Test : Ratchet & Clank

Ratchet & Clank - PS2

Genre : Plate-formes

Date de sortie : 08 novembre 2002

Genre
Plate-formes
Date de sortie
08 novembre 2002 - France
04 novembre 2002 - USA
03 décembre 2002 - Japon
Développé par
Insomniac Games
Edité par
Sony Computer Entertainment Europe
Disponible sur
PS2
Parfois appelé
Ratchet and Clank, Ratchet et Clank, r&c
Modes de distribution
Boutique
Site officiel
Site officiel
PEGI
 Interdit aux moins de 3 ans

Depuis Jak and Daxter, notre monolithe noir n'avait pas accueilli de grands jeux de plate-formes, à part peut-être deux ou trois jeux de Disney (ahaha)... C'est donc avec enthousiasme que je me mis à Ratchet and Clank.

 
 
Hum, la plate-formes, c'est pas trop mon truc, mais bon, avec cette rédac' de feignasses, je suis obligé de tout me taper... Mais bon, ne nous plaignons pas, on perd du temps inutilement, là...
 

Une copie de Jak and Daxter ?

Ratchet and Clank ressemble beaucoup à Jak and Daxter parce qu'il y a deux héros, c'est un jeu de plate-formes et l'univers paraît gamin. Ratchet est une espèce de renard bourré d'hormones, ce qui explique probablement sa taille, et aussi au cerveau génétiquement modifié puisqu'il sait parler (en français en plus ! Quel hasard...) et Clank est un robot timide (si, si, regardez bien sur la boite, il est caché derrière Ratchet). Ces deux bouffons, hum héros, excusez-moi, vont devoir sauver le monde d'un grand méchant ayant des projets... malsains dirons-nous. Vous allez donc traverser une multitude de mondes futuristes et jouer à des tas de petits mini-jeux bien marrants.
 

Le scénario

Bon allez, on va développer ce scénario, car pour une fois, les développeurs ont cherché quelque chose de loufoque, même si ce n'est pas très original. Clank est un robot conçu pour aider Drek, un dictateur voulant être aidé pour imposer sa loi. Cependant, pas de chance pour lui, son robot est défaillant et parvient à s'échapper des usines de notre grand méchant. Ce qui va l'amener à rejoindre Ratchet, mécanicien dans l'âme, à lutter contre celui qui aurait dû être son maître. On remarque mal Clank sur les images car notre robot est la plupart du temps accroché sur le dos de Ratchet...
 

Petit tour d'horizon

Ce qui surprend quand on joue à Ratchet & Clank, c'est plus la réalisation que l'originalité du concept. En effet, les petits gars d'Insomniac (les développeurs de Spyro) se sont surpassés sur ce coup-là, puisque le moteur graphique est impeccable. C'est magnifique, c'est très fluide, c'est fichtrement bien animé et il n'y a presque pas de clipping ! Mais le design n'est pas en reste car les différents mondes ont une personnalité unique et les personnages ont un design à la fois très réussi et vraiment marrant. Enfin, les voix sont très soignées, mais Monsieur Traduction-Ratée est passé par-là... Je ne dis pas que les voix françaises sont ratées, loin de là même, mais ces imbéciles ont oublié de traduire quelques textes !!! Du coup, ça fait tache. Pfff... Allez, 50 points d'intérêt en moins ! Non mais ! Et autre défaut, gênant : la jouabilité n'est pas toujours impeccable à cause d'une caméra flemmarde, surtout quand des ennemis vous surprennent dans le dos. Mais quand vous allez tout droit, aucun problème !
Vous devrez aussi faire de nombreux allers-retours entre les planètes car certains objectifs d'un niveau ne seront remplissables qu'en utilisant le bon gadget, bien sûr procurable à l'opposé de l'endroit où vous êtes. Malheureusement, cette possiblité n'est pas toujours habilement gérée et on se perd quelques fois.
 

Riche

Ratchet and Clank est un jeu très riche car le nombre d'objets proposés est immense avec une multitude d'armes très variées, dont un gant ravageur permettant d'invoquer des robots pouvant se battre à notre place, un aspiro-cannon aspirant les ennemis, un attrape-nigaud attirant les ennemis dans un guêt-apens, etc. Et il ne faut pas oublier les modifications que pourra subir Clank : une hélice pour planer, des réacteurs pour voler, des propulseurs pour nager plus rapidement, etc. Mais pour pouvoir vous procurer tout cet équipement, vous devrez ramasser des boulons (l'équivalent des pièces dans les autres jeux) parsemés partout dans le niveau : dans des endroits cachés, quand vous tuez des ennemis, etc.

En vrac

Tout à l'heure je vous parlais des mini-jeux. Parmi eux, vous aurez une course en hoverboard... Sympa, mais difficile, vous voilà prévenu.
Malheureusement, le jeu n'est pas très difficile (à cause des vies illimitées, mais on ne va pas se plaindre car dans Maximo, je disais que justement, la limitation du nombre de vies augmentait considérablement la difficulté du jeu) et par-là même plutôt court, malgré le nombre d'environnements proposés. Un jeu destiné à un public d'handicapés du pad (moi par exemple), qui passeront de très nombreuses heures dessus avant d'en arriver à bout...

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

Un très bon jeu de plate-formes, un des meilleurs sur PS2 avec Jak and Daxter, surprenant grâce à son univers très original, son extrême diversité et sa grande richesse, mais malheureusement pour les débutants...

Points positifs

  • Graphismes
  • Richesse
  • Originalité
  • Le site officiel !

Points négatifs

  • Trop court
  • Quelques problèmes de caméra

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

32 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires