Test : Split/Second Velocity

Split/Second Velocity - PS3

Genre : Course auto

Date de sortie : Mai 2010

Genre
Course auto
Date de sortie
Mai 2010 - France
Développé par
Black Rock Studio
Edité par
Disney Interactive Studios
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Parfois appelé
Split/Second

Split/Second Velocity, en voilà un nom étrange. Vous vous demandez sûrement ce qui se cache derrière ce titre… Si je vous dis qu’il est édité par les studios de Disney, ça vous aide ? Non, il ne s’agit pas d’une course avec Mickey… Allez, je vous aide : Split/Second, c’est un jeu de course où pour gagner, il faudra non seulement aller vite, mais surtout faire exploser le décor, si possible sur le capot de vos concurrents. Un jeu où la ruse sera indispensable pour faire fructifier votre pilotage.

 
 
Split/Second est développé par Black Rock Studio, qui se sont récemment fait remarquer pour Pure, jeu de course « tout terrain ». Ici, on revient à du plus classique, à la fois au niveau des voitures et (dans une moindre mesure) au niveau des circuits. Si l’on ne retrouve pas le Nürburgring ou Spa, on reste quand même sur du bitume, avec des environnements urbains et industriels sur lesquels nous reviendrons plus tard. Le réel intérêt de Split/Second restant sa philosophie de jeu, voyons cela en détails.
 

Split/Second fait son cinéma

Au niveau des modes de jeu, rien de surprenant, on retrouve les sempiternels "Saison", "Jeu rapide", "En ligne" et "Ecran splitté". Du très classique donc, mais que demander de plus ? Comme vous vous en doutez, le gros du solo se trouve dans la saison, qui se déroule sous forme d’épisodes précédés de cinématiques façon bande-annonce de film. Au total, 12 épisodes sont disponibles, chacun d’entre eux se composant de 5 courses. Ces courses peuvent être de 6 types différents (Course normale, Elimination, Détonateur, Attaque aérienne, Revanche aérienne et Survie). Je passe rapidement sur les trois premiers (sachant que Détonateur = Contre la montre) pour m’intéresser aux trois derniers. Le type "Attaque aérienne" consiste à éviter les tirs de roquettes d’un hélicoptère. A une certaine fréquence, les cibles apparaissent au sol, et il ne vous reste qu’à éviter ces zones pour ne pas vous faire allumer. Si le principe parait simple, les cibles sont parfois tellement rapprochées qu’il faudra être très véloce pour se frayer un chemin. La "Revanche aérienne" reprend le même principe avec la possibilité (et le devoir) de détruire l’hélicoptère. Le type "Survie" quant à lui vous demande de doubler le maximum de semi-remorques. Un chrono tourne, et à chaque semi doublé, vous gagnez un peu de temps. Facile me direz-vous… Sauf que ces semi-remorques vous balancent des barils sur la tronche, certains étant plus dangereux que d’autres…
 
 
Comme je vous le disais, il y a 5 courses dans un épisode. Les trois premières sont accessibles tout de suite et sont aléatoirement d’un des différents types décrits précédemment. La quatrième est déblocable en fonction du nombre de concurrents crashés dans l’épisode en cours. Enfin, la cinquième course est la « Course Elite », comptant pour le championnat. A chaque épisode, votre classement dans cette course vous donne des points, le championnat courant sur tous les épisodes. Il est important de noter qu’un nombre de crédits est nécessaire pour débloquer cette course, crédits que vous gagnez à chaque course. Il vous faudra terminer au pire 3ème de cette course pour débloquer l’épisode suivant. Ainsi, il ne suffit pas de participer aux courses pour avancer dans la saison comme cela peut être le cas dans d'autre jeux. Il vous faudra en effet finir bien classé dans la majorité des courses pour pouvoir débloquer les épisodes suivants, avec toutefois la possibilité de refaire les courses sur lesquelles vous vous êtes foiré.
 

Défonce-moi, j’ai le feu au cul

Bon, c’est bien beau, mais et le jeu dans tout ça ? Tout d’abord, un petit tuto au lancement du jeu vous expliquera les commandes, qui se limitent principalement à deux boutons. Outre les commandes pour accélérer et freiner, vous aurez besoin d’un bouton pour lancer les attaques de base (et ouvrir les raccourcis) et une pour lancer les attaques spéciales (et changer une partie du circuit). Pour utiliser ces fonctions, il vous faudra remplir une jauge. Pour cela, vous pouvez déraper, prendre l’aspiration d’un concurrent, résister à des attaques ou faire des sauts. Le dérapage est vraiment intuitif et dès le tuto, vous maîtriserez vos glisses sans trop de soucis. C’est assez simple, vous freinez, vous tournez et vous dosez l’accélérateur… Voyons donc ce que vous pouvez faire une fois votre jauge remplie.
 
 
Le principe de base du jeu est de faire exploser le décor. Pour cela, vous avez tout au long des circuits des zones qui peuvent exploser ou des hélicos qui peuvent lancer des attaques. Quand un concurrent est proche d’une de ces zones, un petit marqueur vous l’indique et vous n’avez qu’à appuyer sur le bouton adapté pour lancer l’attaque. Si le concept parait simple au premier abord, il faut quand même prendre en compte plusieurs détails. Tout d’abord, ces zones sont en nombre limité sur le circuit, il vaudra donc mieux essayer de les retenir pour pouvoir anticiper. De plus, votre jauge se remplit plus ou moins vite selon votre voiture et votre style de pilotage, il faudra donc gérer au mieux cette dernière, car il n’est généralement pas intéressant de lancer une attaque dès que la jauge le permet. Il vaut mieux attendre le moment opportun pour, pourquoi pas, essayer de crasher plusieurs concurrents d’un coup (mon record est de 5, autant dire que ça dégage le chemin !) ou alors attendre d’avoir la jauge à fond pour réaliser une attaque spéciale. Cette attaque consomme toute votre jauge, mais elle a des conséquences énormes et est difficilement évitable. Un autre point important à noter est qu’il y a deux genre d’attaques différents : les attaques « one-shot » et les attaques permanentes. Je m’explique : vous pouvez par exemple faire exploser un avion, un camion, faire péter un pont… une fois fait, vous ne pourrez plus le refaire exploser dans les tours d’après. En revanche, les attaques de type bombardement par hélicoptère ou coup de pelleteuse sont, elles, utilisables à chaque tour.
 
 
Enfin, votre jauge vous permet également d’ouvrir des raccourcis. Quand vous approchez d’un raccourci et que votre jauge est assez remplie, un marqueur vous indiquera la possibilité d’ouvrir un chemin et vous n’aurez qu’à appuyer sur le bouton d’attaque pour l’ouvrir. A noter que ces raccourcis se referment assez vite, il est donc difficile de profiter du raccourci d’un concurrent. Il y a également les « changements de trajectoire », qui sont possibles quand votre jauge est remplie à fond. En utilisant le bouton d’attaque spéciale, vous pouvez modifier le circuit (explosion de la route, déraillement de train…) et découvrir de nouveaux passages dans une ambiance pyrotechnique.
 

Une plastique digne de Bertrand

Split/Second est donc un jeu relativement bourrin, à la conduite très arcade, mais reste néanmoins assez stratégique, puisqu’il vous faudra gérer votre jauge d’attaques, apprendre un minimum les circuits et choisir au mieux vos voitures. A ce sujet, il n’y a pas de licence officielle, les créateurs du jeu ont donc laissé libre cours à leur imagination. On retrouve néanmoins sur certaines voitures de gros airs de modèles connus parmi Lamborghini, Nissan, Lexus, Aston Martin… Chaque voiture possède des caractéristiques d’accélération, résistance, dérapage et vitesse. Il vous faudra choisir la meilleure pour chaque type de course et pour chaque circuit, même si certains modèles se révèleront très polyvalents. Les voitures se gagnent en fonction du nombre de crédits ou lors de certaines victoires en course. La personnalisation se limite au choix des couleurs et à l’ajout de stickers lorsque vous gagnez des trophées… c'est faible. Au niveau des circuits, on retrouve des environnements urbains et industriels désaffectés (aéroports, centrales, chantiers…) mais ils manquent de variété et on a l’impression de toujours rouler sur les mêmes. En revanche, la réalisation est assez soignée et les animations des explosions sont de qualité. Les décors sont très réussis, avec des jeux de lumière et des reflets magnifiques. Les explosions sont vraiment spectaculaires, tant au niveau du décor qu’en ce qui concerne les voitures ! Il y a toutefois quelques reproches : seulement deux vues disponibles (arrière et avant), pas de carte du circuit et pas d’indication de vitesse pendant la course… De plus, les dégâts sont assez binaires, soit vous n’avez rien, soit vous êtes crashé, et c’est parfois frustrant de se retrouver crashé alors qu’on a juste effleuré un mur.
 
 
En ce qui concerne l’IA, le niveau est correct et il sera difficile de gagner toutes les courses du premier coup. En revanche, ils sont bien meilleurs en pilotage pur qu’en déclenchement d’explosions, tant et si bien que quand vous vous crasherez, cela sera bien souvent un accident ou un autocrash… Split/Second est certes plaisant et défoulant, mais le manque de variété des circuits rend le jeu assez répétitif et presque lassant. Surtout que sur la fin, il vous faudra être très précis pour débloquer les derniers épisodes, et bien souvent recommencer les courses plusieurs fois.
 

Les autres modes de jeu

En ce qui concerne le multi en ligne, on retrouve les modes "Course", "Survie" et "Elimination". Votre classement en ligne évoluera au fil de vos victoires et vous pourrez voir votre position face aux autres concurrents au niveau des chronos. Les courses sont évidemment plus débridées qu’en solo, et c’est là que votre connaissance des circuits sera très utile. On a droit aux mêmes modes en Ecran splitté, mais on est obligé de jouer avec l’IA en mode "Course" et "Elimination". En revanche, le mode "Survie" à deux est amusant. Le mode Jeu rapide est tout ce qu’il y a de plus classique avec au programme les 6 types de courses que l’on retrouve dans la saison. Que ce soit pour le multi ou le jeu rapide, les circuits sont ceux débloqués au fil de la saison tout comme les voitures.
 

Article rédigé par Monsieur Propre , le

Split/Second est donc un jeu intéressant, par son subtil mélange entre pilotage et explosions. On ne pourra compter uniquement ni sur l’un, ni sur l’autre, il faudra bien essayer de gérer au mieux les deux, sinon c’est dernière place assurée… C’est cet aspect hybride qui fait sa force, et également sa dimension stratégique (toutes proportions gardées). Comme dans beaucoup de jeux de ce genre, être premier à un certain moment de la course ne veut rien dire, même si les adversaires manquent un peu d’agressivité. En revanche, il souffre d’un manque de variété malgré ses modes de jeu intéressants mais trop classiques. Les circuits sont trop peu nombreux et variés et on a vite l’impression de tourner en rond.

Points positifs

  • Mélange pilotage classique / explosions bien dosé
  • Un minimum de réflexion est nécessaire
  • La réalisation est soignée
  • Les animations sont spectaculaires
  • Défoulant et stressant à la fois

Points négatifs

  • Pas de carte du circuit ni d’indication de la vitesse
  • Pas de rewind
  • Manque de variété des circuits
  • Court
  • Un peu trop répétitif

Commentaires