Test : Lethal Skies 2 Sammy

Lethal Skies 2 Sammy - PS2

Genre : Action

Date de sortie : Mars 2004

Genre
Action
Date de sortie
Mars 2004 - France
Développé par
Asmik-Ace
Edité par
Sammy
Disponible sur
PS2

Tout le monde connaît Ace Combat, le jeu d’avions de combats de Namco, et dont le prochain opus sortira dans moins d’un an. Mais là, Sammy nous prend au dépourvu avec un autre titre, Lethal Skies deuxième du nom, succédant ainsi au premier qui n’avait pas laissé de souvenir impérissable dans nos têtes. Comment prendre l’arrivée de LS 2 ? Une transition pour Ace Combat, ou une surprise ? La réponse va apparaître dans ces lignes.

Même si certains types de jeu suscitent l’engouement, la passion ou l’admiration, d’autres ne sont aimés que par une minorité (n’y voyez pas de connotation péjorative) comme les jeux d'avions car, si bons soient-ils, ils ne convertissent que rarement les réticents dans leur quête de pouvoir. Alors, déjà qu’Ace Combat n’y est que peu parvenu, admettez que Lethal Skies 2 n’a aucune chance de le faire. En plus de cela, je pense qu’il a un problème pour convertir les initiés, à cause de défauts qui sont censés ne plus exister. Cependant, il mérite une certaine attention, puisque le jeu est pourvu de bonnes intentions.

J'entre dans le Mach 6 !

Le gameplay de LS2 est une des réussites du titre, mais elle n’est pas exempte de reproches. Savant et savoureux mélange d’arcade et de simulation, il a la chance de réunir les deux genres de manière efficace. Cependant, un petit entraînement sera de rigueur pour manier finement votre bolide céleste. Il est plutôt bien fichu, même si, quelquefois, une aide nous aurait été nécessaire (pour les atterrissages notamment). Après ce passage, à vous les batailles dignes de la lutte opposant la Luftwaffe et la RAF durant la seconde guerre mondiale (avec des avions un peu plus armés).Lors de ces affrontements, l’on peut voir que Sammy n’a pas trop insisté sur le côté simulation, puisqu’on peut sortir toutes sortes de manœuvres (loopings…) assez facilement sans risquer de perdre le contrôle, et le vol à basse altitude exclut le décrochage, privilégiant le plaisir de jouer. Quant aux sensations de pilotage, elles sont hélas peu présentes, en dépit d’une variation de maniabilité entre les avions. Il est en effet peu dur de se crasher en avion, et les avions ennemis, un peu idiots, ne nous compliquent pas la tâche en n’esquivant pas nos missiles. Les missions sont ainsi un peu moins « mordantes » qu’on l’aurait souhaité. La difficulté se retrouve néanmoins dans les missions.

In the navy

Air connu... Bon, Je vous dispense de la chanson culte de Village People, rassurez-vous. Je vais plutôt parler de la durée de vie. Les missions sont relativement correctes dans leur forme (nombre plutôt correct de vingt et difficulté bien dosée) mais dans le fond, c’est pas trop ça. En effet, elles deviennent vite redondantes, répétitives, bref, elles ne valent pas le coup, accusant des objectifs souvent ressemblants, et pas vraiment explicites pour certains. Quelquefois, on ne sait pas où l’on doit viser, alors on peut tirer sur sa base, au grand désarroi de son chef, et par chance, on finit par avoir notre cible originelle. Les missions sont sensiblement proches, allant de l’escorte à la destruction d’une base en passant par un assaut organisé. Bref, le tout manque cruellement de changements et l’on coule dans la morosité. Cependant, certaines missions réservent leur lot de surprise et peuvent être mémorables. Le mode deux joueurs apporte un peu de piquant au soft et l’on s’amuse tout de même à accomplir certaines missions.

Top Gun sans Tom Cruise

La technique du titre baigne dans la médiocrité (au sens latin, en l’occurrence, c’est moyen). Les graphismes sont clairement le point sensible du soft, puisqu’ils sont indignes de la PS2. L’habillage graphique est pauvre, et est avare en effets. Lorsqu’on s’approche du sol, les textures sont moches (un peu comme le précédent Ace Combat) et ne font que confirmer l’impression de vide engendré dans ce jeu. Cependant, certains bons points sont à retenir. Ainsi, le moteur 3D des avions est convenable, tout comme les effets météo lors des missions. Aussi, on ne nous dispense pas des beaux effets lors des explosions ou des départs de missiles. Bref, tout n’est pas parfait, loin de là même, mais la technique n’a pas été pour autant bâclée et le jeu recèle de petits effets sympathiques pour nos petits yeux.

Article rédigé par n0nam , le

Alors, à qui réserver ce jeu au nombre équivalent de bonnes qualités et de défauts agaçants ? Et bien, je pense qu’il pourra se faire apprécier par les amateurs de combats aériens, en mal de jeux, puisque LS 2 offre vingt avions, un mode deux joueurs, une technique plutôt convenable et un gameplay correct. Cependant, tout n’est pas parfait dans ces domaines, et certaines défauts récurrents peuvent nuire à ce jeu. Pour les fans de Namco, prenez votre mal en patience, mais pour les autres, il pourra s’avérer intéressant.

Points positifs

  • Gameplay accessible
  • Mode multijoueurs
  • Certaines missions

Points négatifs

  • Répétitif
  • Graphismes
  • Certaines missions, aussi

Commentaires