Test : Final Fantasy X-2

Final Fantasy X-2 - PS2

Genre : RPG

Date de sortie : 19 février 2004

Genre
RPG
Date de sortie
19 février 2004 - France
18 novembre 2003 - USA
13 mars 2003 - Japon
Développé par
Squaresoft
Edité par
Square Enix
Disponible sur
PS2
Parfois appelé
ff x-2
Modes de distribution
Boutique
PEGI
 Interdit aux moins de 12 ans
 Violence

Après le test import de l'épisode X, vient celui de l'épisode X-2. Deux destins inévitablement liés. Bref, ce volet marque un tournant dans la saga culte de Squaresoft, puisqu'il fait office de première véritable suite. Surprenant et mystérieux à la fois lors de l'annonce de son développement, l'opus a cependant connu un accueil mitigé de la part des inconditionnels les plus conformistes de la série. Une crainte face à l'innovation certes, mais il reste à savoir si celle-ci est justifiée ou non. Pour cela, je vous propose de lire l'analyse que j'ai tirée d'un soft tant démarqué de ses aînés, aussi bien par son style et sa profondeur que par son but auprès du public.

 
 
Au moment où je vous parle, FFX-2 n'est sorti qu'au Japon. Bon, quand j'annonce un accueil mitigé, j'entends ça sur le plan moral. Car les chiffres parlent d'eux mêmes, le soft a dominé les ventes PS2 depuis sa sortie, distançant facilement ses principaux rivaux (notamment Star Ocean 3). Au-delà des craintes, il y a aussi l'excitation de se trouver face à une véritable suite, en retrouvant les mêmes personnages, les même décors... et un scénario tout à fait différent. En fait, de très nombreux facteurs ont changé, voire disparu. Les valeurs de l'épisode précédent semblent avoir laissé place à d'autres valeurs tout à fait différentes. L'image présentant Yuna en tenue sexy et accompagnée de deux revolvers à la Lara Croft en dit déjà long sur l'évolution des moeurs des habitants de Spira, et les nouvelles qui ont suivi (la plupart du temps des screenshots, puis l'annonce de nouveaux personnages) n'ont fait que confirmer ce l'on avait pu voir précédemment. Squaresoft semble avoir joué la carte du choc et de la surprise. C'est bien là, la particularité de ce soft : on ne sait pas du tout à quoi s'attendre. Doit-on le vénérer par avance ou l'appréhender au maximum ? En clair, on a envie de savoir, d'évaluer le titre et d'imaginer pourquoi pas d'autres suites de ce genre plus tard dans la saga. Enfin ça, c'est vite dit.
 

L'aventure en clair

L'histoire sur laquelle repose FFX-2 est la suivante : Yuna vit désormais à Besaid avec ses amis Wakka et Lulu, tandis que Rikku s'occupe sérieusement de la technologie Al Bhed. Kimahri est quant à lui retourné au mont Gagazet. Seulement voilà, un beau jour, Yuna est mise au courant de la découverte d'une mystérieuse sphère. A la manière de celle de l'épisode X, celle-ci permet de visualiser une courte séquence, qui montre ici Tidus (!) très brièvement. Mais cela suffit à raviver l'espoir de Yuna qui décide alors de tout mettre en oeuvre pour trouver des indices supplémentaires. Avec le but secret de retrouver son amour perdu... ainsi l'aventure débute. Grande nouveauté, celle-ci se déroule désormais par missions situées sur l'ensemble de Spira (15 lieux accessibles), divisée en 5 Story Level. La plupart de ces missions sont facultatives, pouvant être considérées comme des quêtes secondaires réservées aux connaisseurs. Les néophytes se contenteront des objectifs principaux, de sorte à terminer le jeu sans grande difficulté. Tandis que les plus accrocheurs essairont tant bien que mal de réussi l'ensemble des quêtes secondaires que le soft propose. Le joueur peut d'ailleurs accomplir les missions dans l'ordre qu'il veut (commencer par Guadosalam et finir par Besaid, c'est possible) du moment qu'il termine par celle qui mène au prochain Story Level. Vous suivez ? L'écran de sauvegarde annonce d'ailleurs le pourcentage d'avancée dans le jeu. Entre chaque mission, retour au vaisseau (qui bénéficie au passage d'un très joli design) pour analyser la situation. On trouve même certaines missions à l'intérieur de ce dernier, n'est-ce pas génial ? Je vous l'accorde, certains objectifs (réussir à faire monter un couple de travestis dans un ascenceur) sont a la limite de l'intérêt. Mais étant donnée l'immense panoplie de missions qui s'offrent au joueur, il y a largement de quoi prendre du plaisir à jouer.
 

Innovations nombreuses

Force est de constater que les innovations pullulent dans cet épisode. Outre le système de missions dont j'ai déjà parlé dans le paragraphe précédent, on note un système de gestion des combats radicalement différent de celui de son prédécesseur (pourtant jugé excellent). On a désormais droit à du semi-temps réel, à savoir qu'on peut attaquer un ennemi pendant qu'il charge une attaque ou un sort. Très importante, la présence de Jobs (Gunner, Dark Knight, Berseker, Samourai... 15 au total en comptant les jobs spéciaux propres à chaque personnage). Certains sont disponibles dès le début, d'autres d'obtiennent au fil de l'aventure. Pour les utiliser, il suffit de les caser sur une Result Plate (ne me demandez pas de vous expliquer ce que c'est, sachez juste qu'il y en a plusieurs de disponibles) et de sélectionner le job que l'on veut utiliser. Il existe aussi un système de "Job xp" qui permet d'apprendre de nouvelles aptitudes propre au job que l'on a, au fil des combats. Enfin, le joueur peut très bien changer de job en plein combat (l'animation de transition est au passage superbe) à condition que l'autre job soit casé sur la Result Plate en cours d'utilisation. Cela peut donner un certain sens tactique au combat, selon si les ennemis sont plus sensibles à tel ou tel job, etc. Aussi, le système de "Base xp", en clair l'expérience toute simple, a changé depuis FFX. Plus de sphérier ni rien, c'est le retour aux bon vieux levels des 9 premiers épisodes. Un retour aux sources fort bienvenu. Pour compenser le fait qu'on puisse finir le jeu rapidement (si l'on n'accomplit que les quêtes essentielles), une option New Game + est disponible une fois le jeu terminé. Elle permet de recommencer le jeu, tout en gardant tous les jobs et result plates obtenus dans la première partie. Cela garde pas mal d'intérêt, puisque c'est à partir du New Game + qu'on peut vraiment finir le jeu à 100%. Et vu la probable brièveté de la première aventure, on a souvent envie de recommencer avec largement plus d'ambition.
 

Une réalisation splendide

Final Fantasy X-2 reste à n'en pas douter l'épisode le plus abouti de la saga à ce jour, techniquement parlant. Les paysages sont tout simplement splendides, hallucinants de profondeur, très fins et colorés. La plaine Félicité en est le plus bel exemple, avec ses vertes prairies qui s'étendent à des centaines de mètres au loin, parsemée de petites habitations. Les villes semblent toujours vivantes, actives, et affichent surtout des constructions aussi surprenantes que splendides. Je pense par exemple à la sorte de bastion que l'on découvre à la fin de la route des Mycorocs ; il fallait y penser quand même, non ? Les temples - qui sont bien sûr toujours présents dans cette suite - disposent également d'un design très particulier mais aussi très réussi. J'ai déjà parlé du vaisseau, je le redis : magique d'ingéniosité. Ensuite, la modélisation des différents personnages est semblable à celle du volet précédent ; à savoir que les principaux protagonistes restent plus riches en polygones que les simples figurants. D'un autre coté, les visages de Yuna, Paine et Rikku restent fascinants de réalisme : on peut tout deviner de leurs sentiments après de simples mimiques, de simples clignements d'yeux. Les combats quand à eux, bénéficient d'animations toujours plus belles. Les transitions d'un job vers un autre méritent bien qu'on s'y attarde quelques secondes, les magies blanches et noires bénéficient de jolis effets de style (lumière, flou, vent...). Bref, tout pour un rendu graphique du plus haut niveau. Enfin, beaucoup plus rares que dans FFX, les scènes en images de synthèse peuvent néanmoins se targuer d'êtres les plus belles jamais vue sur console. Du beau travail. Petite déception, la bande son n'est pas aussi magique que l'on pouvait s'y attendre. Certaines mélodies restent très agréable, mais aucune n'est vraiment "tape à l'oreille", si l'on peut dire. Mais l'ensemble reste de qualité.

Autre critère de la réalisation, le gameplay demeure assez plaisant et inventif. Les innovations dans le système de jeu et de combat y sont pour quelques chose. La prise en main est identique à celle de tout FF, la maniabilité restant excellente. L'apparition du mode semi-temps réel en rebutera certains au départ, mais après quelques combats dits "expérimentaux", tout sera parfaitement maîtrisé. Manipuler les trois héroïnes est un réel plaisir, croyez-moi. L'écran de menu, toujours très important dans un FF, bénéficie ici d'une netteté appréciable. Bref, tout est organisé pour que le plaisir de jeu soit intense ; le système de sauvegarde est identique à celui du X (sphère bleutée qui remet tous les HP/MP par la même occasion). Décision ingénieuse, car ce système apparaissait déjà comme génial ; inutile donc de le changer. La durée de vie ainsi que la difficulté sont quand à elles variables, avec quand même quelques points noirs sur lesquels je m'apprête à disserter.
 

Quelques défauts

Si ce nouveau volet regorge de qualités, il n'en garde pas moins quelques défauts regrettables. La durée de vie paraît vraiment variable, et certaines missions auraient gagné à être obligatoires. C'est surtout la facilité du jeu qui frappe : aucun n'ennemi n'offre une résistance énorme, et il est envisageable de battre le boss final avec un petit level 50. De plus, en dépit du nombre conséquent de jobs, il reste possible de garder le même pendant toute l'aventure, du moment qu'il est assez complet et puissant. Ainsi, trois Dark Knights pourront se taper toute l'histoire de A à Z (à partir du moment où l'on possède le job biensûr) sans difficulté apparente, ce qui fait forcément régresser l'intérêt du système de gestion des combats, et du jeu lui-même. Le fait de pouvoir faire les missions dans n'importe quelle chronologie entraîne aussi une cruelle absence d'évènements, cela nuit à la crédibilité d'un scénario déjà plutôt maigre. Je pense aussi a la polémique que le jeu a suscité avant sa sortie, vis-à-vis du changement de moeurs etc. C'est vrai, les héroïnes sont parfois ridicules et hystériques. Certaines scènes n'ont vraiment aucun intérêt (comme celle du bain) et le manque d'éthique est criant. C'est seulement vers la fin du jeu que la tension dramatique apparaît réellement, au lieu de s'intensifier au cours du temps. Ce déséquilibre entame encore un peu l'intérêt du jeu, c'est dommage. Mais ce dernier reste bien entendu à la hauteur.

Vous l'avez compris, ce FFX-2 n'est pas parfait. Malgré tout, cette suite reste un titre de haute qualité. Elle regorge d'innovations audacieuses, aussi bien au niveau du système de jeu qu'au niveau du système de combats. Les personnages, bien que trop caricaturaux diront certains (dont moi, je le précise), finissent par devenir attachants, à leur manière. Le système de missions, en dépit des inconvénients qu'il laisse transparaître, offre la possibilité aux moins expérimentés de finir le jeu sans trop de difficultés. La réalisation est techniquement toujours aussi belle, la bande-son n'étonne pas vraiment mais reste bien présente. Enfin, si le jeu peut paraître court et simple, cela vous donnera à coup sûr envie de le recommencer. Et l'option New Game + sera là pour vous y inciter ! En bref, si FFX-2 n'est pas le meilleur épisode de la saga, il n'en reste pas moins beau, riche et digne d'intérêt. A ne pas rater pour les fanatiques, et pourquoi pas à découvrir pour les autres. Qui sait, ceux-ci seront peut-être ravis de ce radical changement de style.
 

Article rédigé par n0nam , le

Un très bon titre, qui a le mérite d'innover énormément. Peut-être trop, oui. Si les notes attribuées ne sont pas aussi mirobolantes que celles des volets précédents, cela est dû à un scénario un peu léger et à une trop grande facilité pour terminer le jeu. Certains inconoclastes auront un avis bien plus cruel sur le soft, à coup sûr, mais les raisons à cela restent très subjectives. Or, ici nous avons le devoir de rester objectifs (héhé) c'est pourquoi je dois me contenter de dire : Final Fantasy X-2 reste beau, intéressant et innovant. C'est pourquoi il s'agit d'un jeu de qualité. Là.

Points positifs

  • Volonté d'innover
  • Techniquement parfait
  • Accessible à tous
  • Excellente maniabilité

Points négatifs

  • Scénario un peu plat
  • Trop facile
  • Très décalé du reste de la série

Commentaires