Test : Evil Genius

Evil Genius - PC

Genre : STR

Date de sortie : Octobre 2004

Genre
STR
Date de sortie
Octobre 2004 - France
Développé par
Elixir Studios
Edité par
Vivendi Games
Disponible sur
PC

Je suis le méchant et je dois tuer les gentils.
Je veux devenir le maître du monde et Evil Genius va m’y aider…
Mouhahaha ! (<= ceci est un rire sarcastique :D)

 
 
Evil Genius, voilà une nouvelle curiosité vidéoludique. En effet pour une fois vous n’incarnez pas le gentil, mais le méchant qui n’a pour seul but que de faire du mal aux autres : les gentils. Mais comme tout bon méchant qui se respecte, il va falloir construire une immense forteresse de grande classe ! C’est ce que vous propose de faire ce jeu de gestion à forte tendance humoristique et dans un univers très kitch, très 70’s, très Austin Powers…
 

Take over the world !

Après un tutorial bien placé pour vous permettre de ne pas être à la rue, vous pouvez vous lancer dans le vif du sujet avec au choix 3 grands méchants démoniaques différents à incarner. Une caricature du Dr. Denfer, un puissant chinois façon samouraï reconvertit, ou une femme tyrannique…Tous les clichés des « génies du mal » sont ici. Mais ce choix de départ n’aura qu’un but esthétique puisque le déroulement du jeu sera ensuite le même. Vous voilà maintenant arrivé sur votre île réservée, accompagné de votre bras droit, garde du corps le plus fidèle, et surtout en possession de tout l’or accumulé par vos précédents méfaits et qui va vous permettre d’installer toute la technologie nécessaire à l’être malveillant que vous êtes. Vous allez devoir construire une forteresse, enrôler de nouveaux sujets, le tout afin d’éviter ces empêcheurs de tourner en rond que sont les gentils de venir vous rendre une petite visite plutôt inamicale.

C’est parti, un coffre fort, une morgue pour stocker les cadavres des futurs visiteurs incongrus, voilà de quoi démarrer une bonne vie de pacha dans son antre. Mais la gestion ne se limitera pas à installer tel ou tel piège à tel ou tel endroit et à faire construire telle ou telle pièce à grands renforts d’explosifs. En effet que serait votre forteresse sans les gardes et autres personnels d’accompagnement. Seulement voilà, tout se beau monde il va falloir le former, le perfectionner, mais également lui permettre de vivre dans de bonne condition, sans quoi il va se retrouver en pleine déprime à la manière d’un Sim. Un garde malheureux c’est un garde qui doute des joies du mal et qui ne verra plus d’intérêt à vous protéger. Il va donc falloir créer une caserne ou ils pourront se reposer, se divertir, etc…
Chaque pièce pourra être agrémentée d’objets, un flipper pour la caserne des soldats, un punching ball dans l’armurerie, une chaise pour les interrogatoires de la salle de torture, etc… Le nombre d’objet est conséquent et à vous de faire les bons choix. Par exemple négliger l’achat d’extincteurs sera fort regrettable lors d’un incendie.
Voilà pour votre défense, mais avouez qu’un méchant qui ne fait rien de ses journées ça serait vraiment dommage. Tant de génie diabolique réunis dans un seul être, quel gâchis ! Heureusement depuis votre petit paradis, vous allez pouvoir gérer votre notoriété machiavélique dans le monde entier. Vous pourrez envoyer vos meilleurs hommes sur différents coups, qui une fois réussis vous apporteront gloire et fortune.
 

Ô mon bon génie…

En ce qui concerne l’aspect technique du jeu, les graphismes ne sont pas époustouflants, mais comme ils collent parfaitement à l’ambiance parodique, on ne s’en plaint absolument pas. On est dans un univers très coloré, à la limite du cell-shadding. Et les quelques jolis reflets et autres effets sont là pour nous rappeler que ce choix de simplicité est bien un choix et non une négligence. En revanche ce qui est un peu dommage, c’est que la 3D aurait pu être plus exploité, même si il est vrai que sur ce genre de jeu un zoom surpuissant relève plus du gadget que de la réelle nécessité.
Sur le gameplay, l’interface se prend assez rapidement en main et ce jeu n’aura pas besoin de mobiliser toutes vos ressources morales pour comprendre ce que vous devez y faire. Comme dirait l’autre, votre cerveau restera parfaitement disponible à une pub de Coca-Cola par exemple. Vous passerez donc un bon moment de plaisir, le problème restant comme pour de nombreux jeux de gestion, la durée de vie de ce plaisir. En effet même si nombre d’objets et fonctionnalités sont à débloquer au cours de la partie, il n’en reste pas moins que l’univers très sympathique au début risque pour certains de devenir assez lassant une fois la surprise passée. D’autant que comme tout jeu de gestion vous resterez assez passif dans l’action, vous contentant simplement de donner des directives à adopter.
 

Article rédigé par DjiZ , le

Ce jeu de gestion au concept original ravira tout ceux qui aiment le genre, mais n’espérez pas trouver un gros Wargame plein d’action. En tout cas Evil Genius est à recommander pour quiconque voudrait s’offrir une petite tranche de délire.

Points positifs

  • Concept original
  • Humour omniprésent
  • Ambiance sympa

Points négatifs

  • Vite redondant

Commentaires