Test : TrackMania Sunrise

TrackMania Sunrise - PC

Genre : Course

Date de sortie : Avril 2005

Genre
Course
Date de sortie
Avril 2005 - France
Développé par
Nadeo
Edité par
Focus Home Interactive
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Enfin la voilà, la suite de ce qui fut, il y a un an et demi, une belle surprise vidéo ludique et qui arrive après une démo au succès multijoueur incontestable. Ça va sentir la gomme fraîche et le soleil californien/méditerranéen (rayez la mention inutile suivant votre préférence ^^).

 
 
Trackmania, un petit jeu de voiture sympa qui, à notre grande surprise, a su créer sa communauté, toute aussi active que celles des FPS les plus populaires. Le jeu s’est imposé jusque dans le cercle très fermé des tournois LAN et online.
Nadeo avait fourni les bases, les fans et l’éditeur de circuit facilement maîtrisable par un lapin de 6 semaines ont fait le reste. Seulement le jeu ne plaisait pas à tout le monde, on sentait que même si le concept était là, il manquait un petit quelque chose. La suite nommée Trackmania Sunrise, tout en gardant la même recette, rajoute cette dose de peps, de vitamines et de produits stupéfiants, qui en font un titre survolté.
 

Sous le soleil exactement.

Petit rappel pour les deux du fond qui dorment, Trackmania utilise un concept simple, celui de placer des véhicules sur des circuits montés par blocs. Pas de collision entre voitures, tout est axé sur le pilotage ; bien que les sensations soient plutôt arcade.
Cette version ensoleillée va vous plonger dans 3 univers différents. Le plus connu (parce que disponible dans la démo) et certainement le plus fun : « Island ». Vous êtes à bord d’un petit bolide pouvant atteindre les 900 km/h sur des circuits où vos réflexes seront mis à rude épreuve. Ensuite on trouve « Bay » pour lequel un 4x4 permettra de réaliser toutes les cascades nécessaires à atteindre l’arrivée. Enfin il y a « Coast » qui fait la part belle à des gros roadsters monstrueux, lourds et pas très rapides, se faufilant à travers des routes de Provence bien tortueuses. Ce dernier environnement qui semblait bien loin de faire l’unanimité au lancement du jeu, parvient finalement après une courte adaptation à être tout autant addictif que les autres et il mettra vos nerfs de pilotes a rude épreuve tant la technique de conduite est poussée à son paroxysme.
 

Dude, where’s my car ?

Même si tout l’intérêt du jeu se situe dans son mode multijoueur, un mode solo est quand même là et il n’a pas été bâclé pour autant. Très sympa pour la détente ou l’entraînement, avec environ 120 circuits originaux et 4 types de courses possibles durant la campagne. Sont présents, la course simple, un peu classique et ennuyeuse, et des modes plus joyeux : plateforme (vous devez finir un circuit jonché de pièges et cascades en un nombre d’essais le plus bas possibles), Puzzle (vous construisez vous-même le circuit pour reliez les checkpoints) et Crazy (comme son nom l‘indique c’est un truc de malade dont je vous laisse la surprise).
Le mode course comporte des adversaires qui vous feront vous sentir moins seul, mais la linéarité de leur conduite les rétrograde à un simple repère visuel pour juger de votre performance.
Le multijoueur n’est pas en reste non plus puisque également 4 types de courses sont possibles, même si en pratique le classique contre la montre est largement le plus utilisé (vous avez un temps défini pour faire votre meilleur tour sur le circuit à la manière de qualifications en course automobile)
A noter que vous n’êtes pas obligé de passer par la case solo si vous n’en avez pas envie puisque dans le mode multijoueur vous remporterez également les fameux coppers (points de construction) nécessaires à la création de circuit. Il en va de même pour les médailles remportées sur les circuits officiels joués online, que vous conserverez ensuite dans la campagne solo.
 

Eblouisssant !

Chez Nadeo c’est pas des flemmards, non contents d’avoir apporté des nouveautés au jeu, on bénéficie aussi d’une radicale cure de jouvence graphique. On est sous une pluie d’effets lumineux, et de reflets, les textures sont d’une beauté « au poil », chaque environnement à sa propre ambiance, et tout ceci n’interfère nullement dans la fluidité et dans l’impression de vitesse, puisque le moteur graphique est loin d’être le plus gourmand vu (préférez tout de même une carte graphique dernière génération si vous voulez en avoir plein les mirettes).
Ajoutez également à la bête des titres musicaux pop-rock et funky du plus bel effet (les développeurs aux bons goûts musicaux sont suffisamment rares pour que cela soit noté) et des sons de fort bon aloi.
 

Hé mec, elle est chouette ta caisse !

Pour aller plus loin, et parce que maintenant on sait clairement que ce jeu est à vertu communautaire et rassembleur, vous pouvez peindre votre voiture comme bon vous semble, et vous disposez de l’éditeur de circuit qui a fait de trackmania son succès multijoueur (en effet quoi de plus réjouissant que de jouer à chaque partie sur un circuit encore inconnu). Editeur qui a naturellement reçu sa dose de nouvelles fonctionnalités avec notamment la possibilité de gérer les caméra et l’affichage de texte en course, histoire de scénariser un peu tout ça.
Un ladder directement in-game a aussi fait son apparition, et dernière feature : la possibilité d’avoir un avatar affiché lors des discussions, etc…
 

Article rédigé par DjiZ , le

Trackmania Sunrise utilise une recette simple mais exploitée à fond : le plaisir du jeu. Tout simplement sans défaut, il plaira à ceux qui ont connu le premier opus mais aussi aux newbies. Une véritable drogue du bonheur dont il sera difficile de se lasser, ce qui lui vaut une note maximale.

Points positifs

  • C'est bien
  • C'est beau
  • C'est fun

Points négatifs

  • J'en cherche encore

Commentaires