Preview : Thrillville : Le Parc en Folie

Thrillville : Le Parc en Folie - PS2

Genre : Gestion parc d'attraction

Date de sortie : 19 octobre 2007

Genre
Gestion parc d'attraction
Date de sortie
19 octobre 2007 - France
Développé par
Frontier Development
Edité par
Activision
Disponible sur
DS, PC, PS2, PSP, Wii, Xbox 360
Parfois appelé
Off The Rails

Wouah trop cool une nouvelle simulation de parc d’attraction ! Ca tombe bien puisqu’il y en a trop peu sur le marché et qu’on n’a pas encore fait le tour du genre… Aucun doute, Thrillville risque bien de s’imposer comme la référence de l’année !

 
 
Il était une fois la vie. Non, pas le dessin animé dont Jivé connaît le générique par cœur, mais la vie, la vraie, Auchan. Thrillville est une ville de tressaillement, et ce, depuis la guerre des parcs qui les a opposés à bon nombre de bourgades comme Jarreville, Rageuxville et J’faisquoimaintenantville. Ayant gagné cette guerre sanglante qui vit 280 barquettes de frites échangées de part et d’autre, Thrillville eut donc le privilège de la région de Trainfantômeland pour construire son propre parc d’attraction et de régner en maître sur la galaxie de Trantor. Mais voilà, le parc commence à perdre de la vitesse et il faut tout revoir. Du coup, un mec bizarre engagera l’un de vous pour reprendre le flambeau et redorer le blason de ce parc, pour avoir la top classe, le champagne, les putes, la coke et les Chocapic.
 

M’en fous je l’aimais pas Grégory Lemarchal

Après avoir choisi Grégory parmi une vingtaine de personnages proposés et après avoir changé son look pour qu’il ressemble le plus possible à un chanteur défunt, je me suis lancé dans la création de mon parc d’attraction. Dans une ambiance fortement désagréable tant c’est brouillon, j’évolue en 3D dans mon parc, me promenant dedans et pouvant tester mes créations. Sympa, classique, mais bien fait. D’ailleurs, la création en général des manèges semble tenir la route, cela s’avère assez facile à prendre en main une fois que l’on a bien assimilé les commandes et les petites subtilités, comme dans tout jeu. Les possibilités sont d’ailleurs assez larges et vous pourrez construire des montagnes russes aux formes vraiment inédites. Mais ce n’est pas tout, il y a également une histoire, mystérieuse de surcroît. Vous pourrez vous lier d’amitié avec des PNJ prévus pour et discuter avec des visiteurs qui vous donneront leur avis, même si on s’en fout.
 

Et Daniel Guichard dans tout ça ?

Le jeu s’adresse avant tout aux plus petits, qui s’y plairont très probablement. Un multijoueur est prévu, pour jouer jusqu’à quatre, mais également des mini-jeux, au nombre de 34, dans un intérêt forcément limité, comme tout mini-jeu. Concrètement, le jeu peut plaire, mais ne plaira pas forcément. En attendant la version finale, la version qu’on a eu sous la main s’avérait plutôt buggée, le framerate était plutôt bas, sans oublier les options qui ne veulent pas se valider. Exemple : je coupe la musique superbe puis je confirme mon choix, et en revenant dans le jeu la musique est à fond. Pourquoi pas ?
 

Article rédigé par Robinsoldier , le

Thrillville, c’est une simulation de parc d’attractions qui sera destinée à qui n’en veut. Nippon ni mauvais, le jeu ne devrait pas trop mal s’en sortir même s’il n’a pas grand chose de concret à offrir afin de nous scotcher devant notre écran.

Commentaires