Test : DRIV3R

DRIV3R - PS2

Genre : Action/Course

Date de sortie : Mars 2004

Genre
Action/Course
Date de sortie
Mars 2004 - France
Développé par
Reflections
Edité par
Atari (Infogrames)
Disponible sur
GBA, PC, PS2, Xbox
Parfois appelé
Driver 3
Site officiel
Site officiel

DRIV3R fait beaucoup parler de lui. Il est vrai qu'on l'attendait depuis des mois. On arrêtait pas d'en parler, DRIV3R par-ci, DRIV3R par-là. Au final Tanner est là, debout attendant qu'on le dirige. Alors, voyons en détails ce qu'il y a en dessous de son costume noir.

 
 
Tanner plus connu sous le nom de "The Driver", un méchant agent du FBI qui n'hésite pas à se mettre dans le pétrin pour arriver à ses fins. C'est l'esprit Driver. Mais si Tanner a pris plus de classe, on ne peut pas en dire autant de son jeu qui nous surprend. Il est très comparable au deuxième volet de Driver sur PSOne. Même esprit, même dégaine, même défauts ? Peut-être même plus. Oui, DRIV3R, ça surprend !
 

Tanner a pris un peu de poids, non ?

Il est vrai que DRIV3R nous promettait du gros spectacle, du lourd, bref tout ce qu'on aime. Mais (y'a toujours un mais) on a une impression de déjà-vu. Voyons pour commencer le menu. Pour les joueurs de Driver 2, rien de nouveau. Il y a tout d'abord le mode Undercover pour effectuer les missions, les refaire ou bien revoir les nombreuses cinematiques. Il y a comme toujours le mode Conduite Libre qui permet de se balader dans les 3 villes (Miami, Nice et Istanbull) sans se préoccuper des missions. De plus, il y a le mode Jeux de conduite. Rien de bien nouveau dans la série puisqu'on avait déjà l'occasion d'y jouer dans les précédents volets. Et avec les mêmes jeux de conduite en plus: A fond la caisse, Chapeaux de roue, Trail Blazer, bref du déjà vu. Et enfin, il y a le menu des options où on peut avoir quelques bonus (Démo The Transformers, Making-Off de DRIV3R, Bande Annonce de Terminator 3, les Crédits...) et la possibilité de pouvoir activer les cheats. Dores et déjà c'est un peu decevant de voir que rien n'a changé mais à ce moment, on ne perd pas espoir, puisqu'on a pas encore touché aux missions.
 

Des missions un peu difficiles quand même !

Certes, ils ont mis le paquet au niveau de l'ambiance. Les villes ont été soigneusement représentées à l'aide de quelques 90000 photos prises dans les 3 villes du jeu. 3 ans pour tout préparer, tout mettre en oeuvre, les cascades, les explosions, les amibiances sonnores, la bande originale du jeu que vous pouvez vous procurer, bref du travail de fourmis. Pour en arriver où ? Eh bien là: Les missions aussi réalistes soient-elles, elles sont tout de même difficiles pour la plupart. On retrouve les fameuses courses poursuites, et la grande nouveauté est de pouvoir tirer tout en conduisant ce qui n'est pas évident au début. D'entrée, les missions commencent à énerver. Il faut suivre une voiture qui n'hésite pas à emprunter les rues les plus étroites dont l'unique but est de vous planter contre un poteau électrique. Alors, on recommence la mission, il n'y a pas d'autres alternatives, et on enchaines les mêmes passages plusieurs fois pour enfin y arriver. Conclusion: ça lasse, ça énerve alors que le but d'un jeu vidéo est de détendre, enfin normalement. Bref, c'est pas facile à accepter si on est pas un mordu de Driver en général. Seule chose positive qu'on peut tirer des missions: elles sont variées. on passe des poursuites aux fuites tout en largant un amas de munitions, vol de véhicules, séries de boucheries, bref il y a à peu près tous les principaux ingrédients de Driver.
 

Les petits plus et les petits moins

Començons par les plus: possibilité de pouvoir écraser les piétons. Aussi cruel que ça puisse paraître, même si les piétons fuient, ils finissent par être ecrasés, ce qui n'était pas le cas de Driver 2 où il était impossible de touche la moindre forme humaine et ce n'était pas du tout réaliste.
Des jeux de lumière assez sympathiques même si la nuit peut paraître très sombre, voire obscure, on distingue facilement l'aube du crépuscule.
Enfin, on peut trouver de nombreux véhicules. Des voitures evidemment mais aussi des motos, des scooters, des poids lourds, des bateaux, bref un choix énorme.
Viennent ensuite les petits moins: Le son ! Bon, la bande originale est sympathique même si c'est plutôt penché Rock, on peut y trouver un certain plaisir. Mais au niveau des voitures, le son n'est pas terrible. La première fois qu'on monte sur une moto et qu'on entend le son qu'il dégage, on a l'impression de conduire une Formule 1 car il n'y a aucune différence au niveau de son. Au début ça fait sourire, puis après on baisse le son !
Autre petit moins: La conduite. Pas évident de conduire avec classe, de faire des dérapages contrôlés et garder un oeil sur la voiture que vous devez suivre sans vous ramasser au mieux une moto, au pire un poteau (Il est ravageur le poteau ! Impossible de le déraciner !!). Inutile d'accélerer il faut tout recommencer puisque vous ne voyez plus l'autre voiture. Tout ça pour dire que la conduite n'est pas très réaliste. on se plante souvent et il est impossible de freiner sans déraper (si: prévoir au moins un terrain de 15m !). A moins de se mettre en vue subjective pour avoir une vue plus dégagée et anticiper mieux les virages et les voitures.
 

Un petit conseil pour la fin...

... qui s'adresse à ceux qui découvrent la série mais également à tous les autres: Ne vous jetez pas tout de suite sur les missions sous peine de jeter votre jeu par la fenêtre. Faites un peu de conduite libre pour pouvoir mieux apprendre à diriger votre véhicule, et ne pas vous planter en pleine mission même si vous avez un nombre illimité de fois pour recommencer.
 

Article rédigé par NKB , le

DRIV3R déçoit sur certains points mais au final on est heureux de retrouver ce bon vieux Tanner. Le jeu est conseillé aux plus de 16 ans évidement mais surtout, il est conseillé de réfléchir à deux fois avant de l'acheter sous peine d'être déçu. La devise de DRIV3R qualifie bien l'état du jeu: BON, MAUVAIS, LES DEUX !

Points positifs

  • Un grand choix de véhicules
  • De nombreuses scènes cinématiques

Points négatifs

  • Un poil trop difficile
  • Du déja-vu (Driver 2)
  • On finit par se lasser
  • Une Thrill Cam inutile

Commentaires