Preview : The Bureau : XCOM Declassified

The Bureau : XCOM Declassified - PS3

Genre : TPS tactique

Date de sortie : 23 août 2013

Genre
TPS tactique
Date de sortie
23 août 2013 - France
Développé par
2K Marin
Edité par
2K Games
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360

Vous vous souvenez de XCOM ? Mais si, ce jeu de stratégie de MicroPresse du milieu des années 90, qui parlait d’invasion alien. 2K s’est emparé de cette licence pour en faire un come-back digne de ce nom. Non plus en tant que jeu de stratégie, mais un FPS à la Bioshock. Lors de l’E3, nous avons réussi à nous faufiler derrière les murs de 2K pour avoir un aperçu du jeu avant tout le monde.

 
 
Enfin quand je dis avant tout le monde, j’exagère hein. J’étais pas tout seul, il y avait pas mal de monde dans cette petite salle climatisée du stand 2K. Mais, ce n’est pas ce qui importe. Ce qui est important, c’est de voir ce que nous réservent les gars de 2K Marin pour cette séance, et comment la série va évoluer.
Tout commence par la présentation de notre héros et du style du jeu. Il s’agit bien sûr d’un FPS tactique où l’on prendra contrôle de l’agent William Carter, qui est en charge d’enquêter sur les attaques alien qui menacent notre bonne vieille Amérique. Dans un décor résolument 60's, on découvre un portrait de Kennedy, des télés arrondies et bombées, bref un univers qu’on a déjà aperçu dans Bioshock, pour ne citer que lui. L’agent Carter se dirige vers le bureau des missions, où on aperçoit un écran géant avec la carte des Etats-Unis, des zones noires qui indiquent les zones occupées par les aliens, ainsi que des triangles rouges qui représentent les missions qu’on peut sélectionner. Dans la mesure où il s’agit d’un FPS orienté tactique, il faut choisir des coéquipiers qui nous suivrons dans la mission. Ces coéquipiers possèdent un système d’expérience et de leveling qui leur permettra de devenir indispensables. Une fois les coéquipiers choisis, nous voilà partis en mission. D’ailleurs cette mission consiste à enrôler un nouveau personnage, le Dr. Weir, un scientifique hors pair qui va sans doute nous aider à mieux analyser et comprendre la menace alien.
 

Area 51

En arrivant dans cette ville, ce qui frappe avant tout c’est le calme. Pas un bruit, pas une personne qui bouge. Etrange et peu rassurant. Le camp militaire installé non loin de là est désert lui aussi. Du moins silencieux, car des corps gisent parterre, encore fumants. On comprend tout de suite que les aliens sont passés par là et qu’on va sans doute pas tarder à en rencontrer. Et bim, le voilà. Ah non, c’est un humain. Voyons voir ça de plus près… Ah non, c’est bien un alien, déguisé en humain pour mieux se fondre dans le décor. Mais avant qu’on cherche à comprendre, le voilà déjà par terre, avec deux cartouches de fusil à pompe dans le thorax. Dommage. Ce con là a tout de même réussi à alerter ses partenaires, grâce à un signal alien. C’est là que les choses se gâtent. Et c’est là qu’on comprend davantage l’intérêt tactique du jeu. On peut dire à nos coéquipiers où se positionner et ce qu’ils doivent faire. Justement, les hommes en imper beige sont déjà occupés à effectuer des tirs de suppression pendant que je les contourne gentiment afin de supprimer leur bouclier et pouvoir les abattre plus efficacement.
La force du jeu, en plus de l’aspect tactique, c’est de pouvoir collecter la technologie alien. Cette technologie va nous permettre de progresser davantage dans le jeu. En connaissant et en maitrisant leur technologie, on va pouvoir la retourner contre eux. Lorsqu’on désactive une arme alien, on peut décider de l’emmener au labo ou de la redéployer à nos cotés. En fonction du choix qu’on fera, on sera avantagé à court ou à long terme.
Au niveau de la gestion de mort des ennemis, rien n’est encore décidé par l’équipe de 2K Marine. A ce stade, les coéquipiers ne meurent pas. Lorsque leur barre de santé est vide, ils tombent par terre mais on peut les relever à tout moment. Il se peut que par la suite, les coéquipiers meurent définitivement, nous forçant ainsi à mieux les protéger, à garder notre esprit d’équipe mais également nous pousser à recruter davantage d’agents.

 

Article rédigé par Poil de Carotte , le

Ce retour en force de XCOM s’annonce plutôt encourageant. Certes, il ne s’agit clairement pas d’un Bioshock ou d’un Mass Effect, mais l’esprit est là. Les fans de la série (s’ils sont encore vivants) apprécieront le retour de leur jeu fétiche, et les nouveaux joueurs découvriront avec joie le retour de la menace alien. On l’attend de pied ferme pour Mars 2012 sur Xbox 360, PC et PS3.

Commentaires