Test : Charlie's angels : Full Throttle

Charlie's angels : Full Throttle - PS2

Genre : Action

Date de sortie : Juillet 2003

Genre
Action
Date de sortie
Juillet 2003 - France
Développé par
Neko
Edité par
Ubisoft
Disponible sur
PC, PS2
Site officiel
Site officiel

Charlie's Angel : Full Throtlle, ça, c'est juste pour le frime. C'est un jeu license, comme on en voit des dizaines. Et comme d'hab, c'est toujours aussi nul. En plus il y a une vieille référence à un jeu d'aventure. Ouais, c'est vraiment pisser plus haut que son cul ce genre de permission.

 
 
Allez zou, emballer c'est pesé : gameplay pourri jusqu'à l'os. On voit même les vicères se répandre. Le moteur graphique est moite, faute de spray vraiment efficace. Les animations trahissent une physique ridicule, ce qui est assez original vu que c'est à travers un point technique que l'on trouve les failles du second. Bref, peu de choses pour ce titre, si ce n'est une bonne jaquette, pleine de clins d'oeil et bourré d'humour. Non, j'exagère, en fait c'est banal, mais dans un jeu aussi caca, qu'est ce que ça fait du bien...
 

Un gameplay qui veut dire beaucoup

Allez les filles, mettez-vous en boule, comblez les 3 roues du carosse. Je ferais la 4ème, et on est parti. Dès le 1er niveau on sent un abîme de posibilités. Un vide comme on ne l'avait jamais vu sur PS2. Bon, d'accord, y'a bien Hulk sur GBA qui fait dans le même registre (ça tombe bien, c'est le dernier test mis en ligne. Bonne série). Bref, on se balade dans des niveaux mal finis, moches de surcroit (mais je vais en laisser un peu pour le paragraphe technique histoire de.), avec des murs invisibles à la Moto Racer 2, qui nous empêche de nous rendre dans la zone suivante si tous les ennemis n'ont pas été éradiqués. Car ce Drole de Dames est un Beat Them All dans la continuité des plus affreux jojos du genre. On va sur sa première victime, on lui défonce son tas de pixel de nez, et zou, on change d'ennemi. A la fin du 1er niveau, déséspérant de linéarité, on gagne 2 combos, véritable perle du jeu tellement ils améliorent le gameplay (non je déconne. Je suis très drole en ce moment). Bon, on aurait pu les gagner d'une manière un poil plus classe, en faisait intervenir une barre d'XP et un tableau d'aptitudes à la Diablo 2, mais qu'importe, la conséquence est là même. Désormais avec mes méga doigts, je vais pouvoir enclencher des méga boulet dans sa face, au méchant, puis l'enchainer avec un coup de pied toujours aussi voltigeant. Dans la pratique, le tout s'avère bizarrement aussi chiant qu'avant. De plus, les persos ont des animations de merde, totalement irréalisables dans la vraie vie. Pour couronner le tout, on aura même le droit a un bullet Time. Pff qu'est ce qu'il est con ce jeu... Bon je vois ou vous voulez en venir : "oué, mais le bullet time ça peut donner des jeux géniaux, et améliorer grandement le gameplay". Ah lala mes petits on voit que vous n'avez pas joué a Drole de Dame & Cie : ici le Bullet Time, ça veut dire ralentir les mouvements des adversaires, tout en se déplacant toujours en vitesse normale... Niveau immersion, on est loin de Max Payne.
 

Allez, zou, la technique qui se mange avec des baguettes et un sac à vomi

Non je ne suis pas méchant. Mais Charlies Angel ne fait pas dans la dentelle, et ne me permet pas de relativiser. Les niveaux sont moches, carrés, vides et linéaires. Tout ce que l'on a besoin pour faire un grand jeu. Les animations sont lourdes, irréalisables dans la réalité, et n'ont aucune utilité en plein combat, vu qu'on appuie comme des bourrins. L'IA est absente, et les niveaux nous bloquent par zone grâce à l'intervention de Joe le mur invisible, qui avait déjà fait ses preuves dans de très nombreux jeux d'aventure. Enfin bref, même les modélisations sont moches. Et ce n'est pas la possiblité d'altérner entre nos 3 petites coquines prêtes à tout -même au pire- pour réussir leur mission qui nous fera changer d'avis. Surtout que cette possibilité n'apporte rien au gameplay (les filles ont des aptitudes similaires... un comble, c'est tellement simple à programmer ce genre de modif'). Les ennemis quant à eux sont extrêmement laids, variants du Portugais au brésilien sans que l'on sente une quelconque once de charisme dans leur personnalité. Les boss ne changeront pas la donne.
 

Au final

Après Enter The Matrix, voila venu Charlie's Angel qui se charge à sa manière de continuer l'édifice des adaptions de films en jeux vidéos. Bien piteux tout ça. Lorsque l'on conaît les budgets de films, notamment les cachets des actrices (Cameroun Diaz : 20 millions de $, Drew Barrymore : 16M, Lucy Liu : 4M), on peut se demander pourquoi tant de nullité. En effet, la plupart des budgets de jeux dépassent que très rarement les 7 millions de $. Tout cela est sûrement dû au temps alloué pour réaliser le jeu : généralement le temps de la post-production (6 mois). Et en 6 mois, pas question de réaliser un grand jeu. Même pas un grands Beat Them All. Enter The Matrix avait pour certains relevé le niveau ; il avait en tout cas montré de nombreuses bonnes idées. Mais il avait aussi profité de plus d'un an de développement.
 

Article rédigé par Rick28 , le

Pas de qualités. Ce Beat Them All passe directement à la trappe. Même les fans l'éviteront. Moche, sans saveur, court, gameplay simplissime, et pour cloturer le tout : aucun plaisir. Bref, il n'y a même pas de mode multi malgré la présence de 3 héroines, ce qui montre bien la non-motivation même du studio de développement qui a bien oser assumer le développement de ce titre.

Points positifs

  • Un scénar qui part d'une bonne idée originale, comme les épisodes types.

Points négatifs

  • Gamepaly inssipide
  • Technique déplorable
  • Un mode solo. Rien d'autre

Commentaires