Preview : Secret Weapons over Normandy

Secret Weapons over Normandy - PC

Genre : Arcade

Date de sortie : Novembre 2003

Genre
Arcade
Date de sortie
Novembre 2003 - France
Développé par
Totally Games
Edité par
Activision
Disponible sur
PC, PS2, Xbox

Décidemment, les développeurs aiment la seconde guerre mondiale. Sûrement parce qu'il ne l'ont pas faite me direz-vous, c'est sur. Du coup pour rattraper le coup, ils nous font des jeux de plus en plus réalistes pour nous mettre un peu dans le bain (de sang) avant de déclencher la troisième guerre mondiale. Pardon, j'ai dis de plus en plus réalistes ? Et bien il y a des exceptions.

 
 
Après avoir jubilé devant IL-2 Sturmovik et après avoir été déçu en jouant à CFS 3, voilà un nouveau jeu d'avions sur la WWII comme disent les anglophones (et tant pis pour les anglophobes). D'emblée, SWON s'annonce comme un jeu purement arcade (il suffit d'y avoir joué 30 secondes pour le savoir). Oubliez donc le pilotage hyper délicat d'IL-2 et les problèmes de munitions ou de carburant de CFS 3.
 

L'espace à 3000 pieds

SWON va attirer les industries aérospatiales sur les terrains visités. La NASA à Dunkerque, pourquoi pas après tout. Et pourquoi ça ? Et bien parce que les avions défient totalement les lois de la physique dans ce jeu. On a l'impression de piloter un vaisseau spatial à 3000 pieds d'altitude ce qui fait assez bas quand même. Pas étonnant quand on sait (et je le sais parce que je me suis bien renseigné, vous croyez qu'on écrit une preview comme ça vous ?) que les développeurs du jeu, Totally Games, sont déjà responsables de X-Wing et TIE Fighters entre autres. L'entente avec LucasArts ne date donc pas d'hier mais pour cette fois, pas de licence Star Wars derrière la production.
Avec tout ça, SWON se rapproche donc plus d'un bon mais vieux Crimson Skies (qui vient de revoir le jour sur Xbox). On en reparlera.
 

Salut, comment ça va ?

Ici, on vous colle dans la peau de James Chase, un jeune bleu (comme les schtroumpfs) américain qui vient de s'engager dans la RAF anglaise pour combattre la racaille nazie. Il trouvera vite un mentor du nom de Trevor qui essayera de faire de notre fils à maman un véritable pilote. Oui parce qu'au début du jeu, le James Chase il en mène pas large quand même.
Pour nous prouver qu'il sait s'intégrer quand même le bougre, on a droit à des dialogues avant chaque mission ainsi qu'avant le décollage et entre chaque section de mission. Alors qu'en vol on a droit aux habituels "Putain, viens me sauver j'en ai un qui me colle au cul", "Argh! Au secours aide-moi!", "Merde les gars il me met en pièce…" ou autre "Gosh, je suis mort…", ici les dialogues se résumeront plutôt par "Salut petit, tu vas voir on va s'amuser." et par "Bien joué, tu as du talent petit gars.". C'est plutôt kitch, pas vraiment dans l'esprit et on n'a vraiment pas l'impression de diriger un pilote qui va devenir un As du ciel.
 

Gameplay au rabais

Tout est dans le titre, le gameplay du jeu s'annonce quand même particulièrement médiocre. Alors que dans un CFS 3 on a droit à des centaines de commandes hyper précises à tel point qu'il n'y a pas assez de touches sur le clavier pour toutes les assigner et qu'il faut une vraie check-list pour décoller, voler et atterrir, ici, il n'y a rien. Quelques trucs pour aller plus vite, aller moins vite, monter, descendre et puis le minimum syndical. Les volets et les trains d'atterrissage se mettent en position automatiquement avec une seule commande, les autres étant réservées aux armes et aux différentes caméras (qui ne font que locker une chose différente, vous ne pouvez pas la bouger comme bon vous semble avec la souris comme dans les autres jeux). Alors ça fait un peu ridicule quand même. Heureusement on a droit à deux sortes de commandes : le mode simple et le mode avancé. Je cherche encore la différence entre les deux mais il doit bien y avoir un truc quand même.
Mis à part ça, les avions se pilotent donc très facilement, vous pourrez défoncer votre joystick sans jamais décrocher et vous pourrez toucher vos ennemis de très loin. Comme si c'était pas encore assez simple, un réticule de visée apparaît à l'endroit où vous devrez tirer pour faire un maximum de dégâts. Même pour les bombes on a droit à une cible (pas très précise) au sol. Seule limite : l'altitude. Si vous montez trop pour votre avion (certains peuvent aller plus haut que d'autre), vous aurez quelques problèmes.
 

Comment dézinguer du nazi en deux leçons

Détruire les ennemis n'est pas vraiment dur dans ce jeu. Soit vous leur tirer dessus jusqu'à ce que leur rond de vie soit vide (oui, il y a un indicateur de vie) soit vous leur rentré dedans. J'entends déjà les "mais non imbécile, si tu rentres dedans, tu vas mourir aussi". Et bien non, foncez sur un avion ennemi et vous rebondirez bêtement dessus. Les développeurs ont donc poussé l'arcade à son plus haut niveau dans ce jeu. A moins que ce ne soit la bêtise…
Vous pouvez aussi bombarder les cibles au sol assez facilement en faisant juste attention de ne pas être pris dans le souffle de l'explosion sans quoi votre avion se figera puis explosera.
Les avions se découpent en morceau lorsque qu'ils explosent, mais seulement quand ils explosent. Ici aussi, le moteur physique est inexistant et vous n'aurez pas le loisir de voir le sol à travers le trou que vous viendrez de faire dans l'adversaire puisqu'il n'y aura pas de trou tout simplement. Les cibles terriennes abattues laissent quand même une carcasse, ouf.

Un jeu d'époque

Attention, quand je dis un jeu d'époque c'est juste pour dire que la réalisation doit dater de la seconde guerre mondiale. Bon d'accord j'exagère un peu mais c'est honteux de voir ce jeu tourner aujourd'hui. Franchement, IL-2 sorti il y a pourtant un moment maintenant fait incroyablement mieux.
Graphiquement, les avions sont moches et même si le reste n'est pas désagréable, c'est dépassé. Les textures sont peu détaillées et tout est très carré au sol. En plus de ça, c'est gourmand et ça tourne pas terrible. Peut être que la version finale sera plus fluide mais il faudra attendre le test pour ça. Seules les explosions relèvent véritablement le niveau. Bref, graphiquement, c'est version est loin d'être convaincante.
Au niveau du son, il y a de quoi se marrer aussi. Les voix anglaises ont un véritable accent français aux alentours de Dunkerque ce qui est plutôt marrant mais qui ne se verra pas si les voix sont transcrites en français. Mais les bruitages sont ridicules, on ne pilote pas un avion avec un moteur mais avec un chaton sous le capot. En plus de ça, ils sont vraiment peu nombreux et seules les voix sont convaincantes.

Article rédigé par kremakiller , le

SWON ne me laisse donc pas une bonne impression (pour ne pas dire qu'il m'en laisse une mauvaise). S'il était sorti il y a trois ou quatre ans, on aurait pardonné son gameplay et son moteur physique (si tant est qu'il existe) mais là, je ne le peux pas sans me rendre coupable de propagande. Du coup, je vais plutôt ressortir Crimson Skies du placard parce que lui au moins avait de la classe. Attendons tout de même le test pour juger de la qualité des missions et de la durée de vie notamment. On pourra également voir si les avions proposés valent le coup et si le système d'upgrade ainsi que l'éditeur de mission tiennent la route. Mais personnellement, je ne me fais pas trop d'illusions…

Commentaires