Test : The Getaway

The Getaway - PS2

Genre : Action

Date de sortie : Décembre 2002

Après des années de travail et plusieurs millions d'euros dépensés pour le développement, The Getaway sort enfin. Voici l'analyse d'un titre qui malheureusement, risque d'en décevoir plus d'un.

 
 
The Getaway vous met dans la peau de Mark Hammond, un ex-taulard adepte du revolver qui sort de 5 ans d'internement. Fermement décidé à ne pas rebasculer du mauvais côté, ce dernier repart vivre avec sa famille. Mais un soir, son fils est enlevé et sa femme assassinée ; il ne lui faut pas longtemps pour récupérer un flingue (étrangement laissé sur les lieux du crime) et partir à la poursuite des meurtriers. Vous voilà dans une voiture et la partie commence. Attention, les règlements de compte eux aussi vont commencer.
Vous voilà donc dans votre caisse ; on est à Londres, donc il faut conduire à gauche ! Rassurez-vous, on s'y habitue aussi vite que pour rouler en sens inverse... Bon, je continue un peu avec le scénario : après avoir rattrapé les hommes en question, vous arrivez dans un hangar où le but est simplissime : nettoyer. Cependant, le héros finit par tomber entre les mains du "chef", celui qui a en fait tout orchestré. Et ce dernier va lui confier un total de 12 missions, qu'il sera obligé d'accomplir sous peine de voir son fils mourir... Autant dire qu'il vaut mieux obéir aux ordres. Et comme si cela ne suffisait pas, le pauvre Mark est accusé de tout cet abominable complot ; vous êtes donc l'ennemi de tous, les policiers y compris. Voilà en gros le scénario du jeu.
 

Beau et réaliste

Le point fort du jeu réside à n'en pas douter dans sa qualité graphique. On est en effet époustouflé devant une telle reconstitution de Londres, qui paraît plus vraie que nature. Chapeau bas à Team Soho pour son travail dans ce domaine, le tout est splendide. C'est par conséquent très réaliste aussi ; voitures, immeubles, personnages sont tous très bien réalisés (ce qui ne veut pas forcément dire qu'ils sont beaux, il n'y a qu'à voir le commanditaire du kidnapping) et constituent un atout essentiel. En conclusion, un sommet atteint à ce niveau.
 

Gameplay, point noir du jeu

Je ne vais pas peser mes mots : la jouabilité est tout simplement horrible. Oui, c'est le terme qui caractérisa le mieux le Gameplay, principal point faible de The Getaway. Pour commencer avec les réjouissances, les angles de caméra sont on ne peut plus désagréables et il vous sera très difficile de dépasser les 3 mètres de champ de vision. Ironie du sort, attendez-vous à de nombreuses visites à l'hôpital après avoir vainement tenté de traverser la rue... j'exagère un peu, mais c'est tellement risible ! De la même manière, il vous semblera très ardu (au début en tout cas) de toucher vos ennemis tout en vous déplaçant. Mieux vaut donc rester immobile ou collé contre un mur, tout deviendra alors plus simple. En outre, aucune indication au sujet de la santé du personnage ; rien non plus vis-à-vis du nombre de munitions. Avouez que c'est abusé ! Ah, certes, si vous voyez votre personnage se traîner comme un zombie tout en marchant à quatre pattes, il est clair que la mort est proche. Ca peut être amusant comme ça, mais c'est réellement la seule façon de savoir si Mark a perdu ou non de la vie. J'appelle ça un réalisme grotesque, car ça reste du vidéoludique...
Pour en revenir à la conduite, elle est à deux facettes : lorsqu'il n'y a pas de véritable enjeu à la clé, le tout reste correct. Mais en cas de mission décisive, on est nettement plus frustré. Deux simples indicateurs lumineux constitueront vos seuls alliés ; quand c'est le clignotant droit qui s'actionne, c'est que l'ennemi est à droite. Plus il clignote rapidement, plus il s'éloigne. Si certains osent ça appeler une "nouveauté dans la gestion des phases de conduites", je les arrête bien vite : c'est irritant à souhait. Le principe de départ est simple, mais le résultat est au contraire beaucoup trop complexe. Combien de fois je me suis planté à cause de ça... D'autant plus que la ville est assez grande. Je vous laisse imaginer les conséquences vis-à-vis de la mission en cours et de l'état nerveux du joueur.
 

Simple mais inefficace

Je le disais précédemment, Sony a voulu miser sur le réalisme. Le résultat est vraiment mitigé... je pense notamment aux attitudes hébétées des policiers et à leurs réactions stupides. Par exemple, une fois qu'ils ont anéanti votre caisse et qu'ils sont tout autour de vous, aucun n'a le réflexe primaire d'ouvrir votre portière pour venir vous arrêter ; c'est en effet très réaliste, bravo. Pour continuer dans ce domaine, l'Intelligence Artificielle des personnages semble avoir été quelque peu négligée : combien de fois vous ferez-vous repérer sans pour autant que quelqu'un intervienne... Evidemment, cela contrebalance la difficulté de la prise en main, mais encore une fois, c'est tout sauf réaliste. Pour en conclure avec les simplicités inefficaces, celle concernant le vocabulaire : insanités à profusion, qui rendent le jeu naïf et grossier. Au début, ça peut paraître amusant, mais ça lasse très vite. Ca devient presque pénible d'entendre toujours les mêmes insultes. Enfin, la liberté de jeu se résume-t-elle aussi à un terme très simple : linéarité. Impossible de faire ce que l'on veut. Pourquoi ? On est en mission, bien entendu ! Inutile de vous dire que la durée de vie en souffre grandement. Elle qui aurait pu être quasiment illimitée comme dans GTA, quel dommage...
 

Décevant sans être mauvais

Je vous rassure, il n'y a pas que les graphismes qui jouent en faveur de The Getaway. La bande-son est appréciable avec des doublages plutôt bien rendus, et des musiques de bonne facture. Celles-ci se complètent bien avec l'atmosphère particulière du jeu, qui reste assez plaisante. Autre point positif, les cinématiques sont de toute beauté et s'efforcent de donner au jeu une dimension cinématographique ; rien à dire, c'est réussi. Tous ces points sont donc dans l'ensemble réussis.
Malgré tout, ce jeu reste une déception. Je sais, j'ai été dur, mais après tant d'années de travail et un budget colossal, avouez qu'on aurait pu s'attendre à un résultat plus convaincant. Cependant ne croyez surtout pas que The Getaway est un jeu à boycotter, il mérite l'attention et plaira sans aucun doute à beaucoup de joueurs. Mais quand on se dit qu'il avait tout pour être un Hit, on ne peut retenir un certain sentiment d'amertume.
 

Article rédigé par n0nam , le

Déception. Le mot qui fait mal. Un jeu qui a bénéficié d'un budget colossal n'est pas forcément une révolution. En voici la preuve.

Points positifs

  • Très beau
  • Ambiance des films de mafiosos
  • Bande-son réussie

Points négatifs

  • Jouabilité catastrophique
  • IA limitée
  • Conduite pénible en mission
  • Linéarité

Commentaires