Test : OutRun 2006 : Coast 2 Coast

OutRun 2006 : Coast 2 Coast - PS2

Genre : Course de Ferrari

Date de sortie : Mars 2006

Genre
Course de Ferrari
Date de sortie
Mars 2006 - France
Développé par
Sumo Digital Ltd
Edité par
Sega
Disponible sur
PC, PS2, PSP, Xbox
Site officiel
Site officiel

Borne d’arcade née en 1986 (une bonne année ça !), OutRun est un jeu vieux comme le monde et qui, malgré une faible médiatisation, a un véritable public et de vrais fan. Amateurs de belles voitures et américains dans l’âme, ce jeu est fait pour vous. Avec sa pelletée de Ferrari et de décors en tous genres, ses tonnes de missions et les jolies filles (livrées avec les voitures), OutRun 2006 Coast2Coast est bien le digne héritier de ses deux prédécesseurs, cependant ce n’est pas un nouvel opus à part entière qui nous est livré ici, mais une compilation du jeu original et de la version Xbox sortie en 2004.

 
 
Tout d’abord, qu’elle est la particularité de ce jeu s’il n’en est pas véritablement un ?! Et bien sachant qu’il regroupe des éléments des deux épisodes précédents, il dispose d’une trentaine de circuits, enfin plutôt « parcours » étant donné qu’on ne tourne pas en rond mais qu’on avance toujours plus loin, d’un total de 13 voitures (toutes des Ferrari, point fort de la série) et de la bande son de OutRun 2004 remixée ainsi que quelques titres de la version 86. Sans trop révéler tous les détails du jeu, rentrons dans le vif du sujet et décortiquons la bête de plus près.
 

Une présentation qui tient la route

Même si le jeu arrive en 2006, la présentation reste fidèle à l’esprit de la série et surtout à son âge. Doté d’une petite intro sympathique qui montre bien ce que le jeu en lui-même vaut, pas comme dans certains jeux où il n’y a que de la cinématique qui en met plein la vue et qui peut être très trompeuse, l’arrivé sur l’écran titre nous fait faire un voyage dans le passé avec un design et une musique (celles bien stressantes au bout de 3 minutes vous savez ?!) de borne d’arcade. Le menu lui est un peu plus moderne et stylisé (pour ne pas dire stylé) mais il reste assez sobre et indique juste les options classiques. En rentrant un peu plus en profondeur dans le jeu, le menu « 1 joueur » proposes de jouer aux modes des autres jeux (OutRun 2, OutRun 2SP) remis au goût du jour graphiquement. Le mode multijoueurs est quant à lui un peu beaucoup mal pensé car pour jouer ne serait-ce qu’à deux, avec un pote ou votre chien, et bien vous devez posséder le PS2 Network (connection internet Playstation) ou bien 2 Playstation 2 avec le câble de connection réseau et bien évidemment 2 jeux (c’est logique, tout le monde a 3 PS2 et 6 exemplaires du même jeu chez lui…). Un mode OutRun 2SP est aussi proposé à l’écran titre et les nostalgiques de la première heure seront ravis de retrouver la présentation de la version originale. En gros les développeurs se la sont joué simple mais efficace, les menus sont sobres et bien fait, la navigation est très facile. Après la visite guidée il faudrait penser à jouer un peu. C’est parti pour un tour !
 

Le bitume en prend un coup

Et pas un petit. Les Ferrari déboulent à toute allure sur les routes américaines en cassant tout sur leur passage. Bien sur ce n’est pas un Burnout, mais heurtez une voiture un peu trop forts et elle disparaîtra comme par magie. Ce ne sont pas les seules tours de magie que nous réservent le jeu car il faut vraiment s’appeler Copperfield pour pouvoir réussir à faire des dérapages de 3 kilomètres. Ce n’est pas déplaisant mais peut-être un peu exagéré. Pour ceux qui chercheraient du réalisme dans ce jeu alors passez tout de suite votre chemin, par contre pour les autres vous pourrez apprécier l’impression de vitesse que procurent les bolides lancés à 270 Km/H (et oui, le compteur est en Km/H, et non pas en miles) sur l’asphalte. Tant que vous restez sur la route, tout va bien, heurtez un mur ou une voiture et la c’est le drame. De deux choses l’une, soit vous ralentissez à mort, enfin dès moins que dans les versions précédentes, mais assez pour prendre vos adversaires de vue (c’est plutôt avec les voitures ça), soit vous vous retrouvez à faire des saltos en plein milieu de la route après avoir toucher un mur (il faut aller relativement vite quand même pour en arriver là). La vitesse est en fait le seul point sur lequel les développeurs ont mis une touche de réalisme. Lorsque dans les missions, vous lutter pour pouvoir rattraper un semi remorque (un petit peu), il faut bien avouer que c’est limite. D’ailleurs, qu’est-ce que ces missions ? Et bien elles sont proposées dans le mode « Coup de Cœur », dans lequel vous devrez remplir des objectifs dictées par un blondinette assis à vos côté afin de remporter des cœurs et par la suite plus de miles (systèmes de monnaie du jeu). Ces missions peuvent aller du simple parcours sans accident, en passant par des épreuves ou au contraire il faut heurter le plus de véhicules possibles, mais également des choses un peu plus farfelues comme faire le plus de dérapages possible ou encore pousser un ballon de plage géant sur une certaine distance. Ces missions sont des petits jeux amusants qui passent le temps et évitent que la lassitude des courses de vitesse s’installe trop vite. Enfin voyons un peu comment tout ça est réalisé.
 

Action, Réalisation !

Bien évidemment, on ne pouvait pas laisser passer le point que tout les développeurs redoutent. Je vais attaquer avec les graphismes. Pleins de couleurs, ces derniers sont assez bien faits. Pas vraiment travaillés en profondeurs mais lisses et avec un beau rendu. Cependant je n’arrive toujours pas à comprendre dans quelle partie de l’Amérique on passe du centre ville de L.A. à la montagne (celles-ci poussent comme des champignons)… si quelqu’un à une idée qu’il en fasse part sur le forum. Les voiture sont très bien modélisées, avec des carrosseries reluisantes, rien à dire de ce côté-là, le constructeur à de quoi être content. La musique qui accompagne le tout est fidèle à la série étant donné que c’est la bande son de la version 2004 remixée avec quelques morceaux de la borne d’arcade ce qui laisse un petit arrière goût de poussière et surtout une impression de sonnerie de téléphone en MIDI. C’est dommage car ça joue beaucoup mais bon, en coupant le son et allumant son poste ça passe très bien. En plus des voitures, voici un autre (très) bon point pour le jeu, la prise en main. Pas besoin de passer 4h sur le jeu pour pouvoir réussir à conduire comme Schumarer., 5 petites minutes, voir 10 pour les moins doués, seront amplement suffisantes et ça rend le jeu très agréable car on ne galère pas pendant 15000 ans à recommencer toutes les courses car on ne sais pas conduire. Gagner une course, contrairement à d’autres jeux, et bien c’est une chose relativement simple. Un coup d’accélérateur, quelques dérapages contrôlés à 300 Km/H, des voitures doublez sans trop d’efforts et hop le tour est dans le sac. Certaines courses sont un peu plus éprouvantes que d’autres, normal sinon le jeu n’aurait vraiment aucun intérêt mais bon, la difficulté reste assez faible dans l’ensemble.
 

Article rédigé par Neji , le

OutRun 2006 Coast2Coast est un bon titre pour les joueurs d’arcade, voire même un très bon titre pour les fans de Ferrari, mais en aucun cas une simulation comportant quelque chose qui ressemble à du réalisme. La prise en main est très rapide ce qui fait de lui un titre abordable très facilement par tous. Le rendu de la vitesse est lui aussi un bon point car assez bien réalisé. Les différents modes de jeux rendront les anciens joueurs nostalgiques et plongera les nouveaux dans les prémices de la série. Gros bémol, le mode multijoueur qui n’est accessible que via le net ou bien en réseau local (donc plusieurs consoles et plusieurs jeux) ce qui n’est pas très pratique pour jouer lors d’une soirée entre copains, ou copines (c’est la mode donc faut bien en parler, hihi). Un bon titre mais qui a quand même quelques lacunes.

Points positifs

  • Bonne modélisation des voitures
  • Bonne impression de vitesse
  • Un bijou pour les fans d’arcade ou du jeu

Points négatifs

  • Des musiques un peu stressantes à la longue
  • Le mode multijoueur

Commentaires