Preview : Prototype

Prototype - PS3

Genre : Action/TPS

Date de sortie : 12 juin 2009

Genre
Action/TPS
Date de sortie
12 juin 2009 - France
Développé par
Radical Entertainment
Edité par
Sierra Entertainment
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Parfois appelé
Prototype, [Prototype]
Site officiel
Site officiel

Comme à son habitude Activision a décidé de nous sortir un titre fait par les américains, pour les américains. En effet, bienvenue dans un jeu, en monde ouvert, aux commandes d’un homme qui a vu son corps se transformer suite à l’injection d’un produit très particulier appelé le «Virus Lethal ». Alex Mercer, c’est son nom, part donc en quête de vengeance, à moitié contre ses oppresseurs et à moitié contre la terre entière, mais que voulez-vous, il a la rage et comme il le dit si bien « I was made for this » ! Maintenant que nous avons pu nous y essayer, nous pouvons dire à notre tour « I know what you mean ».

 
 
La touche GTA ne se fait absolument pas ressentir, même si le jeu se déroule dans un monde ouvert et propose d’avancer dans le scénario seulement grâce à un système de missions, avouons-le, plutôt bien ficelé. Seulement, aux oubliettes tous les principes et les fondements des jeux d’actions, Acti s’est mis en tête qu’il fallait taper un grand coup (certainement avant la sortie de Marvel Ultimate Alliance 2) et a mis les bouchées doubles pour nous pondre un titre qui saura satisfaire les joueurs avides de bourinage et ceux qui attendent le petit côté stratégique de ce genre de jeux. En combinant les deux, la firme ricaine a finalement réussi son pari de sortir un jeu qui plaira dans tous les pays, et non plus qu’aux States.
 

T’as la classe coco !

Et ce n’est rien de le dire, certes ce n’est pas un Altaïr ou bien un Squall, mais Alex a tout de même la classe. Comme beaucoup de héros, sa quête principale tournera autour de la recherche de sa mémoire, car naturellement lorsque vous le prenez en main il est amnésique. Réveillé dans une morgue, c’est en sortant de cet endroit que vous vous rendez compte que le monde est étrange. De fait, l’armée est partout, et souvent pas super sympathique avec vous, et quelques personnes, appelées « Infected », ressemblent plus à des peintures de Picasso qu’à des êtres normaux. Qu’à cela ne tienne, rien ne vous fait peur et vous foncez tête baissée dans tout ça. Heureusement que le fameux virus n’a pas eu les mêmes effets sur vous que sur vos concitoyens.
 
 
Et ouais, au lieu de vous rendre affreux et de vous enlever la parole, il vous a simplement désinhibé de toute peur et vous a même octroyé quelques super pouvoirs. Ceux-ci, qui vous font résister aux balles, sauter super loin, plonger d’un building et atterrir sans même avoir perdu la monnaie qui se baladait dans vos poches, vous seront très utiles tout au long de l’aventure. C’est ici que se place la pointe RPG du soft avec l’évolution de ces derniers. Que ce soient vos compétences de déplacement ou vos attaques, tout peut évoluer grâce à des points d’expérience que vous récolterez au fur et à mesure de vos combats.
 

Le travail c’est la santé !

Si, parmi nos pouvoirs, nous avions du n’en retenir qu’un seul, ça serait assurément celui d’absorber les gens. A elle seule, cette capacité vous permettra de reprendre de la vie, de vous sortir de pétrins indéfinissables ou encore d’avoir un look fashion en pleine guerre urbaine. Comme vous pouvez le deviner donc, ingérer des gens sera inévitable, mais attention à ne pas absorber n’importe qui. Certaines missions vous demanderont d’absorber une personne en particulier, car une fois digérée, vous récupérez tout le savoir, les connaissances et même la mémoire de votre victime. Veillez donc à faire de bons choix, certains peuvent plus vous rendre malade que vous aider. Vous me direz c’est comme ça tout le temps, y a des gens avec qui ça passe et d’autre avec qui ça ne passe pas…
 
 
Durant toute l’aventure vous devrez surveiller tout ce que vous faites, car en plus de choisir vos victimes et les personnes que vous absorberez, vous avez également la possibilité de choisir votre façon de jouer. Ici deux choix s’offrent à vous : foncer dans le tas, taper tout ce qui vous passe sous la main tout en priant pour que vos assaillants ne finissent pas en surnombre, car oui tant que vous serez en conflit avec eux ils ne vous lâcheront pas (ce sont des militaires après tout) ; ou bien la manière douce, pour ceux qui préfèrent se la jouer en finesse (on peut appeler ça en fourbe aussi), il est possible de ne presque pas taper de gens. Pour ce faire, il vous faudra réfléchir un tant soit peu et trouver une technique pour approcher votre but sans vous faire remarquer. A vous de voir comment vous voudrez terminer ce jeu.
 

A la 1, à la 2 et 12 !

Maintenant que nous savons à quoi nous attendre, voyons ce que les développeurs ont réussi à pondre pour nous permettre d’apprécier ce titre. C’est donc un monde ouvert, à savoir une grande ville pleine de buildings, qui nous accueille. Premier défi pour l’équipe de ??? réussi. Nous évoluons dans une cité immense qui, lorsque nous ne sommes pas en mission, laisse libre cours à toutes nos envies, que ce soit de la baston, de la voltige ou je ne sais quoi d’autre. Bien évidemment, vous ne deviendrez pas un super mutant et ne maîtriserez pas toutes les techniques d’Alex en vingt secondes, mais rassurez-vous, la prise en main est relativement simple et quelques minutes de jeu suffiront amplement pour comprendre toutes les combinaisons de base. Quoi qu’il arrive, un niveau tutoriel sera là pour vous aider dans vos premiers pas.
 
 
Le problème que la majorité des studios rencontrent avec ce genre d’univers se tient dans l’affichage. Certes c’est grand, c’est beau mais encore faut-il pouvoir en profiter sans encombre. Ici aussi, bien que la version que nous avons vue ne soit absolument pas définitive, tout était clair, net et sans aliasing (le pire ennemi des jeux de course et d’aventure). Notons également que, tel que le désire la tendance actuelle, le côté scénario du jeu est traité très cinématographiquement, tant sur les prises de vue que sur les différentes intrigues qui entourent notre personnage principal, pour ne pas dire héros.
 

Article rédigé par Neji , le

Pour conclure, nous pouvons dire que le développement de Prototype n’est pas encore achevé mais que le jeu s’annonce déjà très prometteur. Tantôt bourrin tantôt stratégique, il vous faudra faire les bons choix pour mener vos missions à bien. Basé sur un système de jeu simple mais malgré tout très complet, les grosses bastons ainsi que la recherche d’identité du personnage sauront combler un grand panel de joueurs. Il ne nous reste plus qu’à attendre cet automne pour voir s’il tient toutes ses promesses.

Commentaires