Test : Vietcong 2

Vietcong 2 - PC

Genre : FPS au vietnam

Date de sortie : Octobre 2005

Genre
FPS au vietnam
Date de sortie
Octobre 2005 - France
Edité par
2K Games
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Sorti en 2003 Vietcong avait su donner une brise d’air frais dans nos PC. La jungle, les cris en vietnamien et la bande-son rock des sixties avaient eu leur petit effet et avaient su conquérir le cœur des gamers, mais deux ans après qu’en reste-t-il ?

 
 
Le premier épisode ayant été très forestier on pourrait s’attendre à une suite du même acabit et bien que nenni cet opus est résolument orienté combat urbain pour le meilleur et surtout pour le pire. Tout commence dans un bordel de Hué où l'on vient vous déranger alors que vous êtes en charmante compagnie… C’est ça aussi la vie du GI, il faut bien se détendre un peu et d’ailleurs on ne demande que ça, enfin bon manque de bol j’allais conclure quand un trouffion viens me chercher : le gradé du coin veut me voir immédiatement ! J’arrive donc au QG, je vais voir l’officier qui me sort qu’il a besoin de moi car un journaliste débarque à Hué et c est bibi et son équipe qui allons nous le coltiner, bon tant pis allons chercher ce gars et amenons-le à la réception du maire ! C’est la fête dans cette ville : feux d’artifice, pinard et gonzesses, que demande le GI ? Je commençais a me demander si ce jeu n’était pas une simulation de réceptions alcoolisées et de bordels lorsqu'une roquette me pète à la tronche : les Vietcongs lancent une offensive et prennent d’assaut le bâtiment ! Allez en selle Poète, trouve un flingue et nettoie-moi tout ça !
 

Call of Duty quand tu nous tiens

Ca commence fort, combat en espaces clos, couloirs et escaliers, merde alors, moi qui suis saoulé de Call of Duty et de ses frères… Passons on verra bien, première bonne chose, le nombre d’armes ahurissant : je n’ai pas plombé trois viets que je ne sais déjà plus quelle arme choisir, ne pouvant en emporter que deux hors pistolet et équipement divers, autant dire qu’il faut bien choisir, ici, on n'est pas à Quake, avec un lance-roquettes et un lance-grenades on ne tient pas cinq minutes... C’est mon deuxième constat après le coté urbain, ici on est bien dans Vietcong, Pterodon n’a pas changé d’optique, la difficulté est réelle, inutile de charger comme un dingue en tirant à vue car un piéton couleur bitume courant au milieu de l’autoroute à contresens aurait une meilleur durée de vie. Oui ce jeu est dur, très dur et parfois franchement frustrant (refaire dix fois un passage car la mitrailleuse en batterie à l’autre bout de la carte vous fauche a chaque passages ça donne des envies de meurtre) pourtant cet aspect un peu rebutant au début est en fait l'une des forces du jeu : il faut feinter, viser, se planquer, contourner, et bien évidement abuser des grenades. Le balancement des armes est très réussi, chaque type d’arme réagit vraiment différemment ce qui pousse encore plus à jouer intelligemment, car les viets sont plutôt bien équipés et le réalisme dans Vietcong, ça veut dire une balle perdue et hop "KIA" comme ils disent (Killed In Action). Le côté urbain est assez bien rendu malgré le manque d’interaction avec les décors, trop de portes closes mais finalement assez de planques pour que cela reste agréable à jouer, l’ambiance est vraiment unique et pourtant moi qui écume les FPS comme un héroïnomane enchaîne les fixs, je suis resté scotché : rien à redire, Vietcong a une ambiance unique, en ville ou dans la jungle c’est le pied !
 

L’infirmier s’est fait plomber !

Côté IA c’est pas la grande forme. Certes, vos ennemis savent s’abaisser, rester à couvert et tirer mais ça s’arrête là, que ce soit ennemis ou amis c’est assez pathétique, à savoir qu’un Vietcong qui vous voit de loin aura peu de mal à vous aligner et à vous envoyer au paradis des gamers-rushers mais une fois nez à nez avec lui, il lui faudra bien cinq secondes pour calculer que vous êtes une entité ennemie et généralement pendant ces cinq secondes, vous avez eu le temps de vider un chargeur de haut en bas. et Et oui, le saucisson de Viet c'est bon mangez-en… Les supports, (infirmier, mitrailleur, ingénieur) ont gagné une palme pendant mes pérégrinations sur ce soft : celle de m’avoir saoulé au point de mettre des coups dans mon bureau, ils ne savent pas viser, me gênent trop souvent, m’empêchent de me replier et ont le don de se mettre devant moi alors que j’amorce un tir de balayage et ça ne loupe pas: je les bute et la mission échoue, je vous jure que louper une mission à cause de ça c'est très frustrant et nombre de fois je me suis demandé si je devrais pas trouver un moyen de les bloquer derrière une porte, manque de bol lobotomisés comme ils sont, ils savent tout de même les ouvrir et finissent toujours par vous rejoindre… Même quand c'est trop tard. A noter qu’en plus ils ont leur importance, l’infirmier vous soigne (mais vous perdez un pourcentage de vie à chaque soin), et l’ingénieur vous fournit des munitions et c’est justement quand vous avez besoin d’eux que vous découvrez qu’ils ont été fauchés par un tir de suppression alors qu'ils couraient vaillamment à découvert pour vous rejoindre. Fidèles jusqu'à la mort, c'est ça l’IA dans Vietcong
 

Pique selle chat d’heure 2.0

Niveau graphisme on est loin des standards actuels, la réalisation date et il n’existe pas une énorme différence entre le premier et le second opus sauf pour la modélisation des corps et visages et pour l’utilisation des ragdolls, la pixellisation est partout dès que l’on mange le sol ou que l’on rase les mur pour éviter les tirs ennemis, ce qui arrive assez souvent quand même avouons-le. Malgré ses graphismes dépassés, Vietcong 2 nécessite tout de même une carte compatible Pixel Shader 2.0 alors que du haut de ma Radeon 9800 Pro je n’ai vu aucun effet DirectX 9… J’allumerai mon écran la prochaine fois. De plus, le jeu rame parfois étrangement même avec une configuration bien au-dessus de la minimale et pas forcément quand il y a beaucoup d’action à l’écran, la sentence tombe : moteur mal optimisé, je dirai meme que c'est une épidemie dans le monde du FPS mais rassurez-vous, cela n’influe que très peu sur la jouabilité et surtout sur le plaisir de jeu. Car oui, buggé (quelques déplacements ennemis en « glissade » et des canons qui traversent les portes, la routine, quoi), pas franchement beau, le deuxième opus a su garder l’ambiance unique de son prédécesseur et ce malgré le changement d’environnement et ça c’est beau ! Et faisons d’une faiblesse une force : cher lecteur qui a une machine de deux ans, qui pleure sur F.E.A.R. en 640x480, Vietcong est fait pour toi !
 

Vivement le multi !

Doté d’une durée de vie pas franchement exemplaire, la campagne americaine se finissant en une dizaine heures et la campagne Vietcong n’étant qu’un petit bonus facilement finissable en deux heures, il fallait bien une roue de secours, et bien évidemment différents mode multi sont au rendez-vous. Le mode multi du premier opus ayant largement contribué à faire son succès, Pterodon a donc logiquement fait de même pour son second volet, rien d’extraordinaire : un mode Capture The Flag, les très classique Death Match et Team Death Match, le mode coop et pour finir le mode assaut. Son principe est simple: une équipe défend une zone pendant que l’autre doit lancer l’offensive. Pour l’instant les maps disponibles ne sont pas terribles et on est loin du plaisir qu’offrait Vietcong premier du nom en multi, mais comme tout est là pour faire du bon, espérons que les prochaines maps officielles et non officielles viendront corriger ça. Et sur ce plan-là, je suis plutôt confiant connaissant la communauté Vietcong.
 

Article rédigé par Poete Guerrier , le

En dépit de ses lacunes comme les graphismes, l’IA et la difficulté un peu rébarbative au début, Vietcong 2 reste un très bon jeu. Malgré les décors urbains, on est vraiment immergé dans une atmosphère unique, ici on est ni dans Call of Duty ni dans Delta force ou autres, ici c’est Vietcong et c’est vraiment bon. L’ambiance sonore couplée à une musique rock sixties contribue à vous immerger, le gameplay, une fois compris que foncer ne sert à rien, est vraiment jouissif, à vrai dire je n’avais pas pris mon pied comme ça dans une campagne solo depuis heu... et bien depuis le premier opus… Et Dieu que ça fait du bien de quitter la seconde guerre mondiale !

Points positifs

  • Ambiance unique
  • Nombre d'armes ahurissant

Points négatifs

  • Graphismes depassés
  • Difficulté rebutante

Commentaires

Jeux similaires