Test : The Sly Trilogy

The Sly Trilogy - PS3

Genre : Plates-formes

Date de sortie : 03 décembre 2010

Genre
Plates-formes
Date de sortie
03 décembre 2010 - France
Développé par
Sanzaru Games
Edité par
Sony Computer Entertainment
Disponible sur
PS3, PSVita
Parfois appelé
The Sly Collection
Accessoires compatibles
Playstation Move
Modes de distribution
Boutique
PEGI
 Interdit aux moins de 7 ans
 Violence

Sony a trouvé la recette gagnante. Simple, peu coûteuse, et carrément rentable, la catégorie classics HD de la PS3 consiste à remasteriser une série phare de la PS2 afin de l’adapter sur PS3 avec tous les avantages que la console peut apporter. Après God of War Collection, voilà que c’est The Sly Trilogy qui se la ramène sur la console de Sony… Et c’est tant mieux !

 
 
Sorti en 2003, Sly Raccoon est un jeu d’aventure et de plateforme mettant en scène un raton-laveur cambrioleur, une tortue geek et un hippopotame rose chauffeur. Non, les développeurs n’ont pas consommé de produits illicites quand ils ont conçu ce projet qui, malgré une reconnaissance du public non trouvée, restera gravé dans les légendes du genre. On incarne donc Sly Cooper, le héros, accompagné de ses acolytes totalement délirants. Ils forment une équipe de voleurs professionnels et dérobent les plus grands objets avec malice et discrétion. Mais là, c’en est trop pour Sly. Les Cinq Maléfiques lui ont volé, à lui, un livre à la valeur familiale du plus haut niveau. Et ils n’auraient jamais dû, car la bande de détrousseurs s’en va pour une aventure haute en couleurs pour récupérer ce qui lui revient de droit !
 

J’aimerais être un raton-laveur

Les « classics HD », ça a du bon. En effet, ces jeux PS2 disposent désormais d’une définition HD, de trophées, et de bonus dont on ne se priverait pas. The Sly Collection profite de tout cela et l’applique avec brio. Tout d’abord, il y a de quoi être choqué par les graphismes qui, pourtant datés de presque une décennie, reprennent tous leurs charmes grâce à une superbe haute définition. Il faut dire que le style « cartoon » de la série s’y prête merveilleusement bien et pourrait quasiment rivaliser avec les hits d’aujourd’hui. Bien sûr, tout n’est pas parfait, et l’on sent bien que techniquement parlant, il y eu de grands progrès d’effectués. Mais ce serait chipoter de dire que The Sly Collection n’est pas beau !
De plus, la qualité sonore qui subit une très légère refonte, obtient une finesse non négligeable et colle parfaitement à tous les types de situations. Avec des onomatopées et des bruits de fond délirants, The Sly Collection séduit bel et bien le voleur qui est en vous.
 

Super Thief

Le premier épisode de la série, Sly Raccoon, propose donc une trame simple mais mise en scène de façon ô combien hilarante. Sly et ses potes devront traverser une multitude de lieux afin de trouver le Volus Ratonus, un livre qui renferme tous les secrets de sa famille et dont cinq vilains se sont emparés… Pas de quoi éclater douze glandes à un putois, c’est sûr, mais l’ambiance sympathique rattrape complètement ce scénario banal. Contrairement à ses principaux concurrents que sont Ratchet & Clank et Jak and Daxter (que, au passage, nous retrouverons tous réunis dans PlayStation Move Heroes ), Sly préfère la discrétion, la surprise et l’espionnage à la destruction pure et dure. Ainsi, pour récupérer le Volus Ratonus qui fut séparé en plusieurs parties, il devra s’infiltrer dans les bases ennemies et déjouer tous les systèmes de sécurité. Tout d’abord, Sly explore les lieux. Ensuite Bentley, la tortue intelligente, organise des braquages absolument délirants et improbables qui, au fur et à mesure de l’aventure, prendront en folie. Ensuite, Sly exécute et se barre dans la voiture de Murray, un hippopotame rose déjanté… Woah, ça c’est du plan d’ouf malade !
 
 
Le gameplay, quant à lui, se veut des plus maniables et des plus simples. Comme il est adapté au joueur néophyte comme au joueur no-life, c’est un réel plaisir de bondir, de s’accrocher au-dessus du vide, de se cacher derrière un mur, ou bien d’éviter la multitude de rayons lasers de sécurité… Vous l’aurez compris, la série Sly met en avant la plateforme pure et dure, qu’elle soit difficile ou simple. Cependant, les développeurs n’ont pas oublié le combat, loin de là. Très banal pour le premier épisode, il se développe, s’actualise et devient même récurrent au fil des épisodes de la série. Il y aura donc des boss parfois ardus et une variété d’ennemis qui diffèrent en fonction du lieu. Attention cependant, les jeux ne se veulent pas faciles pour autant, notamment pour le premier épisode qui demande une extrême maîtrise : au moindre coup reçu, au premier contact dangereux, c’est le game over assuré. En revanche, Sly Raccoon 2 : Band of Thieves et Sly Raccoon 3 mettront à disposition une jauge de vie, ce qui changera radicalement la donne.
Malgré cela, il faut bien avouer quelques petits soucis de caméra de temps à autre. Il est donc conseillé de jouer régulièrement avec le joystick analogique droit qui permet de contrôler la vue à l’instar de nombreux autres jeux.
 

Ils ne nous ont pas volé notre argent

En plus d’être un réel délice à jouer, il faut savoir que cette perle se déguste pendant un bon bout de temps. En effet, trois jeux remasterisés de quinze à vingt-cinq d’heures chacun environ, sur une seule et même galette, ça prête à faire des nuits blanches. En plus, ce n’est même pas lassant. Les jeux allient phases d’infiltration, de shoot, de combats, de plateforme, d’adresse et beaucoup d’autres avec excellence et simplicité. Ainsi, on ne s’ennuie que rarement : en plus des nombreuses missions variées, il y a également des centaines d’items à récupérer dans le décor afin de déverrouiller différentes actions en tous genres. Les lieux se veulent également très diversifiés car tout au long des trois jeux, on pourra passer des heures et des heures en France (Paris), en Inde, dans les monts enneigés de la Chine, à Tahiti, en Russie… « C’est le jeu ma pauv’ Lucette ! », comme on pourrait dire.
 
 
Outre les trois jeux, les développeurs nous ont également concocté une série de mini-jeux Sly, comprenant leurs propres trophées, et surtout jouables entièrement via le PlayStation Move. Il est sûr que l’intérêt de The Sly Collection ne réside en ces petits amuse-gueules, qui au final s’avèrent assez anecdotiques, mais bon, pourquoi s’en priver ?
Cerise sur le gâteau, il est compris une fonction 3D stéréoscopique. Bien sûr, il ne suffira pas de posséder des lunettes à « verres » bleus et rouges fièrement acquises dans le dernier paquet Nesquik, mais il faudra avoir chez soi une belle télévision compatible 3D. Mais évidemment, tout le monde en a une, ce n’est pas le prix qui pose problème, ni la question sur la rentabilité de l’option, donc pas de souci !
 

Article rédigé par Naxi , le

Avec cette compilation de trois jeux légendaires de la PlayStation 2, il y a vraiment de quoi jubiler un maximum. Ambiance délirante, gameplay ravageur, technique qui tue, alors que la série des Sly commence à dater, elle prouve bel et bien qu’avec un petit coup de pouce comme la HD, on peut atteindre des sommets d’excellence !

Points positifs

  • Les phases de plate-forme
  • Des missions variées
  • Une superbe HD
  • Une très bonne durée de vie
  • Un gameplay au poil
  • Des héros charismatiques
  • Des bonus exclusifs

Points négatifs

  • Quelques soucis de caméra
  • Scénario simplet
  • Techniquement daté (mais ça tient la route)

A propos de l'auteur

Naxi

Naxi

22 ans | Chasseur de cool

Guinness, Bacardi et 9mm : âgé de 20 ans, Naxi est le testeur le plus jeune de l'équipe. Embauché dès l'âge de quinze piges dans la rédaction, il se débrouille pour écrire sur sa passion entre deux soirées alcoolisées où se mêlent Tekken buveur, basses acidulées et lancers de nains roux. Une vie étudiante ponctuée par son addiction à Devil May Cry et son goût des bonnes femmes qu'il tente désespérément d'approcher par sa "voix d'acteur porno". Drôle d'énergumène.

Contacter

Commentaires