Test : Dragon Ball Z : Budokai 3

Dragon Ball Z : Budokai 3 - PS2

Genre : Combat Z

Date de sortie : Novembre 2004

Genre
Combat Z
Date de sortie
Novembre 2004 - France
Développé par
Bandaï
Edité par
Atari (Infogrames)
Disponible sur
PS2

Un mythe : Dragon Ball Z, une saga : Budokai. Une surprise grâce au premier opus, une déception avec le second, et une baffe avec ce Dragon Ball Z : Budokai 3. Dimps jouait gros et remporte la mise, et pas seulement chez les fans. Un spectacle son et lumière sur PS2 qui crée une vraie tempête d'energie dans ce monde terne. Oubliez Budokai 2 : Budokai 3 est là !

 
 
Presque à l'occasion du centenaire ... enfin de l'anniversaire de Dragon Ball, le jeu Budokai 3, dernier opus de la saga de jeu de baston sur la série mythique de Toriyama, arrive enfin, après deux semaines de report et plus d'un an d'attente après une legere déception fournie par le numéro 2. Atari et Dimps, conscient de l'engouement des foules et surtout des fans par rapport à cette licence, nous offre donc un des plus beaux jeux de baston de l'année et le meilleur jeu sur DBZ, depuis la SNES. Voici donc le test, que j'ai l'immense honneur de réaliser, avec un peu de retard. Mais quand on aime, on ne compte pas hein ?
 

Principale nouveauté : le gameplay

Même si le niveau graphique, tout en cel-shading troidé, est quasiment inchangé par rapport à DBZ 2, ce qui n'est pas contrariant en soit, car très beau, le reste du jeu fut largement amélioré par Dimps qui a sut profiter pleinement du dynamisme de la saga Dragon Ball Z. Les options du gameplay de DBZ 3 bouleversent les acquis du 2 et nous voila devant une débauche de puissance, d'options, de combats. Tout à été augmenté. Pour commencer, les techniques sont désormais très faciles à entrer. Différentes sortes s'imposent : la technique simple, comme le kaméhaméha, qui se fait encore grâce à la touche d'energie et la touche directionnelle, mais désormais les grosses techniques se font grâce à des combos simple. De plus, toutes les touches de la manette sont pleinement exploitées. Outre les 4 qui servent à frapper, à balancer des boules d'energies, et à se mettre en garde, on retrouve également les 4 boutons de la tranches qui servent aux projections, aux transformations et au mode Hyper grâce à la touche L2. Grâce à cela, la rapidité du combat sera décuplée et encore plus étonnante devant la vitesse ou projections, simples coups et attaques ultimes seront enchainées. A cela s'ajoute bien sur la recharge de KI, toujours identique. Il faudra encore une fois gérer 7 petites barres sous la barre de vie, qui serviront à utiliser les techniques utilisant le KI (l'energie). Désormais, plus vous serez fort (transformations élévées donc), plus votre énergie montera vite. Enfin, une grosse nouveauté fait son apparition, c'est les téléportations. Consommant beaucoup de KI mais vous permettant de vous sortir des situations les plus dangeureuses, vous pouvez vous téléporter directement dans le dos de votre adversaire, en esquivant une attaque mais vous pouvez également enchainer des téléportations dans les airs, pour envoyer voler votre adversaire et le frapper rapidement, tel une bonne page de manga. Akira n'a rien à redire, le jeu est très fidel à DBZ. Pour plus de détails, voyez mon collegue dans le second paragraphe.
 

Un dynamisme à couper le souffle

Voici la principale caractéristique du jeu : le dynamisme ! Comme vous avez pu le comprendre plus haut, tout s'enchaine avec une rapidité phénoménale. Les coups partent dans tous les sens et les vagues d'energies détruisent les décors lorsqu'elles sont trop puissantes. Ajoutons également que la recharge de KI et les transformations laissent apparaitre un déploiement d'aura très spéctaculaire, qui rappelle enfin les titres sur SNES. L'energie de votre perso explosera de son corps et les transformations changeront les couleurs et l'intensité de son aura. C'est très beau et en plus cela remet bien dans l'ambiance de Toriyama, à nouveau. En plus de cela, quelques nouveautés viennent se greffer à ce dynamisme. Par exemple, les contre de vagues déférlantes. Si vous réussissez à envoyer une vague en même temps que votre ennemi, vous aurez alors la possibilité de la contrer en tournant les sticks comme un malade. Encore une fois, le gameplay si caracteristique des jeux de l'époque sur DBZ refait son apparition et c'est tant mieux pour nous ! Autre style de contre : la téléportation. Comme expliqué plus haut, vous pouvez éviter simple boules ou vagues déferlante pour vous mettre derriere votre adversaire et lui balancer un bon coup de pied dans les reins, c'est pas très sympa mais c'est lui qui a commencé d'abord ! Enfin, une autre option qui donne un bon style à votre perso est l'esquive. En appuyant sur la touche de garde (X) lorsque vous allez prendre un coup, votre perso se penche à la matrix et évite ce qui lui est destiné avec grande classe. Bien sûr, comme tout à un prix, tout ceci consommera aussi de l'energie alors gérez bien votre KI ! Pour finir, on peut aussi parler du pseudo "vol libre" annoncé depuis le deuxieme opus, qui fait enfin son apparition, mais c'est assez dérisoire. En courant vers l'arriere (deux fois la direction arriere) et en la combinant avec la touche de direction du haut, vous pouvez vous élever dans les airs mais bien sur, ça sera plus sympa d'envoyer votre adversaire en l'air avec une projection puis de le rejoindre héhé...
 

Le Dragon Rush : un art de vivre

J'aurais aimé mettre cette partie dans le paragraphe précédent mais il faut un peu aérer ce que je suis en train de vous expliquer. Ma fougue de méga fan dragonballesque m'emporte dans des longs monologues souvent, comme celui-ci ... alors voici toute une partie consacrée à cette nouveauté bourrine qu'est le Dragon Rush, ou charge du Dragon dans la version française. Grâce au mode Hyper expliqué plus haut, votre perso aura une espece d'aura rouge clignotante insensible au coup. Lors de ce mode, vous ne ressentez aucun coup normal, et vous avez le temps que votre barre d'energie se vide pour frapper un gros coup. Deux options se présentent alors à vous : l'attaque ultime de votre perso, à placer avec un simple L2, et qui devastera tout sur son passage (surtout si vous jouez avec Gogeta 4 par exemple, lol) ou bien le Dragon Rush. En balancant votre ennemi, vous enclenchez ce mode, qui est aussi magnifique que les animés. En 3 rounds, vous et votre adversaire aurez à appuyer sur une des touches de la manette. Si vos touches sont différentes, l'action se poursuit, mais si vous appuyez sur la même, votre adversaire esquive et le mode Hyper (et le dragon rush) s'arrete. Enfin, si durant les 3 rounds, vous réussisez à berner trois fois votre adversaire, une autre furie (si débloquée dans le magasin) s'enclenche et vous pouvez encore une fois latter la tête de ce pauvre personnage. Ces explosions, non contente de détruire le décor, seront également visibles d'une petite caméra éloignée de la terre et vous verrez une bonne partie de notre planète exploser selon le rayon. C'est grandiose, c'est de la puissance à l'état pur, et rien que pour cela, le jeu en vaut la chandelle.
 

Z + GT + OAV = plus de 40 personnages

Parlons maintenant des personnages. Encore une fois, tout à été amélioré en quantité. En les débloquant tous (une 10ne sont dispo au début du jeu) vous pouvez arrive à plus de 40 personnages jouables, en comptant les fusions. Les habituels guerriers de la Z-Team sont présents, voire même en quadruple comme Sangohan qui est sous sa forme de gamin, son apparence contre Cell, en adulte, et en GT Sayamen ridicule. En plus de cela, vous aurez à débloquer (plus ou moins facilement, les moins faciles étant les fusions et personnages très puissants bien sûr) toute une clique de nouveaux personnages inédits dans Budokai, provenant de DBGT et des OAV. Mais aussi de Dragon Ball ! En effet, chibi goku (Goku de la saga DB) sera jouable. A ces persos s'ajoutent donc Broly, le super sayien légendaire, mais aussi Coola le frère de Frieza, Baddack le père de Goku ou bien encore Li Shenron, Gogeta SSJ4 ou bien (bizarrement, ces deux persos ont été considérés comme "a part entiere" par Atari) : Goku 4 et Vegeta 4, de vrais sanguinaires comme on les aime. On regrettera peut-être d'avoir encore et toujours des personnages trop peu important comme Kaioshin, GT Sayamen ou Hercule, alors qu'il aurait été bon de placer Jeece, Barta ou bien encore Lunch, Chaozu, pour le fun. Par contre, les saibaman et les Cell Jr sont également déblocable (méga difficilement) dans le jeu, ce qui est plutot sympathique.
Pour tous ces personnages, vous aurez bien évidemment des tonnes de techniques, revues à la hausse elles-aussi, achetables dans le shop de Lunch. Là bas, vous y trouverez techniques d'attaques, fusions, transformations (5 pour Goku, 3 pour Gohan adulte etc ...) mais aussi les techniques de garde et de récupération d'energie (comme le 1/2 Senzu, le 1/3, le senzu entier, la feuille, la racine de senzu etc ...). Une autre nouveauté réside dans les capsules jaunes qui sont quasiment identique aux capsules vertes sauf que celles ci sont activable à la demande dans le combat et non pas automatiquement. Très inintéressent dans le feu de l'action mais un 1/2 senzu est toujours utile dans les situations dangeureuses. En plus, ce shop regorge de bonus cachés comme d'habitude : des nouveaux stages, des niveaux de difficultés, et lorsque vous avez presque tout fini vous obtenez deux vidéos (ridicules) ainsi que les capsules percées de vos persos (permet l'utilisation de toutes les tech du personnage en combat).
 

Principal intérêt : le Dragon Universe

Ahhhh, le monde du dragon ! Enfin un retour au sources ! A l'instar du premier opus, l'histoire est finement travaillée pour coller au manga, et les fans jubileront de pouvoir jouer l'histoire de 11 personnages dans ce mode solo d'aventure (mon dieu, mais ce jeu à combien de nouveautés ???). Ce mode de jeu est excellent : vous êtes libre de voler sur une carte du monde de dragon ball, et à divers endroits, vous pouvez vous arrêter et explorer pour découvrir en vrac : de l'argent, des boules de cristal, des techniques, des bonus, ou bien des petites cinématiques très rigolotes avec des persos secondaires de la série. Tous les endroits de la série sont là en fonction de la saga où vous naviguez. La carte de Namek dispose de la tour du grand chef, la Saga Cell possede le ring ainsi que le labo secret de Gero, la Saga Buu voit apparaitre la maison de Majin Buu dans le désert. C'est très fidél et on apprécie de s'arreter un peu partout sur les maps. Mais bien sûr, les cartes servent surtout à évoluer dans l'histoire de votre personnage. Le monde du dragon se déroule comme un rpg. Sur la carte, les points rouges montrent les objectifs, et les histoires comportent de 3 a une 20ne de combats selon les persos. Le côté RPG arrive par surprise à la fin des combats, où vous gagnez des points d'XP. Ces points sont à distribuer dans 7 caractéristiques de votre personnage, et celui ci évoluera en gagnant des niveaux. Vos caractéristiques permettent d'augmenter votre force, votre défense, votre style et d'autres ... Mis à part cette quete qui change et reste fidel en fonction du perso joué, vous devez aussi chercher les 7 boules de cristal éparpillées dans la carte pour pouvoir invoquer Shenron à la fin du Dragon Universe, et ainsi pouvoir aquerir des voix ricaines de la série ou bien la capsule percée du joueur. En plus de ce mode de jeu, vous retrouverez les Duel, un mode Entrainement qui vous expliquera toutes les nouveautés, le bazar de technique, mais aussi le Dragon Arena : une grosse arene de combat ou vous pouvez jouer contre n'importe quel personnage avec n'importe quel niveau (RPG) : de quoi mettre votre Goku au level 70 en quelques heures ! Bref à travers tous ces niveaux, le mode solo, le mode multi et l'arene, la durée de vie est plus qu'excellente.
 

Bon, des défauts quand même non ?

Oui, et toujours le même. A cause de la nouvelle réglementation de Sony sur les jeux PAL, les voix japonaises ont été à nouveau honteusement oubliées au profit de voix ricaines totalement nazes. En plus, de ce fait, et malgré la fidélité exemplaire du jeu, les noms des techniques ont été changées pour donner des "super wave" ou "super beam" : l'amateur ne verra pas de contrainte mais le fan détestera à nouveau Sony et sa réglementation débile. Autre gros défaut, encore une fois venant du deuxième opus : les cinématiques. Celles ci ont été réduites au stricte minimum, c'est à dire au dragon rush et aux attaques ultimes. Mais encore une fois, les belles cinématiques de Budokai 1 dans le mode histoire, qui étaient irréprochables, ont été tout simplement supprimées au profit de quelques écrans de jeux ou seul la voix des personnages se fait entendre, avec des bulles au dessus des têtes. Mais réjouissez vous, le niveau sonore n'en est pas gaché pour autant car les musiques dans le style electro et pop/rock sont toujours aussi entrainantes et l'intro du jeu est dirigé par la nouvelle équipe de Dragon Ball issue de la Bird Studio (l'équipe de Toriyama) avec un theme original chanté par le compositeur des musiques japonaises de DB et DBZ. Les fans apprécieront à nouveau !
 

Article rédigé par Jivé , le

Que l'on soit fan ou non, DBZ : Budokai 3 est LA bombe de cette fin d'année. Un jeu de baston excellent doublé d'une réalisation fidèle à l'univers de Toriyama, on ne regrettera que les voix et le fait que ce jeu ne s'adresse évidemment qu'à un public précis. Néanmoins, même les néophytes apprécieront !

Points positifs

  • Le gameplay
  • Les nouveautés
  • Le dynamisme
  • Fidélité
  • Quasiment tout sauf ...

Points négatifs

  • Les voix
  • Le vol toujours pas libre
  • Des persos qui servent des fois à rien
  • Des Dragon universe quelques fois inutiles et courts

Commentaires