Test : FlatOut 2

FlatOut 2 - PS2

Genre : Course Arcade

Date de sortie : Juillet 2006

Genre
Course Arcade
Date de sortie
Juillet 2006 - France
Développé par
BugBear Entertainment
Edité par
Empire Interactive
Disponible sur
PC, PS2, Xbox
Parfois appelé
Flat Out 2
Site officiel
Site officiel

La suite du célèbre jeu de bourrinage de caisses s’annonce plus pimpante, plus brillante, et avec le poil moins gras. Elevé en plein air et nourri au grain biologique, Flat Out 2 apporte la petite touche qui manquait encore au jeu.

 
 
Pour ceux qui l’ignorait encore, Flat Out sorti il y a un peu moins de deux ans était un jeu reprenant quelque concepts des Destruction Derby, dans un univers qui faisait penser à la série « Shérif fais moi peur » : des monstres de puissances lancés sur des terrains instables et boueux, parsemés de nombreux obstacles. L’une des grandes forces du titre était notamment sa gestion physique inédite dans ce type de jeu puisque s’appuyant sur le non moins célèbre moteur Havok. Cependant ce premier volet n’était pas exempt de défauts, notamment un mode carrière qui manquait de peps. Flat Out 2 prend donc la suite des opérations en gardant tous les ingrédients du premier volet, en les peaufinant, et en y rajoutant quelques éléments du plus bel effet.
 

Flat Out, deuxième !

Dans le mode carrière en solo, le déroulement du jeu est traditionnel. Vous avez en tout premier lieu accès à un nombre limité de voitures et de tournois. Ensuite, vos victoires vous apporteront gloire, fortune et nouveau matos. Ainsi, un détour par le concessionnaire ou le garage pour y acheter des améliorations, vous aidera dans votre tâche. Les voitures sont en nombre plus important que dans le premier volet, toujours issues de l’imagination des développeurs, et elles sont découpées en diverses catégories. Alors que son prédécesseur se cantonnait essentiellement aux circuits ensablés et à quelques pistes goudronnées, Flat Out 2 est bien plus diversifié, avec notamment des environnements urbains. Les fameux challenge de cascades (saut en hauteur, en longeur, etc…) ont été complétés par de nouveaux, et vous avez toujours accès au destruction derby en arène.
 

Pilote de l’extrême

Le style de conduite a été conservé, tout se joue dans l’acrobatie et à chaque virage on est sur le fil du rasoir, proche de la sortie de piste. La physique du jeu ne cherche pas à être 100% réaliste, mais axée sur le fun. On prend un malin plaisir à envoyer valser les nombreux éléments destructibles ou même ses adversaires directs, ce d’autant que votre jauge de nitro s’en verra boostée. La prise en main est un poil déroutante au début (sauf pour les habitués du jeu), mais on progresse très rapidement. L’IA qui n’était pas des plus tripante chez l’aîné, a été plutôt bien repensée. Elle a un côté assez agressif qui rythme bien les courses solo, et les rendent proche de ce qu’on voit en multijoueur. Vous n’avez pas de niveau de difficulté à régler, mais l’IA semble très bien s’adapter à votre niveau. Comparativement au premier volet, les trop nombreux accidents « graves » avec éjection du pilote qui cassaient le rythme se font ici bien plus rare. L’unique reproche que l’on peut donner par rapport à l’évolution de la série est la disparition des rapports de vitesse manuels, ce qui pourrait frustrer plus d’un pilote. Heureusement, l’envie de castagner, avec la concentration que cela demande, vous fera bien vite oublier cette absence.
 

Techniquement fini

On a donc un solo très plaisant, mais là ou Flat Out 2 prend toute sa puissance c’est évidemment en multijoueur, car il n’y aura jamais plus fourbe et sournois qu’un humain prêt à vous défoncer pour gagner. Vous pouvez jouer sur la même bécane alternativement, en LAN sur Internet, ce qui manquait cruellement au premier volet.
Graphiquement le jeu est proche du premier épisode, mais avec l’évolution logique qu’on lui attend. Le style est le même, mais les développeurs y ont ajouté les effets postprocess à la mode tels que le blur et le HDR. Les environnements apportent chacun leur ambiance, et les circuits sont vraiment très riches en terme d’objets de décor et d’obstacles (destructibles ou non). Malgré le festival qui se produira à votre écran, le jeu ne souffre d’aucun ralentissement dû au moteur graphique ou physique. Le jeu est également resté dans l’ambiance musicale très rock qui lui va si bien.
 

Article rédigé par DjiZ , le

Flat Out 2 corrige tous les défauts reprochés à son prédécesseur. On trouve enfin dans ce jeu le plaisir total qu’on y cherchait. Si vous avez apprécié le premier, vous pouvez vous ruer les yeux fermé sur ce jeu très fun en multi comme en solo, grâce à une IA bien plus à la hauteur.

Points positifs

  • La course 100% fun
  • Jeu pour bourrins

Points négatifs

  • Plus de vitesses manuelles

Commentaires