Test : Second Sight

Second Sight - PC

Genre : Action/Aventure

Date de sortie : Février 2005

Genre
Action/Aventure
Date de sortie
Février 2005 - France
Développé par
Free Radical Design
Edité par
Codemasters
Disponible sur
Gamecube, PC, PS2, Xbox

Quand quelque chose marche bien dans un pays, on a souvent tendance à l'exporter. C'est un peu le cas de Second Sight, initialement prévu pour consoles, et adapté cette année sur PC. Reste à voir si ce millésime 2005 vaudra celui sorti il y a six mois.

 
 
John Vattic n'est vraiment pas beau. Il faut dire que l'espèce de pansement scotché sur la partie supérieure de son crâne maladroitement rasé joue pour quelque chose. Mais ce n'est pas tout, tel une créature de Frankeinstein, il est un peu rafistolé de partout, ce qui laisse des cicatrices évidentes. Il se réveille sur une table d'opération. Amnésique. Mise en bouche classique pour jeu à l'ambiance psycho-thriller mais qui vire rapidement au jeu d'action bourrin sans grande saveur.
 

C'était mieux avant

Rappellons tout d'abord que si ce jeu avait fait un petit succès auprès du marché mondial, c'était surtout grâce à un gameplay très agréable et dynamique ainsi qu'un scénario classique mais bien aboutit. Forcément, le passage sur PC n'est pas évident et le résultat est que le jeu est facile à l'extrême. Je vous explique. Une fois reveillé, notre petit John va vouloir se faire la malle de ce labo deserté assez sinistre. Quelle n'est pas sa surprise quand il se rend compte qu'il est digne d'un certain "Sombre Papa", car il a des pouvoirs télékinesique hors du commun. Oui, il fait mieux que tordre des cuillères, il peut les envoyer à la tronche de ses opposants. Qui aurait soupçonné une si froide efficacité dans ce petit bout de métal insignifiant et innofensif? Retourne chez toi Néo on t'a pas sonné. Le point fort par rapport à certains autres FPS sur consoles était qu'on ne s'embêtait pas à viser au joystick, ce qui rend souvent le gameplay laborieux, mais qu'il suffit de rester appuyé sur le bouton de tir pour viser automatiquement son ennemi. Le problème est que sur PC, c'est pas crédible pour deux sous. La souris perd de son interêt et on aurait même vite fait de se procurer un pad tellement le jeu est designé pour cela.
 

Not Now

Le passé de John lui revient par à-coups, sous forme de flashback. On apprend très vite qu'il était avant un médecin, et que l'armée s'est étrangement interressé à lui... Je vais pas vous gâcher le plaisir du scénario, mais c'est vraiment le point fort du jeu. Alors chut. Bref, John a à sa disposition quelques capacités supra-mentales très interressantes, comme faire voleter toutes sortes d'objets contondants, étouffer les ennemis à distance ou même balancer des boules psychiques. Dark John peut dès lors se lancer tête baissée dans l'aventure, avec son arsenal d'armes à projectiles, qu'on préférera laisser de côté par subtilité, vue l'outrageuse facilité à viser avec le gameplay "console".
 

What's that noise?

Second Sight est avant tout un jeu d'infiltration. Il faudra de toute façon préferer la subtilité au bourrinisme le plus primaire sous peine de voir le fâcheux Game Over se profiler sur son écran. Les pouvoirs psychiques permettent de renforcer votre discrétion, en vous rendant invisible par exemple l'espace de quelques secondes, ou encore en détournant mentalement l'attention d'un ennemi. Tout ceci est bien pratique, surtout qu'après avoir détourné l'attention d'un vilain on aura tendance à lui laisser une petite perforation à la base du cou histoire de le neutraliser de la manière la plus fourbe possible. Après ça, il est vrai que l'intelligence artificielle est loin d'être à la hauteur d'un nommé Metal Gear. Ici, les gardes, une fois qu'ils vous auront repéré, n'auront aucun autre type de reflexe que de courir dans votre direction en vidant leur chargeur, souvent plus qu'approximativement. Ajoutez celà au mode de visée automatique, et la difficulté d'un jeu console se voit baissé fortement.
 

Rien vu, rien entendu

Six mois après, on était en droit d'attendre des améliorations graphiques, ou au moins quelques nouveautés. Bah non, Free Radical a fait la sourde oreille aux attentes des joueurs PC et déçoit donc son public en sortant un jeu qui aurait facilement pu dater de l'année dernière. D'ailleurs c'est le cas. De plus, la caméra qui suit notre John Vattic semble également ne pas tirer profit d'une souris et on passe un grand moment à gueuler contre cette, je cite, "saloperie-de-putain-de-brouzouf-de-caméra-à-deux-kreuzers-cinquantes". Résumons donc. Pas d'améliorations, de nouveaux défauts liés au support PC qui offrait des possibilités et un gameplay pas adapté. Second Sight ne brille ainsi que par son scénario et son ambiance, qui heureusement peut faire office de motif d'achat.
 

Article rédigé par Razhiel , le

Un jeu dépassé, mais qui mérite de s'y attarder pour l'aspect scénaristique bien foutu. Et puis, à un prix de vente de 30€ ou moins, cela vaudrait peut-être le coup de massacrer sa tirelire en forme de petit cochon.

Points positifs

  • Le scénario
  • L'ambiance psycho-glauque

Points négatifs

  • Le systême de visée
  • Cette $£*@% de caméra
  • Des graphismes moyens
  • L'IA

Commentaires