Preview : Platoon

Platoon - PC

Genre : Stratégie tactique

Date de sortie : Novembre 2002

Genre
Stratégie tactique
Date de sortie
Novembre 2002 - France
Développé par
Digital Reality
Edité par
Monte Cristo Multimédia
Disponible sur
Amiga, Amstrad CPC, NES, PC

Platoon est l'adaptation du film du même nom sur la guerre du Viet-Nam. Evidemment, comme il s'agit de guerre, les développeurs avaient le choix entre deux genres : le FPS ou le STR. C'est cette seconde option qu'ont choisi les petits gars Hongrois de Digital Reality.

 
 
Vous incarnerez Martin Lionsdale et vous prendrez le contrôle d'un petit groupe de soldats chargé de remplir une série de missions. Plus vous progresserez dans le jeu, plus votre armée sera importante et puissante. Parmi les missions proposées, on devrait trouver des trucs réels comme l'opération Pershing et Shiny Bayonnet. Et parmi vos troupes, vous trouverez des grenadiers, des usagers de M60, des artificiers, des poseurs de mines, faire appel à une couverture aérienne, et aussi utiliser des Viets-Congs, des unités furtives se cachant dans des coins sombres pour mieux surprendre les ennemis. Et quand vous deviendrez un maître des assauts, vous aurez droit à des snipers, des commandos et vous pourrez commander jusqu'à une trentaine d'hommes. Toutes les unités modélisées sont réelles et les véhicules ont été réalisés à partir de plans amerloques réels.
 

Un air de Commandos

Platoon ressemble pas mal à Commandos et surtout à Shadow Company dans son gameplay. Du coup, vous devrez avancer lentement et vous méfier de l'ennemi qui possède à peu près le même genre d'unités que vous. Vous devrez donc commencer par envoyer un éclaireur, puis un démineur pour démasquer les mines. Eh oui, ce bouffon dont vous ne connaissiez pas l'utilité, c'était un démineur. Dommage, si vous l'aviez su plus tôt, vous n'auriez pas perdu les 3/4 de vos soldats après une minute de jeu... Evidemment, vous devrez agir rapidement si vous tombez dans une embuscade. Genre : je tue et je pose les questions après.
Pour corser un peu l'affaire, à l'instar de Commandos, ne comptez pas sur une gestion de ressources, ni sur la construction de structures ou le recrutement d'unités. Votre armée est fournie dès le début de la mission et vous devrez vous débrouiller pour perdre le moins d'hommes possible jusqu'à la fin du niveau, en surveillant votre réserve de munitions et en veillant à ne pas trop faire marcher vos troupe qui seront fatiguées des longs parcours. Bah oui, les amerloques, ils regardent la télé toute la journée en bouffant des chips, alors ils ne sont pas habitués à faire des randonnées forestières...
 

Techniquement pas dégueu

Les développeurs nous ont fait un tas de promesses au niveau technique. Pour l'instant, la bêta est un peu buggée, mais ce qui tourne à l'écran est déjà très honorable et on espère que tout sera en ordre pour la sortie du jeu, prévue pour novembre prochain. Les animations, réalisées en Motion Capture, sont très convaincantes et sont variées. La gestion des lumières s'annonce prometteuse avec un cycle jour/nuit et des conditions météorologiques variables (elles sont variables certes, soyez sûr qu'il pleuvra tout le temps, c'est l'intensité de la pluie qui est variable). Au niveau des possibilités offertes par le moteur graphique, on nous propose de faire diverses rotations et des zooms (très poussés, un peu comme dans Empire Earth, en plus beau. Ou moins moche selon vos opinions sur ce STR). En revanche, pour placer la caméra, c'est parfois un peu galère, mais les développeurs ont encore un peu de temps pour corriger ce défaut, même si ça m'étonnerait qu'ils le fassent. En fait, je ne sais pas si vous vous en êtes aperçus, mais à part une petite correction des gros bugs, la plupart des défauts cités dans les versions previews est aussi présente dans les versions tests. Si ça continue comme ça, moi, un jour, je noterai les versions destinées aux avant-premières... Ce sera ma vengeance. Niark niark ! (bruit de rire fourbe)
 

D'autres imperfections

A noter aussi que les interactions sont moyennes pour l'instant puisqu'on ne peut pas abattre les arbres, pourtant si nombreux dans la vraie guerre du Viet-Nam. Remarquez que ces fameux arbres sont presque inexistants dans certaines zones, donc ça ne pose pas trop un problème, heureusement ! Mais ça reste décevant quand on pense à la végétation dense de Soldier of Fortune 2 en Colombie. Ok, ce n'est pas le même contexte ni le même genre de jeu... Mais dans le même style que Platoon, on a Warcraft 3, et on peut y détruire les arbres avec des unités explosives, donc c'est dommage qu'on ne puisse pas le faire dans la production de Monte Cristo. De plus, cela se faisait dans la vraie vie avec des produits chimiques pas du tout écologiques. Arf, ils auraient pu embaucher quelques bûcherons canadiens, ça aurait été encore plus rapide et plus écologiques, mais bon, c'est du passé. Bon avec ces conneries, j'oubliais de vous préciser qu'on pourra bousiller des villages. Ce sera toujours ça de gagner pour assouvir votre soif de destruction.
Second grief : les voix sont pourries et les phrases cultes, inutile d'en parler, ouarf, elles sont pour l'instant inexistantes. Je crois qu'ils feraient bien de jeter un coup d'oeil du côté des jeux Duke Nukem etn pourquoi pasn piquer une réplique ou deux ? ;) Ou kidnapper l'auteur de ces phrases pour le faire travailler pour le compte de Digital Reality. Et pour les musiques, inutile d'aborder le sujet, non pas pour leur qualité, mais parce qu'il n'y en avait pas dans la bêta. Mais ça, il y en aura sûrement dans la version finale.
Ah oui, j'oubliais (ça n'a encore rapport avec le reste, mais je n'y pense que maintenant) : il se peut que les scènes marquantes du film soient intégrées au jeu, mais rien n'est officiel pour l'instant.
 

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Platoon s'annonce plutôt réussi avec une bonne réalisation, un contexte peu exploité dans les jeux vidéo et un gameplay rappelant celui de Commandos. Cependant, les défauts sont pour l'instant nombreux... Qui vivra verra.

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

32 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires