Preview : NeverDead

NeverDead - PS3

Genre : TPS

Date de sortie : 02 février 2012

Lorsque Konami nous annonce un Third Person Shooter où le héros est immortel, ça éveille nécessairement notre intérêt. Sachant qu'à la direction du projet se trouve Shinta Nojiri, ancien disciple de MONSIEUR Hideo Kojima, nécessairement, on a envie d'en savoir plus. Et ça tombe bien, parce qu'on en apprend pas mal ici.

 
 
Shinta Nojiri était à Paris pour présenter à la presse française son nouveau projet, NeverDead. Manifestement enjoué à l'idée de jouer devant nous pour montrer tout ce que son bébé a dans le bide, on ne tarde pas à lui demander innocemment après quelques minutes de prise en main : "Mais... c'est complètement décalé non ?". Et lui de nous répondre le plus sérieusement du monde : "Non, absolument pas". Silence. Je me demande si j'ai gaffé. Quelques minutes passent, et il devient rapidement évident que l'espiègle chef de projet se fiche bel et bien de nous. Je lui explique le principe du second degré, pas nécessairement évident pour un japonais. Une fois la notion acquise, Shinta Nojiri, petit sourire en coin, me répondra : " Troisième degré alors".
 

They see me rooollin'

Le jeu vous place donc dans la peau de Bryce Boltzmann , un immortel embauché par une agence internationale chassant les démons. Du haut de ses 500 berges, il a un humour ravageur et ne manque pas de raconter quand l'occasion se présente les aventures désopilantes qu'il a vécues à sa coéquipière, Arcadia. Mais entre nous, celle-ci n'est pas toujours très réceptive à ses blagues. Son vrai souci, ce n'est pas son manque d'humour mais plutôt sa capacité à subir les coups ennemis. C'est un petit peu un boulet dans ses pieds puisque si ça ne tenait qu'à nous, on la laisserait sur la carreau pour vivre sa vie d'immortel sans se soucier d'elle. Mais il faut donc compter avec sa si tristement mortelle partenaire, et c'est ainsi la première difficulté à laquelle vous êtes confronté en tant qu'invincible salopard. Mauvaise langue mise à part, la petite a tout de même son utilité, puisqu'elle représente une puissance de feu non-négligeable et permet d'ouvrir quelques portes ça et là. De prime abord, le jeu semble se situer dans les standards graphiques actuels, ni vraiment beau, ni vraiment laid. Mais la diversité des niveaux observés, métro, pont de San Franciso (avec ses voitures), ou encore château abandonné, pourraient probablement facilement faire oublier le manque de finition de certains décors. De plus, on peut supposer que les possibilités que ceux-ci proposent, sur lesquelles nous reviendrons un peu plus tard, ne permettent pas nécessairement de pouvoir travailler les textures de manière beaucoup plus aboutie.
 

Tête qui roule n'amasse pas Bryce

Le gameplay du jeu est pour le moins original. La base est plutôt traditionnelle : en vue à la troisième personne, Bryce possède un flingue dans chaque paluche et une épée dans le dos, plutôt très efficace. Jusque là, rien qui n'ébranle vraiment votre petite routine de fragueur. Mais comme Bryce ne peut pas mourir, il faut lui donner du challenge. Certains ennemis par exemple sont insensibles aux balles et nécessitent de se faire trancher directement au hachoir, d'autres apparaissent en continu jusqu'à ce que vous ayez détruit leur nid... Les décors, quant à eux, sont très souvent destructibles. Ils sont souvent une bonne opportunité de ne pas trop utiliser de balles pour venir à bout des plus coriaces. Et puis, Bryce a la particularité de se faire souvent démembrer dans tous les sens. Quand un monstre lui fonce dessus, on a souvent tendance à se demander quelle partie du corps on va perdre... Un bras ? Une jambe ? A mesure que l'on subit les assauts ennemis, on peut ainsi se retrouver sur une jambe et donc à cloche-pied, sans bras (pas de chocolat), etc. Chaque situation a ses inconvénients bien sûr, puisque n'avoir qu'un bras réduit la puissance de feu, marcher sur une jambe n'est pas très pratique, vous en conviendrez... Et puis dans les cas les plus embêtants, c'est carrément la tête qui saute. Vous vous retrouvez donc à rouler dans la pièce à la recherche du reste de votre corps, avec la timide possibilité de pouvoir rouler très vite sur place pour vous lâcher à pleine vitesse sur les ennemis. Certains crétins y verront un plagiat de Sonic le Hérisson. Pour récupérer ses membres, il suffit a priori de rouler dessus avec son crâne. On peut se retrouver avec une tête et un bras attaché par exemple et continuer son petit bonhomme de chemin jusqu'à trouver les autres membres.
 

Pas de bras, pas de chocolat

Le démembrement est au coeur du gameplay puisqu'il sera aussi possible, par exemple, de tirer avec un bras qui n'est plus relié au reste du corps. Plus rigolo, certains monstres, assimilés à des clébards, sont suffisamment stupides pour aller chercher votre bras si vous le jetez au loin. Attachez une bombe au-dit bras et vous imaginez le résultat... Le statut d'immortel de Bryce lui permet de s'immoler par le feu pour ensuite tirer des munitions enflammées. De plus, on doit reconnaître qu'il est assez jouissif de faire péter les sempiternelles bouteilles de gaz sans avoir à se soucier de sa propre vie, par exemple en les faisant exploser à coups d'épée. Notre héros est le seul immortel, alors autant en profiter pour tout faire péter. Quelques phases d'exploration mettent aussi à profit sa propension à rester en vie malgré tous les coups durs de la vie. On n'hésitera pas à s'électrocuter pour être conducteur de courant et ainsi rétablir un ascenseur, ou encore à se démembrer pour explorer un conduit d'aération avec son crâne. Enfin, pléthore d'options permettront de faire évoluer Bryce. Il pourra améliorer ses compétences au gunfight, à l'épée, mais d'autres possibilités plus originales vous offriront par exemple la capacité d'avoir un 6e sens. Celui-ci se caractérise par un ralentissement du jeu lorsque vous êtes en danger, offrant ainsi la possibilité de se sortir d'un guêpier via ce bullet-time maison. Au final, de très bonnes impressions sur le jeu, malgré une certaine difficulté à vraiment se faire aux commandes. On comprend l'intérêt des deux flingues par exemple mais occuper chaque gâchette ne permet pas de cibler comme dans beaucoup d'autres jeux, et la précision de vos tirs s'en fait ressentir. Enfin, apprenez qu'un mode multijoueurs est prévu mais que des petits soucis de logistiques ne nous ont pas permis de le tester. On sait simplement qu'il est uniquement jouable online et qu'il s'agira de coopération.
 

Article rédigé par JoKeR , le

Si NeverDead n'est pas un des titres les plus attendus de 2012, il semble pourtant que ses nombreuses ingéniosités de gameplay puissent vraiment en faire un bon titre. Reste à savoir si l'originalité du titre peut tenir en haleine et se renouveler tout au long de l'aventure, ainsi qu'à connaître la qualité du multi. Réponse en février prochain.

A propos de l'auteur

JoKeR

JoKeR

35 ans | Rédac' Chef / Touriste.

Passez votre chemin, ce mec est un con. Avis de merde, méconnaissance générale du sujet et pleins pouvoirs sur le site, ce mec est un imposteur. Regardez, je me suis emparé de son compte pour écrire sa bio et à mon avis il ne s'en apercevra jamais ce naze.

Contacter

Commentaires