Test : Civilization IV : Warlords

Civilization IV : Warlords - PC

Genre : Stratégie

Date de sortie : Juillet 2006

Genre
Stratégie
Date de sortie
Juillet 2006 - France
Développé par
Firaxis
Edité par
2K Games
Disponible sur
PC
Parfois appelé
Sid Meier's Civilization IV : Warlords, Sid Meier's

Civilization l’indétrônable a rallié ses fans et élargi son public, à travers un quatrième opus fédérateur : complexe pour les accros, en 3D et souple pour les novices. Sans concurrence aucune, il convient maintenant de fortifier son empire par quelques add-ons bien gaulés.

 
 
Et le premier d’entre eux, c’est Warlords. Tout d’abord, évitons la confusion : Warlords désigne l’une des principales nouveautés de l’extension, à savoir l’ajout de généraux militaires surpuissants. Mais en aucun cas cet add-on aura pour thème l’amélioration de la partie militaire du titre. Non, il fallait trouver un titre au jeu c’est tout, mais ce dernier rajoute aussi de nombreuses possibilités au monde diplomatique, culturel, se prend à rééquilibrer les races, et améliorer la technique d’un titre bien buggé à sa sortie. Maintenant que les doutes son dissipés, revenons plus en détail sur le cahier des charges de Warlords, et en premier lieu sur ses grands généraux.
 

Du héros warcraftien

Une fois votre penchant pour la victoire militaire ouvertement clamé (au travers de quelques victoires bien envoyées), un grand général apparaîtra dans votre capital. Un héros en quelques sorte, que vous pourrez utiliser comme les Personnages Illustres que vous possédez : lui demander de découvrir une technologie, ou commencer un âge d’or. Mais les Warlords seront surtout l’équivalent militaire des Great People que vous aurez en ville : de formidables boost au moral, à l’expérience, et de force par exemple. De quoi prendre un avantage décisif sur le terrain et de tout bien raser proprement histoire de laisser la planète aussi propre que lorsque vous l’avez trouvé au début du conflit. Attention ! Votre Warlords doit être rattaché au groupe d’unité auquel vous l’allouez, et peut donc crever comme un bleu sur le champ de bataille si vous envoyez vos archers contre un mur de tanks. Oui les anachronismes technologiques ne marchent plus depuis Civ IV.
 

Des buffs de toute part

Civ IV voit de nombreux rajouts lui rendre la vie plus rose. Si sur le plan militaire il y a eu de beaux efforts, le monde diplomatique n’est pas en reste. Vous pourrez désormais vassaliser un royaume que vous ne pourrez pas broyer sous vos coups. Après un pacte signé en bonne et due forme en trois exemplaires avec « je le jure je le jure je le jure », vous pourrez contrôler la production d’un bout de terre voisin contre une somme rondelette d’argent que vous passerez chaque mois histoire de bénéficier de sa production. C’est un peu plus compliqué mais c’est une option permettant d’agrandir son domaine sans avoir à perdre la moitié de vos troupes dans un long combat.
Autre surprise sur le plan militaire, la possibilité de capituler. Une civilisation qui capitule laisse son entier royaume au pays qui voulait se l’octroyer. De quoi rajouter aux possibilités diplomatiques, même si je n’ai pas eu l’occasion de capituler pour l’instant. Plutôt mourir.
 

De nouvelles civilisations tout fraîchement découvertes

Une sixaine de civilisations supplémentaires sont désormais disponibles. Vite rappel, les Carthaginois, Ottomans, Celtes, Vikings, Coréens et les Zulus seront jouables. A ce titre, de nouveaux traits de caractères ont été créés pour leurs chefs : protecteur, charismatique, et impérialiste, qui rajoutent des bonus culturels ou de production parfois intéressants. Ces 6 factions ont toutes droit à leur scénario. Ceux-ci s’avèrent souvent originaux, et il s’agit d’un des plus gros atouts de Warlords. Pouvoir raser la carte avec les Carthaginois de Hannibal, ou tenter un mode « Domination » (contrôler les points de ressources le plus longtemps possibles pour engranger les points) s’avère plutôt amusant. En tout cas, c’est frais. Un scénario nous donne même non pas une ville, mais un convoi mobile, qui adapte sa production et son rendement à l’endroit où il est placé. Autant dire qu’il faudra continuellement bouger pour adapter ses ressources aux besoins. Rigolo !
 

On améliore aussi les vioques

Tous les efforts n’ont pas été fournis sur les nouvelles races et nouvelles possibilités. Toutes les factions ont été un minimum rééquilibré, profitant des nouveaux traits de caractères disponibles pour rendre moins extrémistes certains héros. Chaque civilisation a de surcroît la possibilité nouvelle de créer un bâtiment Unique, qui remplacera un ancien. Ainsi les Romains peuvent remplacer leur Colisée par l’Odéon, qui rajoute un +3 culturel intéressant. Quelques nouvelles merveilles sont aussi disponibles, tout comme de nouveaux engins militaires permettant de mieux assiéger une cité ennemie.
 

Bugg & Corp.

Bonne idée de cette extension, tous les patchs présents jusqu’à maintenant ont été rajouté à Warlords. Cela signifie moins de crashs (aucun jusqu’à présent), et l’ajout d’outils intéressants comme l’éditeur de niveaux ou le pitBoss, qui permet de jouer une partie sans que tout le monde ne soit connecté en même temps. Malheureusement, la technique est toujours aussi moyenne, et si j’apprécie toujours le moteur 3D, on ne peut que regretter sa lenteur. Il n’a pas été amélioré et des tonnes de lignes de codes inutiles fait qu’il rame dès que la carte est un peu grande. Dommage.

Article rédigé par Rick28 , le

Si au premier abord Warlords semble assez maigrelet, il rend les parties de Civ IV toujours plus flexibles. Le monde militaire est un peu amélioré, le monde diplomatique aussi, et les civilisations ont été équilibrées. Des tas de petits rajouts finissent de parsemer un décor qui semble désormais apte à accueillir toujours plus de fans.

Points positifs

  • Les scénarios
  • Les Warlords
  • La vassalisation
  • Le rééquilibrage des factions

Points négatifs

  • Ca rame toujours
  • On aimerait un add-on un peu plus fou, qui se voudrait moins fidèle à la réalité

Commentaires