Test : Primal

Primal - PS2

Genre : Action/aventure

Date de sortie : Avril 2003

Genre
Action/aventure
Date de sortie
Avril 2003 - France
Développé par
Sony Computer Entertainment Europe
Edité par
Sony Computer Entertainment Europe
Disponible sur
Société, PS2

Primal... Derrière ce nom se cache un "petit" jeu qui avait su se faire attendre lors de sa sortie (plusieurs fois décalée) il y a trois mois grâce aux bonnes choses qu'il avait su laisser présager. Mais qu'en est-il donc au final ?

 
 
Allez, commençons par une petite devinette! Si je vous parle d'une belle brune à couettes mettant en valeurs ses formes alléchantes grâce à une tenue plus qu'adéquate et résolvant des énigmes dans des espaces divers et variés vous pensez à... ? Jennifer évidement !... Non, pas celle qui attend l'amour (vive les références ! ND Tomate : Y’a qu’un « N » à la Jenifer dont tu fais allusion) mais celle qui va aller le rechercher.
 

Tout est Chaos

En effet le scénario est au premier abord plutôt classique : vous incarnez Jennifer Tate (Jen pour les intimes que vous allez vite devenir), jeune fille plutôt ordinaire qui va devoir explorer les 4 mondes d'un univers parallèle (Oblivion) avec au programme retrouver son amour enlever par le grand méchant (Abaddon, Seigneur du Chaos) et sauver le monde de ce dernier : rien que ça! Evidement et heureusement, tout cela se complique par la suite avec de nombreuses histoires dans l'histoire pour notre plus grand bonheur. Ainsi, en plus de l'intrigue principale qui s'étoffera au fur et à mesure, les royaumes d'Oblivion (dans l'ordre Solum, Aquis, Aetha, Volca) possèdent tous les quatre leurs propres intrigues qui se révèlent être chacune prenante. De plus, Jen sera accompagnée tout le long de son périple par une gargouille répondant au nom de Scree que vous pourrez contrôler à tout moment. Ce duo plus de choc que de charme pimentera votre aventure par des dialogues où l'humour n'est pas exempt.
 

Tu es un beau jeu tu sais

Au niveau des graphismes, il n'y a rien à redire : la petite PS2 « crache ses tripes » et la grande soeur de Jen (que nous appellerons ici Miss C. par égard pour elle) peut aller se rhabiller avec ses décors cubiques. A ce niveau, on en a vraiment pour notre argent avec des décors tous plus soignés les uns que les autres. Chaque monde a d'ailleurs un style graphique qui lui est bien propre et a ce niveau on pourra donner une mention spéciale à Aquis donc l'univers aquatique (on ne s'en sera pas douté!) vous envoûtera à coup sûr, même si Aetha et son charme gothico-aristocratique et les autres contrées d'Oblivion ne sont pas en reste. On peut aussi parler des musiques qui collent à la quasi-perfection à la couleur locale de chaque lieu et qui dynamise bien le jeu au cours des combats. Tout, des environnements à la petite Jen en passant par les personnages annexes où la musique, est donc un vrai délice.
 

L'aventura

Primal est un jeu qui mise justement sur ses environnements en faisant la part belle à l'exploration. Vous passerez donc de longs moments à vous balader à travers les contrées démoniaques, ce qui à pour conséquence évidente de créer de réels temps morts dans l'action, qui n'est malheureusement pas non plus à la hauteur du reste. En effet, bien que vous disposiez de quelques coups différents et de 4 transformations assez variées (que vous découvrirez au cours de votre périple) les combats, se révèlent être assez vites répétitifs. Ces deniers sont d'ailleurs basés sur le même système que Soul Reaver 2, avec des coups de grâce et la possibilité de récupérer de l'énergie vitale sur les dépouilles adverses. Enfin bon, 2 boutons de coups, 2,3 combos et seulement 2 fatalités différentes pour chaque transformation cela faits bien maigre et on se surprend même à éviter les affrontements, non pas par "peur" mais par lassitude. Et puisque nous en sommes au niveau des défauts, on pourra rajouter les caméras qui sont parfois pénibles ou alors le faites (à mon avis) que le 4e monde semble bâclé avec une durée de vie tout de même bien courte comparée aux autres. Enfin quelques bugs peuvent venir perturber votre parcours (comme par exemple un "blocage" de votre personnage) mais c'est extrêmement rare... donc toujours rien avoir avec feu Miss C.
 

Pour rassurer

Car il faut tout de même bien l'être. En effet, en plus des défauts et qualités précités, il ne faut pas oublié un aspect important du jeu qui est le duo Jen / Scree qui est une vrai bonne idée. Comme je l'ai déjà évoqué, vous pourrez passer à volonté de l'un à l'autre par une simple touche. Ces deux personnages se révèlent être totalement complémentaires et l'alternance entre eux deux indispensable pour pouvoir progresser correctement. Ce duo réserve bien des capacités que je vous laisse découvrir par vous-même.
Avant de conclure, je préciserais juste que la durée de vie offerte est assez longue et qu'elle est augmentée par une pseudo quête secondaire de cartes de tarots (dans le même esprit que les secrets de miss C.) ou par des bonus débloqués à chaque fois que vous terminerez un monde.
 

Article rédigé par Pandé , le

Primal est un jeu envoûtant qui séduit par ses graphismes d'une rare beauté, ses musiques enivrantes et un univers prenant.
Malheureusement le coté action se révèle ne pas être à la hauteur de la barre mise très (trop ?) haute tout comme le rythme qui se montre plutôt inégal. En somme, si vous cherchez un jeu vrai d'action "fuyez pauvres fous" comme dirait l'autre, sinon n'hésitez pas à venir tentez l'expérience Primal.

Points positifs

  • Graphismes superbes
  • Musiques enivrantes
  • Scénario développé
  • Bonne durée de vie

Points négatifs

  • Combats peu passionnants
  • Des temps morts

Commentaires