Test : Civilization IV

Civilization IV - PC

Genre : Stratégie tour par tour/Gestion

Date de sortie : Octobre 2005

Genre
Stratégie tour par tour/Gestion
Date de sortie
Octobre 2005 - France
Développé par
Firaxis
Edité par
2K Games
Disponible sur
PC
Parfois appelé
Sid Meier's Civilization IV, Sid Meier's

Quelques années après Civilization III, Sid Meier et Firaxis relancent la machine pour un quatrième opus avec l’ambition de satisfaire tout le monde. Alors que les jeux de gestion pure semblent disparaître au profit de titres plus axés fun et délires (Les sims, The Movies), Sid Meier se surprend à rêver d'un titre purement simulation qui puisse attirer les foules.

 
 
Alors que Civ3 s'exportait sur CD, Civ4 préfère le DVD, alors que Civ3 était en 2D, Civ4 passe à la 3D, alors que Civ3 ne semblait pas très enclin aux nouveautés, Civ4 se veut renaissance du genre : plus accessible, plus joli, tout en devenant plus complet. L'est siphonné le type!!
 

Pour les tous petits

Le maître mot de Civ4 semble être proximité entre joueur et jeu. Alors que les anciens opus apparaissaient très obscurs aux non-initiés, ce quatrième volet propose un tutorial très complet avec un Sid Meier en 3D (très Flight Sim- spirit dans le genre...) sensé nous expliquer les rudiments du jeu. Pour ceux qui ont touché au deuxième ou au troisième opus (le premier remonte vraiment à très loin, je pense que les fans sont passés depuis belle lurette en mode sonotone), ça doit choquer. Ensuite, une fois une première partie lancée, on voit que Firaxis ne s'est pas arrêté au tutorial. Toute la partie est parsemée d'aides en tout genre, comme ces cercles bleus représentant les meilleurs endroits où installer vos villes, ou encore cette interface revue et simplifiée pour mieux coller aux interfaces RTS classiques (pauvres petites natures qui n'arriveraient pas à habituer leurs yeux au changement).
Au fil des tours (car Civ4 reste au tour par tour, faut pas déconner non plus), vous devrez vous développer, vous répandre comme mousse qui fume sur la planète, et parallèlement vous développer technologiquement, militairement, culturellement, etc. Chaque ville peut ainsi suivre des recherches, plus ou moins rapides selon leurs taille et la satisfaction de vos citoyens. Ces recherches sont l'une des clés de voûtes du jeu. Une fois une recherche terminée, vous aurez alors droit à un nouveau menu déroulant vous présentant les nouvelles technologies disponibles, leurs influences sur votre situation militaire, votre agriculture, etc. Pire, en laissant la souris sur l’icône, vous pourrez voir ce à quoi elle vous donnera accès plus tard, et ainsi prévoir à moyen terme son développement, sans avoir à ingurgiter les arbres technologiques complets de l'antiquité ou du Moyen Age. Toutes ces infos tombent généralement au bon moment, et permettent au joueur d'être tenu par la main pendant les premières parties.
 

15 ans de métier

Si le jeu se veut très simple dans son déroulement, Firaxis n'a pas oublié le reproche qu'avaient fait les fans lors de la sortie de l'épisode 3. Après 3 ou 4 add-ons pour Civ2, qui était pour le coup devenu très complet, Firaxis s'était décidé à faire le pas et à créer un nouvel épisode. Malheureusement Civ3 fut trop timide, et ne proposait que trop peu de nouveautés pour surprendre les fans. Civ4 en rajoute des tonnes. L'arbre technologique est bien sûr toujours réglé sur celui de l'humanité, mais dispose de bien plus de ramifications. Mieux, le système de recherche a été repensé : on peut désormais découvrir des tas de trucs mais dans l'ordre que l'on veut, ou encore annuler une recherche pour revoir sa stratégie. Stopper toutes ces recherches culturelles pour se lancer dans le militaire (si l'odeur de la poudre semble trop proche), voila qui rend le jeu tout de suite plus flexible.
Parallèlement, Firaxis a donné plus de place à la religion, en élevant leur nombre à 8 (ce qui, entre nous, est drôlement chouette, parce que on peut enfin dire "dans le nouveau Civ il y a une huitaine de religions", ce que j'ai toujours rêvé de dire), mais aussi en donnant plus d'avantages à leurs "propriétaires". Ainsi, si une technologie vous permet de découvrir une religion, cela aura une influence sur vos populations, ou sur les villages convertis. Enfin, l’influence des gouvernements a aussi été revue : on ne choisit plus seulement un type de gouvernement (tyrannie, monarchie...) mais on peut aussi lui rajouter plusieurs différente doctrines regroupées en 5 catégories. Liberté de culte, suffrage universel, voilà qui devrait vous permettre de vous imaginer votre petit système politique comme vous l'entendez, sans vous embarrassez des problèmes gouvernementaux de nos ancêtres (Rien de plus ennuyeux qu'une démocratie...).
A coté de tout ça, l'IA est assez logique et s'adapte assez efficacement à nos stratégies. La diplomatie suit le même chemin : elle est assez claire, et semble avoir du sens. Vous pouvez l'utiliser en toute confiance.
 

Civ4 en 3D?

Le succès de Sid Meier's Pirates a du accélérer les choses, mais qu'importe : si Civ4 avait pour ambition d'élargir le public de la série, il fallait passer par le moule 3D. Si cette dernière est finalement assez grossière (se rapprochant plus du niveau d'Empire Earth (2002) qu'autre chose), elle fait parfaitement l'affaire à moyenne distance. Les zooms et dézooms sont rapidement oubliés pour se re-concentrer sur le jeu lui-même, mais ce petit bon technologique fait son effet, et revenir à Civ3 par la suite n'est pas évident. Malheureusement, cette débauche plutôt limitée de polygones semble affecter nos processeurs qui ne s'y étaient pas préparés. Les chargements sont longs, les parties peuvent être amenées à ramer, et finalement ça bug encore pas mal. En attendant le prochain patch...
 

Article rédigé par Rick28 , le

Firaxis a réussi l'exploit de rendre Civ4 accessible au plus grand nombre. Mais ça n'est pas tout ce qu'il faut retenir de cet épisode : Civ4 est très complet, la partie solo est très réussie avec de nombreuses civilisations et des arbres technologiques impressionnants. Le jeu est plus clair qu'auparavant. La 3D est plutôt sympa ; le mode multi est remis sur le devant de la scène : via le net, par mail ou encore en Lan, de quoi ravir les plus névrosés d'entre nous...

Points positifs

  • Très accessible
  • Très complet
  • Un multi digne de ce nom
  • Un éditeur de maps simple à utiliser
  • Une interface plus claire

Points négatifs

  • Moteur graphique gourmand
  • Quelques plantages
  • Ca manque de délire (voyages dans l'espace, villes souterraines...)

Commentaires

Jeux similaires