Test : Flower

Flower - PS3

Genre : Oeuvre d'art

Date de sortie : 12 février 2009

Genre
Oeuvre d'art
Date de sortie
12 février 2009 - France
Développé par
thatgamecompany
Edité par
Sony Computer Entertainment
Disponible sur
PS3, PS4, PSVita
Modes de distribution
PlayStation Network

Avec les consoles next gen, les plateformes de téléchargement de jeu sur consoles sont venues (PSN, Xbox live arcade). Cela a permis la création de jeux indépendants qui n'auraient pas vu le jour sinon. Parmi ces jeux, nous avons droit à Flower qui, en vous faisant incarner le vent soufflant sur des pétales de fleurs, prouve que le jeu vidéo est un art.

 
 
Jusque là That Game Company n'a créé « que » 3 jeux, avant l'arrivée prochaine de Journey. L'aventure a commencé avec Cloud, ou l'on pouvait voler au dessus des nuages. Ensuite vint flOw où, cette fois, l'on pouvait explorer les fonds marins. Bref, des jeux hors des chantiers battus. Le voyage continue donc avec Flower, jeu avec lequel le studio finit de gagner ses lettres de noblesse.
 

Comme un ouragan

Flower est d'une simplicité extrême tout en faisant preuve d'une prise de risques. Cette fois le joueur incarne un souffle de vent devant aider des fleurs a éclore, embarquant au passage un pétale de chaque fleur. Tout cela dans un but précis qu'il vaut mieux ne pas révéler. Ce que l'on peut dire, c'est que c'est loin d'être aussi « niais » que certains pensent. Et vous risquez de vouloir prendre du temps devant la beauté de ce jeu. Car dès les premières minutes, on est aspiré dans cet univers magnifique, zen et reposant. Car c'est bien de cela qu'il s'agit : lâcher prise dans ce monde ou tout va vite.
 
 
L'implication dans le jeu est renforcée par l'utilisation de la manette Sixaxis de la Playstation 3 ; peut-être même la meilleure application pour cette manette à reconnaissance de mouvement. Grâce à elle nous ne faisons qu'un avec le nuage de pétales que l'on incarne. On tourne la manette à gauche, les pétales font de même. On incline la manette vers le haut, le nuage monte. Il suffit d'appuyer sur un bouton pour avancer. Une simplicité extrême. Et on se laisse errer dans les magnifiques décors que l'on parcourt. On caresse l'herbe, on joue avec les éoliennes et on vole vers le ciel, juste émerveillé par le monde que l'on traverse.
 

Le pouvoir des fleurs

Le jeu est également servi par un game design au diapason. Une explosion de couleurs, de sons et de musiques splendides ponctuent ce jeu hors du commun. Une fleur éclot, elle émet une note de musique. Un champ de fleurs à libérer, la musique s'emballe. On pourra juste regretter que les notes émises par les fleurs ne soient pas vraiment accordées avec la musique d'ambiance du jeu. De plus, chacun des six niveaux qui composent ce jeu proposent chacun un univers bien distinct avec des objectifs différents et de nouvelles manières de voler dans ces environnements.
 
 
On ressent une émotion particulière devant ce jeu vidéo, une émotion que l'on a rarement l'occasion de ressentir en jouant. Ce jeu est une poésie faite jeu vidéo. Il laissera beaucoup de monde sur le carreau, ils resteront insensibles à son charme simple. Mais c'est un risque qui vaut la peine d'être pris car si vous vous laissez envoûter par ce périple, cela en vaudra la peine. De ce fait, le jeu a un degré de rejouabilité fort car l'on vivra différemment l'aventure, le jeu étant plus profond qu'il n'y paraît. Une fois les niveaux finis, une seule envie vous embrasse : tout reprendre depuis le début.
 

Article rédigé par Neo , le

Un jeu court, sans prétention si ce n'est de vous sortir de la folie du quotidien. Une réalisation au top avec un festival de couleurs, de sons et de musiques qui vous emportera... ou pas. Mais si vous appartenez à la première catégorie, vous vivrez un jeu aux émotions fortes, rares dans un jeu vidéo. Servi par un gameplay simple qui exploite de la meilleure des manières la manette Sixaxis, le jeu est un ravissement. Vivement Journey.

Points positifs

  • Un univers envoûtant
  • Un gameplay simple
  • Des environnements variés
  • Des émotions fortes
  • Des musiques magnifiques
  • Une histoire simple et forte à la fois

Points négatifs

  • Un jeu court (mais un potentiel de rejouabilité)
  • Certains joueurs resteront insensibles

A propos de l'auteur

Neo

Neo

29 ans | L'élu des gamers

Après avoir détruit la matrice, Neo s'est dit « Pourquoi pas bosser sur GameHope ? ». Un nouveau défi pour l'élu. Après sa victoire incontestable, le monde réel lui paraissait fade et il est retourné dans le virtuel. Il est d'ailleurs en permanence branché à une PS3 en intraveineuse. Egalement passionné de cinéma, on le reconnait à ses yeux injectés de sang à force de passer des heures devant les écrans. Il a malgré tout réussi à apprendre à écrire et, afin de devenir le prochain Victor Hugo, expose sa prose sur GameHope.

Contacter

Commentaires