Test : Pain

Pain - PS3

Genre : Bataille de douleur

Date de sortie : 20 mars 2008

Genre
Bataille de douleur
Date de sortie
20 mars 2008 - France
Edité par
Sony Computer Entertainment
Disponible sur
PS3
Modes de distribution
PlayStation Network

Non, Pain n'est pas une simulation de boulangerie où l'on tentera de se sortir du pétrin à coup de farine et de rouleau à pâtisserie. Pain est un jeu bien plus terrible, à savoir une simulation de catapulte humaine. Rien de plus normal.

 
 
Pain fait partie de ces jeux dont le concept est suffisamment étonnant pour qu'on se demande tout de même comment il a réussi à germer dans la tête de ses développeurs. De l'ineffable propension qu'ont les créateurs de jeux à trouver n'importe quel prétexte débile pour accoucher d'un soft dont le but premier est de se faire mal. Très mal. C'est le principe de Pain, où vous prendrez place dans une catapulte et après avoir judicieusement ajusté votre tir, essaierez de détruire le plus possible d'éléments du décor sans omettre de vous fracasser le plus de membres possibles.
 

J'ai mal. J'ai beau être matinal, j'ai mal.

Sorti il y a maintenant près d'un an et demi sur le Playstation Network, Pain était à ses débuts relativement extrêmement diablement tristement pauvre. Depuis, il s'est accumulé une somme impressionnante d'add-on, pas toujours bien utiles il faut le reconnaître, ce qui en a fait un jeu un peu plus complet. Il est aujourd'hui disponible en version boite pour 25 euros, alors que le total de tout son contenu en téléchargement avoisine les 40. Une bonne affaire donc, pour peu que l'on soit passé à côté de ce soft déjanté. Pain propose un choix de 15 missiles humains, parmi lesquels des personnages délirants : un père noël ivrogne, une infirmière plantureuse sortie d'un boulard, un catcheur mexicain... Le choix du personnage est absolument dispensable puisqu'il ne changera rien à la profondeur du jeu. Rien de chez rien.
 

Sometimes. EeeEEeeeverybody hurts.

Plusieurs modes de jeux sont disponibles, tels les fléchettes Pain, le lancer de clown, le bowling... En solo, il faut bien avouer qu'on atteint rapidement les limites du jeu. On se jète un peu partout dans le peu de décors (pourtant très bien fouillés) en essayant de débloquer des bonus. C'est drôle un temps, mais vite lourd. Le jeu prend son ampleur dans son mode multi, où si les règles sont les mêmes, elles ne prennent pas le même virage. Pain est drôle en compétition et promet de nombreuses heures de délires avec ses potes ou sur PSN. Ce concept débile prend tout son sens en multi, où il propose une alternative vraiment sympathique à tout ce qui est proposé habituellement dans votre ludothèque PS3. Se jeter sur les murs, c'est bête mais ça fait rire, surtout à plusieurs. Adopter la meilleure pose pendant le trajet de votre crâne au décor, tenter de battre le score précèdent en attrapant une caisse d'explosifs en plein saut pour la balancer judicieusement dans un ninja planqué du décor... La science du mercurochrome n'est pas bien difficile à maîtriser, mais c'est entre potes qu'elle prend toute son ampleur.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Pour 25 euros et si vous avez des amis (ou une connexion internet), Pain est un bon investissement. Pas très profond, plutôt redondant mais pourtant très efficace et déjanté, une alternative sympathique aux habitudes vidéoludiques.

Points positifs

  • Concept délirant
  • Pas cher

Points négatifs

  • Redondant
  • Un peu pauvre en contenu

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires