Test : Shox

Shox - PS2

Genre : Rally

Date de sortie : Octobre 2002

Genre
Rally
Date de sortie
Octobre 2002 - France
Développé par
EA Big
Edité par
Electronic Arts
Disponible sur
PS2
Site officiel
Site officiel

Dernière création des développeurs de Big, Shox constitue en lui-même un pari audacieux : réussir dans un domaine où la concurrence fait rage et où certains softs demeurent déjà au status de références. Le résultat est aussi étonnant que convaincant, car ce jeu regroupe des qualités indéniables tout en donnant naissance à un style nouveau.

 
 
Première constatation, simplicité est le maître mot de cette nouvelle simulation de rallye. Ici, quatre modes de jeu seulement : Compact, Puissance, Sport et Turbo. Il existe un mode caché à débloquer, qui n'est autre que l'éponyme Shox. C'est dans ce dernier que réside toute l'originalité du soft ; il s'agit d'un condensé de défis relevables sur différentes pistes, débloquées au préalable par le joueur. Bien évidemment, il faudra réaliser une course impeccable pour finir bien placé, et passer à l'épreuve suivante. C'est là que les premières innovations font leur apparition ; au début, cela peut vous paraître compliqué mais le principe reste très simple : une fois dans Shox, il faudra traverser un total de trois Shoxzones qui vous sont indiquées au début par différentes portes. Lorsqu'on est dans l'une d'elles, la performance est évaluée sur trois niveaux : Gold (excellent) Silver (pas mal) et Bronze (peut mieux faire). A noter qu'on trouve beaucoup de défis facultatifs mais non moins intéressants. Bref, si vous gagnez l'or, la récompense sera forcément plus prestigieuse que si vous ne récoltez que le bronze. D'ailleurs, à partir d'une certaine quantité d'or requise, vous pourrez déclencher l'onde de "S" qui vous entraînera dans une lutte sans merci pour la première place. Là encore, pas mal de thune à la clé... mais à quoi cela sert-il ? A acheter de nouveaux véhicules, biensûr ! Voici quelques constructeurs que vous croiserez forcément : Ford, Lancia, Peugeot, Porsche, et j'en passe. Ces bolides étant bien plus performants que celui de départ, vous pourrez vous attaquer à des défis de plus grande envergure ; comme atteindre le niveau de Platine par exemple, qui vous permettra entre autres de conduire de nuit. Tout dépend du nombre de Shoxzones que vous traversez et de la qualité de votre performance. En outre, si vous voulez absolument conduire une nouvelle voiture mais que vous n'avez pas les fonds nécessaires, vous pouvez toujours parier sur des véhicules pour beaucoup moins d'argent. Une course avec la machine s'engage alors. Attention toutefois à ne pas trop endommager la voiture, sous peine de perdre pratiquement tout. C'est à priori anodin mais diablement efficace, et très innovant et fun. Enfin, autre point positif, le rendu est particulièrement réaliste (paradoxalement avec le principe du jeu) et je pense notamment à ces ralentis spectaculaires et très bien rendus, et qui vous feront revivre véritablement la course.
 

Le Gameplay, un atout

L'autre grand attrait de Shox réside dans la maniabilité. Il est clair que Big a beaucoup travaillé à ce sujet, tant cette dernière est efficace. On se croirait revenu dans un Sega Rally où la maîtrise de l'accélérateur se révèle indispensable pour espérer terminer premier. Ici, c'est un peu pareil, et les courses attireront vite toute la concentration du joueur. Non pas que ça soit crispant, mais on se retrouve véritablement plongé dans l'ambiance du défi et cela apporte des sensations inoubliables. Sans parler du rendu graphique fort réussi, dont les animations (je pense notamment aux ondes de Shox) sont à tomber par terre. Cet ensemble de facteurs nous offre au final un Gameplay vraiment captivant. Difficile de se débarrasser du pad une fois qu'on a commencé !
 

Autres facteurs et impressions

Comme je l'ai déjà dit, Shox bénéficie de graphismes très réussis, qui sans révolutionner le genre n'ont rien à envier à ce qui se fait actuellement. Les véhicules sont bien modélisés, les décors ne souffrent d'aucun ralentissement, la réalisation est donc sans faille. Côté réalisme, le comportement des différents bolides est lui aussi très intéressant : aucun ne réagit de la même manière. Il n'est en outre pas rare de finir la course avec une caisse noircie de boue et aux pare-chocs complètement détruits. Ce qui est amusant, c'est que vos concurrent subissent également le même sort. Au niveau du son, il reste très correct bien que discret. Vous entendrez sans doute plus les moteurs que les musiques... enfin, le mode multijoueurs n'échappe pas à la règle, il est réussi et propose un challenge 4 joueurs simple mais efficace. En bref, quasiment que du positif.

Que dire de plus si ce n'est que Shox constitue une excellente surprise ? Une fois de plus, Big réalise un travail impeccable et nous sort un soft à la fois beau, jouable, fun et innovant. Sans révolutionner le genre, Shox peut se targuer d'être une véritable réussite à tous les niveaux qui ne souffre d'aucun vrai point faible. Ceux qui ont été déçus par Colin McRae ou V-Rally (et il y en a) risquent de trouver enfin leur compte avec cette nouvelle référence. On le leur souhaite.
 

Article rédigé par n0nam , le

Etonnant compromis entre fun et réalisme (!), Shox reste bien plus qu'une simple curiosité. A voir, à essayer, à apprécier !

Points positifs

  • Beau
  • Jouable
  • Fun
  • Innovant

Points négatifs

  • Parfois "trop" original
  • Musiques assez discrètes

Commentaires