Preview : Max Payne 3

Max Payne 3 - PC

Genre : Bullet Time Shoot

Date de sortie : 01 juin 2012

Genre
Bullet Time Shoot
Date de sortie
01 juin 2012 - France
Développé par
Rockstar Vancouver
Edité par
Take Two Interactive
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Modes de distribution
Boutique
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans
 Grossièreté de langage
 Violence

La série des Max Payne avait marqué les esprits de par son ton résolument adulte et l'une de ses originalités de gameplay : le bullet-time, permettant de ralentir le temps pour se sortir de situations de shooting délicates. On se souvient de cinématiques orientées BD, d'un univers sombre au possible et d'une physique de collision faisant s'envoler le mobilier au moindre contact. Qu'en est-il de la troisième itération de Max Payne, à laquelle nous avons pu nous essayer lors d'un long hands-on organisé par Rockstar ?

 
 
Remedy a passé le flambeau à Rockstar pour cet opus, qui a procédé à quelques refontes du soft tout en en conservant les fondamentaux en gameplay. Après quelques années de développement, le jeu peut enfin se présenter à nous. La claque est tout d'abord visuelle : cet épisode n'a plus rien à voir avec les précédents, « console generation-gap » oblige. Les cinématiques réalisées avec le moteur du jeu sont réalisées avec brio et réalisme, les décors sont assez fouillés, avec une mention spéciale au chapitre se déroulant sur les docks. Du réalisme, Max Payne 3 en a à revendre puisque les personnages secondaires ont été animés à partir de motion capture dans une reproduction physique des décors en studio. Explications : l'acolyte de Max se voit prendre des attitudes ultra-réalistes lors d'une montée d'escaliers dans un stade. A l'affut et vigilant, il montera les marches dans un feu d'artifice de positions réalitstes.
 

Brazil

L'action des chapitres qu'il nous a été donné de jouer se situe au Brésil, d'abord dans un stade, puis sur des docks. Toute en verticalité, l'action se déroulant dans le stade fait se succéder des séquences de gunfight à la mise en scène soignée. Le bullet-time, extrêmement utile tant le nombre d'ennemis surgissant est important. Il permet de temporiser la frénésie de l'action et de se sortir de traquenards délicats. La jauge de bullet-time se remplit proportionnellement au nombre de ces gangsters brésiliens liquidés. Il est toujours possible de plonger en déclenchant un bullet-time « gratuit ». Ces éléments de gameplay déjà présents dans les précédents Max Payne sont absolument indispensables tant la difficulté du soft est élevée. Il est possible d'en abaisser la difficulté en choisissant une option de tir automatique (du même acabit que celle présente dans un GTA IV, ou encore de type Red Dead Redemption).
 

Sao Paulo, ses groupes armés, sa samba...

Car Max Payne 3 semble réservé aux très bons joueurs. Max se déplaçant relativement lentement (de manière totalement réaliste en fait, comme ses roulades d'esquive) doit faire face à de nombreux adversaires, et la jauge de santé, matérialisée sur la GUI par un personnage en pied descend vraiment à toute vitesse après quelques balles reçues. Une fois de plus, ce sera le bullet-time qui permettra de percevoir les trajectoires des projectiles et de les éviter, avec l'agilité d'un François Hollande en salle de sport cherchant à perdre du poids pour se remaquer après avoir divorcé de Ségolène Royal. Le jeu est beau, cela ne fait aucun doute, et ce surtout sur les docks (le chapitre est plus coloré et plus riche en détails). Les musiques collent parfaitement à l'atmosphère du soft et sont réellement un plus. Très sombres, très « thriller hollywoodien », elles participent à l'ambiance glauque et dépressive du titre (rappelons que Max est accroc aux anti-douleurs et souffre de grave dépression après avoir vu sa femme et son bébé tués par un gang).
 

Article rédigé par Rhyscard , le

Résolument adulte, à la difficulté presque surannée (et Dieu sait que l'on recherche des softs difficiles, en ces temps où la plupart des jeux sortant ne proposent qu'un challenge peu relevé), Max Payne 3 respecte parfaitement l'univers des précédents épisodes, en y ajoutant un zeste de HD et un soupçon de gameplay. Vivement la mi-mai que l'on puisse en profiter au maximum.

Commentaires