se fait de façon très instinctive. Le glisser-déposer sera votre ami. Vous prenez un acteur, le placez où bon vous semble, le virez, le relookez, lui assignez un rôle, etc. Et ça marche avec tout. Le script partira du bureau d’écriture pour ensuite se retrouver au bureau de script, et deviendra ensuite un film qui sera envoyé en post-production et en salles de cinéma. Les bâtiments sont jolis de l’extérieur et sont simplifiés en intérieur, question de pratique. Un bâtiment est en principe divisé en plusieurs carrés bleus représentant des salles et des tâches. En plaçant un postulant dans la salle « recruter », il sautera de joie et foncera travailler. Inversement, il y a une case « refuser/virer » qui n’est pas inutile. Ce système de jeu est ultra simple et enfantin. Le tutorial s’avère cependant très utile pour comprendre les subtilités du gameplay. Et The Movies ne se résume pas uniquement à un jeu de construction, c’est bien plus profond et le but principal est de faire des films tout en gérant votre studio.
 

Les acteurs sont les rois

Chaque acteur a ses propres caractéristiques. Et elles sont nombreuses. Il y a tout d’abord l’aspect physique qui change et sa spécialité à faire des films d’horreur ou des comédies. Ajoutez à cela une jauge de stress, de confiance en soi par rapport au look, et leur salaire pourra leur déplaire. Pour le relookage, la solution est simple. Un bâtiment lui est dédié exclusivement avec deux cases : le relookage manuel et l’auto relookage, pour les fainéants. Je vous conseille le relookage manuel qui est très complet en proposant des tonnes de tenues pour chaque époque, allant du sobre à l’excentrique le plus total. Tout est personnalisable, la couleur des vêtements, le chapeau, les lunettes mais également l’aspect physique de votre acteur ou actrice avec par exemple la barbe, le poids, la coiffure et j’en passe. Il sera difficile d’avoir deux acteurs se ressemblant comme deux gouttes d’eau à moins de le faire exprès. Attention à ce que leur look leur plaise, sinon c’est la déprime assurée.
A part les relooker, il faudra les bichonner, et faire en sorte qu’ils se sentent parfaitement à l’aise dans leur studio. Et plus leurs films auront du succès, plus ils prendront la grosse tête, deviendront capricieux et aimeront le luxe. Et là c’est l’environnement qui compte. Des routes et des chemins bien faits, des toilettes, un bar, des terrains de basket, des logements et bien d’autres choses encore. Si l’univers leur convient bien, vos Sims, euh vos acteurs, vivront dans la joie, feront de bons films et la ruée vers le fric débutera sérieusement. Vous devrez constamment surveiller votre petite communauté, à l’instar d’un certain Black & White le tout dans un pur esprit de supervision à la Peter Molyneux.
 

Fabrique ton film

Une fois que vous avez vos décors, vos acteurs et tout le tralala, il vous faut réaliser vos films. Au début du jeu, vous ne participerez pas à l’élaboration du film directement. Vous engagez des « scriptwriter » qui pondent un script et dont le réalisateur se charge d’en faire un film en bonne et due forme. Ensuite, vous pourrez toujours le regarder mais c’est tout.
Heureusement par la suite il sera possible d’écrire soi-même ses scripts mais vous ne vous occuperez pas du tournage en lui-même. La deuxième méthode de réalisation est plus complexe et surtout plus intéressante puisque vous réaliserez votre film de A à Z. Vous choisissez les décors, les acteurs, les figurants, le placement des caméras, la lumière, les mouvements des acteurs, et vous avez un choix de plus de 10 000 scènes qui vous attendent. De quoi faire un film très complet, assurément.
Place ensuite à la partie montage. A la manière d’un logiciel de retouche vidéo, les scènes sont placées en bas sur une ligne, et vous pouvez les inverser entre elles à volonté ou les supprimer par simple pression sur la touche suppr. Vous pouvez faire des coupes, des fondus, changer la police d’écriture et même enregistrer vos propres sons grâce à un micro. On parle même d’animation réaliste faisant bouger les lèvres de votre acteur en rythme avec vos paroles et votre voix. Intéressant.
 

A vous la gloire

Une fois votre film terminé, vous pouvez le sortir en salles. Et là c’est la dure loi des critiques qui fait rage. Tantôt unanimes sur la qualité de votre film et tantôt mitigées, les critiques changeront pas mal de choses pour les recettes de votre réalisation. Votre film sera classé au box-office et cela affectera plus ou moins vos acteurs et réalisateurs. Et c’est un cycle perpétuel, il faut ensuite faire un autre film, etc. Histoire de rendre le jeu convivial et communautaire, vous pourrez envoyer vos créations sur le site officiel du jeu et les 10 meilleurs films seront récompensés, puisqu’une somme d’un million de dollars sera offerte à chaque réalisateur pour faire son propre film avec de vrais acteurs et tout le bordel. Un bon tremplin donc. Notez que Louis Leterrier, réalisateur des deux Transporteur et de Danny the Dog, approuve totalement le concept du jeu et déclare que c’est "un éventuel support d’entraînement ". Peter Molyneux, toujours ambitieux, déclare préparer un add-on à The Movies avec de nouveaux costumes, de nouveaux bâtiments et pourquoi pas la possibilité de filmer un décor réel et d’y intégrer les acteurs du jeu grâce au système du fond bleu. Très prometteur, mais voyons déjà avec le jeu en lui-même, qui arrivera d’ici un mois et demi.
 

Article rédigé par Robinsoldier , le

Le nouveau projet de Peter Molyneux, The Movies est d’ores et déjà très complet. Ayant joué une heure et demi, je suis pleinement satisfait, et le jeu semble tenir ses promesses. Mais ce n’était qu’une mise en bouche de la part des développeurs donc attendons la version finale pour juger et éviter toute éventuelle déception. Un jeu sans défaut, cela n’existe pas.

Commentaires