Preview : Loki

Loki - PC

Genre : Action/Aventure

Date de sortie : 12 juin 2007

Genre
Action/Aventure
Date de sortie
12 juin 2007 - France
Développé par
Cyanide Studio
Edité par
Focus Home Interactive
Disponible sur
PC
Site officiel
Site officiel

Se faire l’avocat du Diable a parfois de bons cotés. Le mois de la sortie de Titan Quest, voila que nous reparlons de Loki, le hack ‘n Slash à la française. S’il n’est pas prévu avant le dernier trimestre 2006, sa timidité maladive a du mal à cacher des impressions qui ne peuvent qu’inspirer les Dieux du succès.

 
 
Loki mélange toutes les époques pour en tirer le meilleur. Chez les Dieux, tout en haut au-delà des nuages et des navions, y’a des maisons. C’est les maisons des Dieux. Jusqu’à là, Seth le Dieu assez sympa mais pas très bon voisin, dormait tranquillement chez lui. Mais le voila soudain qui se réveille, énervé comme tout, et prompt à commettre l’irréparable : bouleverser les mythologies, et tenter de corrompre dieux et populations des plaines nordiques, de l’antique Grèce, de la civilisation aztèque, et du Oued égyptien. Incapable de restaurer paix et réussite sur la Terre, les autres Dieux s’en retrouvent à devoir tout miser sur un chétif humain. Heureusement, mais ça ils ne le savent pas encore, ça va tomber sur vous. Et vous allez tout dégommer.
 

Un cheminement que l’on connaît

Vous démarrerez en choisissant parmi 4 héros : le barbare nordique, l’amazone grecque, le chaman aztèque, et le sorcier égyptien. Ces quatre personnes disposeront chacun d’une histoire singulière, débutant dans leur région d’origine. De toute façon, vous parcourrez les 4 mondes disponibles pour éclaircir un scénario qui se veut simple mais surprenant. Une fois le jeu fini, et à l’instar du jeune Diablo, il vous faudra recommencer le titre à un niveau de difficulté plus élevé pour continuer à engranger xp et items. Heureusement, les développeurs ont eu la bonne idée de se faire poursuivre le scénario, et cette 2ème aventure ne fera que continuer l’Histoire. Chaque monde recèlera de monstres plus difficiles à combattre, mais d’items de meilleure qualité. Quand aux 3 bosses intermédiaires et au boss final de chaque région, ils verront leurs points de vie substantiellement améliorés. Une fois le jeu fini une seconde fois, comment les développeurs vont-ils motiver le joueur à recommencer le titre ? En lui proposant une dernière version, extrême, mais deux fins alternatives et des items toujours plus impressionnants. Pas de complexe, on est là pour taper dans des décors de rêve, et si les décors de rêve se répètent un peu, ça n’est pas ça qui va déranger les plus accrocs. Si on retrouve dans le cheminement la volonté de coller aux idées du maître Diablo 2, Cyanide a su néanmoins tirer parti de quelques années de réflexion pour camoufler la répétitivité des zones. De surcroît, et toujours comme pour Diablo, les zones sont générées aléatoirement. Loki propose des environnements pourtant très travaillés, aux salles bien agencées, et à la disposition des monstres intelligente. Un gros travail semble avoir été réalisé sur ce moteur d’architecture des maps, car finalement il s’agit bien là de la véritable clé de voûte du gameplay, avec bien sûr une jouabilité aux petits oignons et des arbres de talents qui donnent envie d’en découvrir toujours plus.
 

De l’engrangement de l’XP aux arbres de talents

Dans Loki, vous jouez un croyant fédérateur de vrais valeurs familiales et d’amitié. Ainsi, quelque soit le personne que vous choisissez, vous aurez trois dieux à adorer. Ces trois dieux représentent intelligemment vos trois arbres de talents. Vous pouvez prier les trois, et dans ce cas vous évoluerez de la même façon dans les trois arbres, ou n’en adorer qu’un et vous spécialiser dans un template. On en sait encore peu sur les diverses voies que l’on pourra choisir, mais ces dernières risquent d’être un peu classiques : guerrier, amazone et sorcier sont déjà bien répandus de par les RPG d’heroic fantasy, et seul le chaman pourra peut-être apporter un peu de sang frais. A voir, les arbres de talents feront peut-être preuve d’originalité inespérée.
 

Au bonheur du loot

Que vous ayez joué à Diablo 2, WoW, Fallout ou Baldur’s Gate, le moment de plénitude le plus marquant pendant les combats se situe souvent à la fin, juste avant le clic fatidique sur le corps ennemi. Ce clic qui va révéler à la planète entière si vous avez réussi à trouver un objet légendaire ou une simple peau rapiécée sur le monstre. Dans Diablo 2, ce concept avait a lui seul amenée des centaines de milliers de joueurs à arpenter Battle.net le jour, les soirs, et des nuits entières, vivant par et pour le loot rare. Cyanide mise beaucoup sur cette communauté qui suivra le jeu pas uniquement les 3 mois après sa sortie, mais pendant plusieurs années. Pour cette raison, les dév’ ont travaillé les loots tout comme les métiers permettant l’amélioration de vos armes et armures.
Il y aura douze types d’armes dans le jeu : épée, hallebarde, arc, sceptre, etc. Pour chaque catégorie, il y a 11 designs différents. Ensuite, il faut savoir que l’arme se divisera toujours en deux catégories : lame et pommeau. La lame peut être forgeable dans 12 matériaux différents, trouvables aussi bien dans les premiers niveaux (fer, argent, or), qu’après avoir refait 3 fois l’aventure (l’Adamantine n’est décelable que dans le mode de jeu extrême). Les pommeaux quant à eux, pourront être incrustés de pierres précieuses qui amélioreront vos armes à vie. Espérons que Cyanide pensera à intégrer des sets d’arme, des world loot, des drops épiques, des loots spéciaux pour les boss, et des objets aux caractéristiques rigolotes afin de diversifier au maximum les avatars. Sur WoW, on peut trouver des anneaux faisant danser les gens aux alentours, buffant l’intelligence de tout votre groupe, ou des bijoux appelant à la rescousse trois serviteurs pour vous épauler quelques secondes lors des situations délicates. Une fois vécu en combat, il est difficile d’oublier la mine déconfite de l’adversaire.
 

Une technique et un multi au service de l'immersion

Loki est beau. D’une beauté en normal mapping avec shaders de partout, effets pyrotechniques transparents, et lumières dynamiques à gogo. C’est très impressionnant, avec mention particulière pour le character design des monstres que vous croiserez : ils sont souvent impressionnants, parfois chétifs, mais toujours très travaillés. Les quelques artworks qu’il nous a été donné de voir promettent un niveau de qualité au moins aussi impressionnant que ce à quoi nous a habitué la branche artistique de Blizzard, si ce n’est plus.
Loki sera entièrement jouable en solo, mais proposera une expérience similaire en multi. Vous pourrez avoir jusqu’à 5 compagnons réels et arpenterez les mêmes régions qu’en solo. En multi vous aurez aussi accès à l’Arène, sorte de tournoi épique avec de nombreux défis à relever : tuer toute une armée avec un équipement limité, rencontrer tous les boss d’affilée, etc. De quoi directement avoir des sueurs froides sans avoir à se taper toute la région PVE avant. Sympa de penser aux casual gamers ! Le pvp sera aussi de la fête avec un classement mondial et des récompenses en gratification, comme WoW le fait avec son système d’honneur. Cyanide cherche encore une solution pour intégrer du PVP de masse, mais aucune info n’a pour l’instant filtré. Peut-être parce qu’ils cherchent encore, cela dit.
 

Article rédigé par Rick28 , le

Finalisé à 75 %, Loki inspire déjà beaucoup de confiance. On en sait trop peu sur la jouabilité du titre et la profondeur du gameplay pour s’extasier, mais tout ce qu’il nous a été donné de voir nous a pour l’instant convaincu : le moteur graphique au poil, le character design, le scénario sympathique, les dieux, l’artisanat, les compétences, etc. C’est encore beaucoup de bla bla, mais espérons que l’on pourra balayer rapidement tous ces points d’interrogation pour se faire un avis définitif. Dès le dernier trimestre 2006 si aucun retard n’est annoncé.

Commentaires