Test : Final Fantasy XII

Final Fantasy XII - PS2

Genre : RPG

Date de sortie : 22 février 2007

Genre
RPG
Date de sortie
22 février 2007 - France
Développé par
Squaresoft
Edité par
Square Enix
Disponible sur
PS2
Parfois appelé
FFXII, FF XII, FF 12
Site officiel
Site officiel

Final Fantasy est devenue une série mythique, malgré des hauts et des bas, chaque épisode a su trouver son public. On a noté cependant depuis Final Fantasy IX une petite baisse dans la qualité des jeux, notamment au niveau du X qui a été plus ou moins bien aimé par les fans, mais tout de même très apprécié des nouveaux joueurs de RPG. Sans parler du X-2 sujet à polémique, ainsi que Crystal Chronicle qui n’est pas un FF à mes yeux. Quant à FFXI, il reste à part car misant sur le online. Qu’en est-il donc de ce Final Fantasy XII tant attendu, après de longues années de développement, alors que la sortie en France est imminente ?

 
 
Comme toujours dans les Final Fantasy, le début est une magnifique cinématique afin de nous mettre dans le contexte du jeu. Entre engins volants et batailles rangées dignes du moyen âge, le tout dans un univers féérique et envoutant sur une musique magnifique, on se retrouve là en plein dans l’ambiance, les yeux écarquillés, les mains tremblantes et la bave qui coule sur le coin droit de la bouche. Après ce choc émotionnel, on découvre une histoire plutôt classique mais tout de même intéressante. L’Empire et le royaume de Dalmasca sont en guerre, jusqu’au jour où le rois de Dalmasca meurt, l’Empire occupe alors l’ancien royaume, et les villes sont devenues en partie des taudis où règnent pauvreté et misère. On incarne alors Vaan, un voleur aidant dans une auberge, le tout dans une ambiance rappelant parfois FFVIII dans ses anachronismes si particuliers. Notre héros, ayant perdu famille et amis à cause de l’Empire, décide alors de se battre et d’aider à la résistance contre le mal. Il parcourra donc le monde afin de réaliser sa quête, aidé de divers camarades autant plus charismatiques les uns que les autres. Bien sûr l’histoire ne restera pas aussi simpliste car sinon ce jeu ne serais pas un Final Fantasy, mais à la peur de vous spoiler, je vous laisse découvrir par vous-même la grandeur du scénario.
 

On est sur PS3 ?

Que serait un Final Fantasy sans de magnifiques graphismes ? On ne le sait heureusement toujours pas, Square Enix signe là encore des prouesses graphiques dans FFXII. On se demande parfois si on est vraiment sur une PS2, lorsque l’on voit la richesse des décors et surtout l’animation des visages qui relève du miracle pour une current gen. Sans parler des effets spéciaux lors des invocations et magies devant lesquels on aurait presque envie de sortir ses lunettes de soleil tellement ça éblouit. Quant à l’environnement, j’ai trouvé celui-ci, bien que très beau, un peu moins varié que dans les précédents FF, préparez vous à prendre une bonne dose de désert ! Mais ces environnements restent très beaux, notamment en ville. Fini les villes où se battent en duels trois vendeurs de potions, place aux grandes villes ! En effet on a ici des villes immenses et criantes de vérité, il y a des marchés avec des marchands partout, une foule de personnes qui se balade dans tous les sens, des petites ruelles des grandes rues des places... bref, on se sent vraiment immergé dans le jeu. Quant aux cinématiques, comme je l’ai dit plus haut, elles sont très jolies, et on enchaîne entre phases de jeu et cinématiques sans aucune coupure ce qui porte parfois à confusion entre le temps réel et la cinématique tellement le jeu est beau. En bref du grand art comme nous a habitué Square Enix.
 

Nouveau FF = nouveau système

Chaque Final Fantasy apporte un nouveau système de combat, on découvre ici un tout nouveau système en semi temps réel qui paraîtra surprenant au premier abord, mais finalement très sympa. On se balade donc dans une plaine avec son groupe, et on voit tous les monstres se balader gentiment (sans savoir ce qui va leur arriver...), il suffit alors de s’approcher et d’engager le combat, on peut alors donner des ordres à ses coéquipier, ou les « régler » à travers les menus des options pour qu’ils réagissent tout seul, quand à Vaan, il restera sous vos ordres et vous pourrez alors choisir une variété d’attaques spéciales, de magies etc. Là où le système est intéressant c’est que l’on peut paramétrer dans le détails beaucoup d’actions du personnage par rapport aux monstres afin de n’avoir presque rien à faire durant un combat. Par exemple on peut faire que quand tel perso à moins de 50% de ses HP, tel perso lui donne une potion, je vous laisse imaginer les possibilités offertes afin de pouvoir glander pendant les combats. Bien entendu les invocations sont toujours de la partie et font part du plus bel effet. En effet, la divinité viendra se battre sur le terrain avec vous, en modifiant l’ambiance suivant les caractéristiques de l’invocation. Par exemple lorsque l’on invoque Ifrit le ciel deviendra rouge et des effets de chaleur se feront ressentir à l’écran. On retrouve un système d’attaques spéciales pour les invocations ainsi que pour les personnages faisant un peu penser aux overdrives de FFX. Quant à l’évolution des personnages, on retrouve un damier géant dans lequel on évolue grâce aux points de licence que l’on gagne, sur chaque case on peut acheter des licences qui permettent d’utiliser de la magie, de porter un type d’arme, etc.
 

Ca reste tout de même un Final Fantasy

Rassurez-vous, les fans retrouveront toujours leurs traces et sauront apprécier les éléments récurrents des Final Fantasy. En effet on a toujours droit aux chocobos (des autruches poules faisant office de chevaux dans les Final Fantasy). Pas mal de monstres vous rappelleront quelques souvenir, ainsi que la réapparition des mogs, qui n’étaient plus de la partie dans FFX. On pourra même s’inscrire dans le clan des mogs. De plus les anciens retrouveront leurs magies préférées et auront l’avantage de savoir au premier coup d’œil à quoi elles servent. De même pour les objets, on a toujours des queues de phénix, des élixirs ou encore des potions. Quant aux invocations, des anciennes sont de la partie (bien qu’ayant subi un sacré lifting pour certaines), mais attendez-vous à de nouvelles créatures à invoquer, toutes plus magnifiques les unes que les autres. Ce Final Fantasy garde donc les bonnes bases et ne vous dépaysera pas si vous êtes fans.
 

Article rédigé par Sephi , le

Ce nouveau Final Fantasy reste dans le ton de qualité des anciens, et Square-Enix signe ici un nouveau chef d’œuvre, bien qu’il ne fasse pas partie des meilleurs de la série à mon gout, il reste très bon et comblera à mon avis la joie des fans tout comme celle des néophytes du RPG. L’attente fut longue et elle en valait le coup.

Points positifs

  • Graphismes magnifiques
  • Les musiques sont très agréables
  • Très bonne retranscription de l’ambiance
  • Durée de vie

Points négatifs

  • Un système de combat un peu déroutant au début.
  • L’histoire peut paraître classique au premier abord.

Commentaires