Test : Gang Land

Gang Land - PC

Genre : Stratégie temps réel

Date de sortie : Février 2004

Genre
Stratégie temps réel
Date de sortie
Février 2004 - France
Développé par
MediaMobsters
Edité par
Focus Home Interactive
Disponible sur
PC

Vous avez exulté devant le parrain ? Déliré comme un malade en regardant Mafia Blues (le 1 ou le 2 peu importe…). Eh bien vous allez pouvoir vous replonger dans l’univers de la mafia avec Gang Land, un excellent STR tactique à la Syndicate, sorti il y a bien longtemps.

 
 
C’est bien la première fois que je teste un STR sur Hardgamers et c’est surtout la première fois que je vois un STR qui a pour thème la Mafia et son univers si coloré, si chaleureux, si … plombé surtout ! Car effectivement, tout (ou presque) se règle à coup de crosses et à coup de poings…
 

Côté ambiance et scénario

Là, on peut dire que le jeu est une réussite totale. Le scénario est fort bien élaboré et fait bien entendu référence aux plus grands films du genre. Je vous le résume en quelques phrases, celles du communiqué de presse : "Au commencement la famille comptait cinq frères : Romano, Angelo, Sonny, Chico et Mario. Elevés en Sicile par leurs grands-parents, ces enfants là étaient inséparables. Mais la vie à parfois des revers cruels… Insatisfaits par leur vie trop tranquille sur les rives de la méditerranée, trois d'entre eux tuèrent leur propre frère lors d'une rixe sanglante. Ils prirent ensuite la fuite et se réfugièrent en Amérique à Paradise City, terre de toutes les opportunités, où ils commencèrent à établir leur domination sur toutes les activités criminelles de la ville. Furieux, le grand-père pris la décision d'envoyer Mario, le dernier des frères, à leur poursuite avec comme consigne de ne laisser aucun survivant..." Ca promet ! Avec une ambiance inspirée de Scarface, du Parrain ou encore de Taxi Driver et une bande sonore absolument irréprochable, Gang Land s’installe dans le fauteuil du « Parrain » des jeux du genre !
 

Des graphismes soignés

Effectivement, on ne peut pas reprocher grand-chose au jeu sur ce point. Tous les décors sont soignés et fort bien détaillés. Le jeu peut tourner sans ramer sur des petites machines, et les personnages sont tout de suite reconnaissables qu’il s’agisse d’un Dézingueur, d’un Mastard ou d’une Big Mamma, vous les reconnaîtrez tous au premier coup d’œil. Mais qui sont ces personnages aux noms si mystérieux et compliqués ? Eh bien c’est justement le sujet de mon prochain paragraphe qui traitera de la jouabilité et des possibilités qu’offre le gameplay du soft.
 

Un gameplay « patchwork »

Après une transition plus que bancale, il va maintenant falloir vous expliquer pourquoi j’ai choisi ce nom de « patchwork ». La raison est très simple : Gang Land possède bien entendu un grand penchant pour le STR, genre original du jeu. Mais les développeurs ne se sont pas arrêtés là, et ils sont allés piocher des éléments dans les RPG. Quelque soit le personnage que vous incarnerez, c’est un système d’expérience qui déterminera ses capacités. Le tout est très bien géré très clair et très simple à assimiler. Vous suivrez des objectifs définis par votre oncle dans les quatre premières missions puis vous volerez de vos propres ailes dans le but de devenir l’homme le plus redouté de Paradise City. Vous pourrez enrôler d’autres unités et ainsi former une mini armée qui vous permettra de neutraliser définitivement les bandes rivales, les flics et toutes ces petites choses qui font que l’on ne peut gérer tranquillement son business. Un mode défi vous permettra de gagner de nouvelles unités utilisables dans les 26 missions ! Dans celui-ci, il vous faudra uniquement survivre, plus d’argent, plus d’objectifs. Seul, votre instinct animal vous guidera. Comme dit un prof de philo de mon bahut : « Nous sommes tous des bêtes !!! » Vous devrez donc éliminer des bandes rivales, vous servir des nombreuses possibilités du jeu pour prendre le contrôle de Paradise City. Entre la vente d’alcool de contrebande, le commerce d’armes, le racket de restaurant (mon petit truc préféré), vous n’aurez jamais un instant à vous et c’est par tous les moyens que vous pourrez, que dis-je, que vous devrez devenir le boss de Paradise City…
 

Article rédigé par Baba , le

Cette petite fantaisie au niveau de l’univers du jeu a fait du bien à Gang Land qui se propulse aussitôt comme l’une des références du genre en matière de STR. Si vous l’avez acheté, vous ne le regretterez pas !

Points positifs

  • L'ambiance
  • La durée de vie

Points négatifs

  • Peut-être un peu difficile...

Commentaires