Test : Le Seigneur des Anneaux : La Guerre du Nord

Le Seigneur des Anneaux : La Guerre du Nord - PS3

Genre : Beat'em all

Date de sortie : 09 novembre 2011

Genre
Beat'em all
Date de sortie
09 novembre 2011 - France
Développé par
Snowblind Studios
Edité par
Warner Bros. Interactive Entertainment Inc.
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Parfois appelé
The Lord of the Rings: War in the North
Site officiel
Site officiel

Au nord, c’était les corons, la Terre du Milieu, c’était le charbon, le ciel, c’était l’horizon, les hommes, des mineurs de fond. Enième jeu sur la franchise de J.R.R. Tolkien, la Guerre du Nord pourra-t-il nous maintenir le pad en main plus de quelques heures ?

 
 
Déjà plus de quinze jeux sur Le Seigneur des Anneaux depuis la sortie de la trilogie de Peter Jackson au début des années 2000. C’est pas mal, en effet, certains jeux sont bien mieux que d’autres bien que le plus connu reste le MMORPG qu’on a déjà quasiment oublié. Bref, LSDA : La Guerre du Nord nous place dans l’univers des films avec un scénario épique, ou presque. Une elfe, Eradan, Andrien, un humain ainsi que le classieux nain Farin rencontrent Grands-Pas dans l’auberge du Poney Fringant, qui leur indique qu’un hobbit porte un anneau en Mordor et que pendant qu’une guerre approche en Terre du Milieu, il va leur falloir protéger le Nord. Bref, une histoire plutôt quelconque mais qu’importe, ce qu’on veut, c’est taper du gobelin et des orques crasseux.
 

Jeux de nains

Vous choisissez donc un des ces trois personnages, la magie avec l’elfe, l’arc avec l’humain et surtout le combat rapproché avec le nain. Un beat’em all demande de taper dans le tas, et c’est ce que vous ferez. Pas compliqué, vous ne ferez que marteler les deux boutons d’attaque, un pour taper vulgairement, un pour envoyer un coup plus puissant. Ne vous plaignez pas, c’est le genre qui veut ça et tout le jeu est de la même trempe, il faut taper, tuer, c’est tout. A tout ça s’ajoutent tout de même quelques fonctions, comme la possibilité d’entrer en furie pour déclencher un coup spécial, de boire une potion de soin, de se protéger, de sprinter, etc. Tout cela donne un gros défouloir, un massacre continu bien que très brouillon par moments. De plus, vos alliés, souvent en retrait, très idiots, ne feront que vous ralentir dans les combats et vous devrez souvent les sauver d’un statut de ni mort ni vivant. Il est à terre, ne peut rien faire tant que vous ne l’avez pas secouru, mais ne meurt pas si vous l’ignorez. Quelques incohérences auxquelles on peut greffer les bugs de collisions assez fréquents qui bloquent le passage. Si le nain dégage un minimum de charisme, les deux autres personnages s’oublient vite tellement ils sont fades.
 

Bande de cons

Les combats sont brouillons et bourrins, les personnages sont nazes, mais à plusieurs, et heureusement, c’est meilleur, ou moins mauvais, c’est selon. A condition d’accepter les quelques problèmes du jeu, on passe de bons moments à trois, s’éclatant à défoncer de l’orc avec quelques scènes épiques qui donnent envie de rejouer au jeu. Car oui, une fois terminé, en solo ou en multijoueur, on est surpris à vouloir se le refaire, juste pour le plaisir de taper. Ah, j’oubliais de vous parler de l’évolution des personnages. Tout au long de votre quête, vous ramasserez sur les ennemis, dans des caches ou des coffres des objets, armes et armures, que vous pourrez évidemment équiper, vous et votre communauté. De plus, votre personnage gagne en niveau, et donc des coups spéciaux dans plusieurs catégories, que je vous laisse découvrir. L’appât fonctionne donc puisqu’on se surprend, entre deux phases d’action, à fouiller, à arranger son personnage, afin d’être le meilleur sur le champ de bataille. Un concept inépuisable, mais qui fonctionne à merveille.
 

Article rédigé par Robinsoldier , le

Le Seigneur des Anneaux : La Guerre du Nord est ni bon ni mauvais. Jouissif par moment et surtout à plusieurs, il pèche par un manque de finition, un scénario et des personnages sans aucun relief. Mais l’essentiel est là, on y passe du bon temps, à condition d’avoir de vrais amis.

Points positifs

  • Une certaine rejouabilité
  • Le plaisir de tout casser
  • Sympa à Troyes

Points négatifs

  • Chiant aussi, en solo
  • Un scénario à la con
  • Des personnages au charisme zéro
  • Terminé à l'arrache

Commentaires