Preview : Dead To Rights

Dead To Rights - PS2

Genre : Max Payne-Like

Date de sortie : Août 2003

Genre
Max Payne-Like
Date de sortie
Août 2003 - France
Développé par
Namco
Edité par
Namco
Disponible sur
GBA, Gamecube, PC, PS2, Xbox
Site officiel
Site officiel

Ce Max Payne-like de Namco été annoncé tout d'abord sur PS2 et en même temps que The Getaway, donc en concurrence sérieuse ... Mais il s'avère que le jeu sort sur PS2, Xbox et NGC au mois de mars, voyons donc si DtR peut concurrencer sérieusement son pote Max Payne.

 
 
Attention, la preview PS2 et NGC n'est pas le même que la version Xbox ! Le dernier paragraphe et la conclusion sont différentes toutes les 2, avec un léger avantage pour les versions testées sur PS2 et NGC.
 

Kung-Fu et gâchette

Retardé au mois de mars, ce Max-Payne Like de Namco est un concurrent sérieux de celui-ci. Un shoot à la troisième personne, un univers assez glauque, un flic voué à ce faire justice lui-même, voici les ingrédients qui marchent toujours dans un jeu
polar. La principale ressemblance est surtout le bullet-time et les actions du personnage qui ressemble à s'y méprandre à un film de John Woo. L'intrigue quant-à-elle est légèrement différente. Vous êtes Jack Slate, un flic voulant venger son père assassiné par tous les moyens, et surtout en butant tout ce qui bouge. Malheureusement, il se fait piéger et se retrouve dans des situations délicates. Pour se sortir de toutes situations, notre bon vieux pote aura un arsenal d'arme, une maîtrise de kung-fu en poche et un fidele chien qui l'accompagnera.
 

Solid Slate

Et oui, ça n'échappe pas à la règle, Slate aura dans son gameplay (très riche) ce qui fait un homme d'action parfait : le bullet-time et le MGS-like. Voyons tout d'abord le Bullet-Time. Cette méthode devenu célèbre grâce à Max Payne et surtout Matrix, permet de ralentir le temps et d'effectué de plongeon magnifique à travers les balles. Mais la nouveauté est le fait de pouvoir désarmer son adversaire pour retourner son arme contre lui en pratiquant divers combos.
Le deuxième aspect a relevé est le gameplay. Jack peut se servir d'un homme comme bouclier (façon The Getaway), que les ennemis auront le loisir de détruire avant de s'attaquer à vous. Et venons en au fait, les combats rapprochés. En effet, lorsque Jack sera désarmé, et tel le mode kung-fu de Max Payne, vous serez un roi dans les coups de poings et autre front kick enchaînés ... Et comme si cela ne suffisait pas, votre chien de garde Shadow, un husky surentraîné pour le gardiennage, deviendra un instrument de dévastation sur les ennemis et rapportera gentiment son arme à son mai-maitre. Entre ces phases d'actions, des mini-jeux seront la pour laissé souffler le joueur, des mini-jeux bien intéressants mais la plupart du temps inutiles.
 

Les défauts

Pour la petite histoire, avant d'être multi-plateforme, ce jeu était destiné à la PS2, alors faut pas trop lui en vouloir à Namco, mais le portage rend les graphismes d'une laideur incroyable pour la console. Mais rassurez-vous (si c'est rassurant), c'est moins laid que la version XBox (preview disponible également). Les caméras aussi ont une fâcheuse tendance à ne pas s'orienter sur l'action mais bon tous les jeux ont ce bug en ce moment...
 

Article rédigé par Jivé , le

Même si les graphismes sont loins d'être bons, mais mieux que Xbox, les versions PS2 et NGC de Dead to Rights sont des concurrents valables face à Max Payne et aux max payne-like en générale, sans pour autant se rapprocher du lugubre du scénario de la Valkirie. En gros, le gameplay est l'élement clé chez DtR et promet des heures d'action et d'aventure dans un rhytme et une atmosphere prenante (à la gorge).

Commentaires