Preview : Enter The Matrix

Enter The Matrix - PS2

Genre : Action

Date de sortie : Mai 2003

Genre
Action
Date de sortie
Mai 2003 - France
Développé par
Shiny Entertainment
Edité par
Atari (Infogrames)
Disponible sur
Gamecube, PC, PS2, Xbox
Site officiel
Site officiel

Peu de films sont aussi attendus que les suites de Matrix, des frères Wachowski. Sorti en 1999, celui-ci reste une référence tant par l’originalité de son scénario que par les effets novateurs employés. Il n’est donc pas étonnant que le jeu, inspiré de la saga, soit l’objet du soin attentif des concepteurs comme des joueurs qui vont enfin pouvoir profiter d’informations concrètes en attendant jusqu’au 15 Mai. En effet, voilà pour l’heure le bilan le plus exhaustif d’un titre qui a su se faire discret jusqu’ici…

 
 
Discret pour des raisons évidentes : Matrix 2 et 3 sont un mystère et la Warner sait le garder. Ainsi, pas d’images flagrantes, de vidéos, de synopsis disponibles pour contenter nos neurones constamment en manque de nouvelles fraîches. A l’instar des films, le jeu a aussi fait l’objet d’une surveillance de tous les instants puisque rien depuis deux ans n’a coulé jusqu’à fin 2002 où quelques images ont vu le jour. Cette approche mesurée a contribué à susciter l’attention d’autant plus, bien sur. Reste à voir si le produit sera à la hauteur de notre attente fébrile car si le meilleur va être dit, des réserves incontestables pourraient nuire au crédit du titre.
 

Qui s’occupe du bébé ?

Avant tout, qui participe à la création ? Acquis par Infogrames auprès d’Interplay , le studio, Shiny Entertainment à déjà quelques jeux à son actif parmi Messiah (2000), R/C Stunt Copter (1999), Wild9 (1998), MDK (1996) et le premier best-seller de Shiny, Earthworm Jim (1993), qui reste l’un des héros de jeu de plate-formes les plus désopilants sur PC et console. Des productions de bonne facture et de qualité qui ne s’élèvent pourtant pas à des sommets. Cependant, l’ancienneté et l’expérience du studio jouent dans ce choix comme le motivé Dave Perry, PDG fondateur de Shiny, est présent dans l’industrie du jeu vidéo depuis plus de 15 ans et peut s’enorgueillir de titres comme Aladdin, Cool Spot… Autour de lui, c’est une équipe d’environ une trentaine de personnes qui orchestrent le boulot.
Côté scénario, rien de moins que les frères W aux commandes en personne ! La trame promet donc de se démarquer de celle des films tout en les rejoignant par moment.
 

Un jeu à la croisée des supports

Les jeux sous licence proposent généralement de prolonger le plaisir d’un film, sans vraiment rien de plus. Peu de jeux à licence peuvent se vanter d’être novateurs et plaisants (sauf Spider Man ?). En tout cas, aucun n’a eu droit à pareil investissement de la part des cinéastes qui font du titre, un représentant à mi-chemin du cinéma et du jeu vidéo. Les plateaux de tournage ont servi à Shiny et plus de 27000 clichés ont été pris pour servir de décor dans le jeu. Autre élément de taille : les plateaux ainsi que l’ensemble des acteurs et de la production a contribué à tourner environ 30 minutes de séquences inédites qui sont spécialement dédiés au jeu tandis que d’autres cinématiques utilisent le moteur graphique. Si aucune info n’a filtré sur le doublage de la version VF, la version originale se dote des vraies voix des personnages. Autre détail : les déplacements, les combats ont été réalisés à l’aide du motion capture, même les attitudes du visage ! La chorégraphie a été mise au point par Yuen Wo-Ping, célèbre déjà pour son travail à Hong-Kong.
 

D’accord, mais c’est quoi le jeu ?

Bon, j’en arrive au corps du jeu proprement dit. Globalement, le jeu propose trois phases fortement inspirées de situations vécues dans les films : conduite avec de très nombreux véhicules, combat avec une diversité proprement incroyable de flingues et autres grenades à effet de zone, arts martiaux se mêleront pour recréer l’atmosphère des films. On peut déjà assurer que le fameux dojo d’entraînement virtuel sera présent pour vous familiariser avec les différents styles et armes proposées. A ne pas omettre, l’inclusion du bullet time initié par Max Payne dans une formule améliorée ou la jauge devrait progresser avec l’expérience. Les phases de pilotage, peu présentes dans le premier opus des films, prendront beaucoup plus d’envergure (ce fut d’ailleurs la première info au sujet du deuxième épisode) dans les suites. On peut déjà évoquer des courses-poursuites à bord du Logos, le vaisseau d’un des deux protagonistes, Ghost. Un jeu d’action, donc, où les scènes cultes seront autant de situations communes…
 

Au fait, on joue qui ?

Neo et Trinity pour commencer, un peu Morpheus mais désolé pour les fans de Cypher, il a…démissionné. Redevenons sérieux. Vous ne contrôlerez aucun des individus des films ! Le jeu propose deux héros qui parcourront les niveaux ensemble et que l’on doit choisir au début, permettant ainsi de recommencer le tout dans un angle différent. L’une, Niobhe, est un pilote hors pair qui a une relation avec Morpheus et possède mystérieusement le nom d’une reine égyptienne, l’autre, Ghost, est un assassin spécialisé dans les armes à feu. Deux personnages complémentaires qui sont pour l’instant l’unique réponse à l’inévitable question de durée de vie et de rejouabilité posée, vu que le multi ne semble pas être plus développé (co-op peut-être ?). On pourra choisir parmi l’inévitable panoplie de fringues en cuir pour donner encore plus de caractère à ces derniers.
 

Un aperçu de la jouabilité

L’ensemble du jeu se déroule à la troisième personne et selon la distance de l’ennemi, on peut opter pour le corps à corps où l’arsenal portatif. Le tout semble bien répondre au joueur. Le jeu, on l’a déjà mentionné plus haut, propose un bullet time classique, mais se démarquera par une pléthore de mouvements, une interaction poussée avec le décor destructible. A noter que l’on pourra aussi sniper et pas seulement raser les obstacles. L’ambiance survoltée maintiendra le joueur attentif à l’apparition soudaine d’ennemis et des échappatoires via les réseaux de communication sont prévues. On pourra, dans une certaine mesure (non précisée), hacker la matrice…
 

Des défauts ??

Il ne faut pas oublier que les héros de l’univers des frères Wachowski sont des hackers sophistiqués et pas des brutes épaisses… Shiny a inclut cet aspect à l’intérieur du gameplay et si le pari est réussi, il devrait en résulter un jeu profondément original… Chargement d’armes et d’arts martiaux différents… On ne sait pas vraiment à quoi s’attendre surtout avec l’accès Internet et le Xbox Live… En tout cas, pour Shiny, rien n’indique que cela soit un élément prépondérant… Autre doute, le moteur graphique. Celui-là serait, malgré « l’innovation » inévitablement annoncée chez Shiny, une simple évolution du Saxsengine utilisé auparavant dans Messiah. S’il est relativement vieilli, il donnerait cependant un rendu 3D correct en faisant augmenter le nombre de polygones à mesure du rapprochement. Sinon, la peur bien réelle que le mélange des genres soit décevante et ne prenne pas forcément.
Dernier détail frustrant, ce jeu est attendu et sa date fixée depuis longtemps pourrait occasionner un bâclage et une absence de finition de dernière minute…
 

Article rédigé par Mirage , le

Rendez-vous est donné pour la version finale, d’ores et déjà bouclée…
Matrix s'annonce certainement de bonne qualité, peut-être pas à la hauteur de ses promesses, mais le travail acharné peut me faire démentir rapidement.

Commentaires