Test : WRC 3

WRC 3 - PS2

Genre : Course de rallyes

Date de sortie : Novembre 2003

Genre
Course de rallyes
Date de sortie
Novembre 2003 - France
Développé par
Evolution Games
Edité par
Sony Computer Entertainment Europe
Disponible sur
PC, PS2, PS3, PSVita, Xbox 360
Parfois appelé
World Rally Championship 3

Vous avez adoré Colin Mc Rae 4 ? Vous tremblez à l'idée que Raymond, votre meilleur pote, a eu une meilleure idée d'acheter WRC 3 ? Je vous dis tout de suite que vous pouvez sortir le champagne, vous avez gagné ! La nouvelle mouture du jeu de Sony ne vaut pas un clou !

Il y a un an de cela, Colin Mc Rae Rally 3 et WRC 2 étaient au coude à coude pour remporter le prix de la meilleure simulation de rallye. Fort malheureusement, les deux titres ont eu chacun des lacunes, ce qui les avaient mis ex-aequo. En effet, Colin Mc Rae Rally 3 adoptait une jouabilité bien trop arcade et un championnat bien trop bridé, tandis que la jouabilité de WRC 2 était assez étrange et que les voitures avaient tendance à bien trop glisser. Mais pour se faire pardonner, Codemasters a sorti dès la rentrée Colin Mc Rae Rally 4, gommant tous les défauts du troisième opus, en plus de proposer de somptueux graphismes. De son côté, Sony a sagement attendu Noël pour frapper un grand coup en lançant à son tour ce qu'il pensait être son Colin 4-killer...

Salut Auriol, moi c'est Makinen... Cool, moi je m'appelle Mcrae.

WRC 3 cible sans conteste les férus de rallyes. En effet, en guise de bonus, Sony n'a rien trouvé de mieux que d'exploiter à fond sa licence World Rally Championship, en proposant, entre autres, une biographie complète de tous les pilotes. Vous y trouverez leur parcours en World Rally Championship, leur vie privée, l'âge de leur premier baiser, la longueur de leur bite, et bien d'autres choses encore. Ah oui j'oubliais : il en va de même pour les caisses. Oui enfin c'est pas pareil (bande de pervers) : histoire (et évolution, ça dépend des bagnoles), des fiches techniques, et même des vidéos. Soit dit en passant, vous pourrez choisir entre une bonne tripotée de voitures classées en trois catégories : World Rally Championship, Extrême et Concept. Si les modèles classiques sont bien évidemment disponibles, comme la 206 ou la Subaru, vous aurez accès à d'autres modèles plus rares, telles que la 406 coupé.

Accrochez votre ceinture et en piste, les enfants !

Niveau gameplay, les p'tits gars de Sony n'ont pas réussi à faire évoluer le produit dans le bon sens. Si l'on reprochait au précédent volet de trop glisser sur la route, ici, c'est complètement l'inverse ! Les voitures accrochent bien trop, même si les rares dérapages sont plus convaincants ! Et pire : la physique n'est vraiment pas convaincante, puisque vous pourrez vous amuser à rouler sur les murs sans vous retourner ni glisser. La classe. Franchement, à quoi ça sert de proposer des détails très poussés comme la biographie complète de tous les pilotes et des stats sur toutes les voitures, si c'est pour tout foutre en l'air avec un tel foutage de gueule ! *Paf* (Je donne un grand coup de poing sur la table. Si, si, remettez-vous dans le contexte) *Paf* (Là vous voyez, on s'y croirait plus, tout à coup) Je pourrais aussi vous parler des réglages ridicules : suspension, frein, boite de vitesse, frein, suspension, boite de vitesse, suspension, boite de vitesse, heu et quoi d'autre ? Bah les freins aussi. *Ta gueule Tomate !*
Et pour finir ce paragraphe sur une note positive, heureusement, la conduite doit être adaptée en fonction du revêtement de la route : vous glisserez un p'tit peu plus sur la neige et la boue, tandis que l'asphalte devrait faire de vous un pilote heureux, libéré de tous les risques de finir au fond d'un ravin, sans personne pour venir vous chercher.

Où sont mes lunettes ?

Côté graphismes, j'avoue avoir été surpris en voyant tourner le soft la première fois. C'est bourré d'aliasing et de clipping. En effet, la végétation apparaît au dernier moment. *Pop* Oh ! Un buisson ! *Pop* Oh ! Un brin d'herbe ! *Pop* Oh ! Un arbre ! Nooooooooon ! *Cronch* J'exagère à peine. Mais à part ces deux vilains défauts, les décors sont toujours aussi somptueux et les voitures sont magnifiques. Tiens, en parlant des décors, vous aurez la possibilité de traverser tout plein de pays que l'on a déjà vus et revus des centaines de fois : la France, l'Allemagne, Monte Carlo, la Nouvelle Zélande, Chypre, la Finlande et j'en passe et des meilleures.
Au niveau des détails qui tuent, démolissez la voiture et vous pourrez voir de la fumée sortir de votre capot. Les développeurs se sont amusés à rajouter ce genre de gadgets, tout en ratant ce qui saute pourtant aux yeux, comme les éclats des vitres, ridicules. D'une manière générale, de toute façon, les déformations des voitures font peine à voir, comparées à Colin Mc Rae Rally 4...

Article rédigé par Monsieur Tomate , le

En voyant WRC 3, on se demande si l'équipe de développement a entendu parler des miracles de Colin 4. Il en fallait bien plus au produit de Sony pour se hisser en haut de l'affiche, mais ce sera pour une autre fois. Avec une jouabilité qui peine à se trouver, tout en proposant un contenu trop riche et des graphismes irréguliers, WRC 3 aura bien du mal à faire exploser les charts, malgré une licence fort juteuse.

Points positifs

  • Contenu très riche
  • Jolis décors

Points négatifs

  • Gameplay et moteur physique ratés
  • Trop de clipping et d'aliasing

A propos de l'auteur

Monsieur Tomate

Monsieur Tomate

32 ans | Grand gourou

Depuis la fondation de GameHope en septembre 1999 sous le nom de HardGamers, le taulier du coin n'a cessé d'abuser de son fouet pour faire régner la terreur parmi son équipe. Ingénieur en informatique le jour, tyran impitoyable sur GameHope la nuit, on ne l'arrête jamais et gare à vos fesses si vous vous trouvez au travers de sa route lorsqu'il a en tête un énième plan diabolique, vous risqueriez de boîter le lendemain...

Contacter

Commentaires