Test : The Walking Dead : Episode 2 - Starved for Help

The Walking Dead : Episode 2 - Starved for Help - PS3

Genre : Aventure / Point&Click

Date de sortie : En 2012

Genre
Aventure / Point&Click
Date de sortie
En 2012 - France
Développé par
Telltale Games
Edité par
Telltale Games
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Modes de distribution
PlayStation Network

Vous étiez là quand le monde a commencé à partir en vrille ? Vous avez recueilli une gamine, trouvé un groupe avec lequel survivre et investi un motel que vous avez fortifié ? Bien. Il est temps de passer aux choses sérieuses maintenant. Car ce que vous avez vécu n'est rien comparé à ce qui vous attend dans Starved for Help, le deuxième épisode de The Walking Dead.

 
 
On peut dire qu'on l'a attendu celui-là. Entre le final plein de promesses du premier épisode, le teasing venant juste après et l'effroyable silence de Telltale Games quant à la sortie de ce second épisode, on n'en pouvait plus d'attendre. Voilà qui illustre bien la frustration que peuvent causer les jeux épisodiques lorsqu'ils sont réussis. Mais arrêtons là les complaintes pour entrer dans le vif du sujet. Les évènements narrés ici se déroulent trois mois après ceux du premier épisode. On retrouve Lee en train de chasser aux abords du motel avec Mark, un gars qui s'est tapé l'incruste entre temps. On comprend très rapidement que la bouffe vient à manquer et, pour ne rien arranger, les zombies s'attaquent eux aussi au gibier, humain compris. Bien sûr, cette situation à tendance à exacerber les tensions au sein du groupe, Lily et Kenny étant à deux doigts de s'entretuer. C'est à ce moment là que deux types débarquent à la recherche de gasoil, vous proposant de la nourriture en échange. C'est le début des emmerdes. Bien plus sombre que son prédécesseur, ce nouvel épisode comporte son lot de choix, tous aussi difficiles les uns que les autres. Fini les amuse-gueules, on connaît les personnages, on peut désormais se concentrer sur l'essentiel : la survie et ce que ça implique comme choix moralement douteux.
 

« Il y a des rôdeurs dans la grange »

Dans l'ensemble, le titre reste dans la même veine que celle initiée par A new Day. On retrouve donc l'esprit de l’œuvre originale, soutenu ici par une ambiance plus noire et un scénario au rythme plus soutenu. Car l'action se fait plus présente ici, que ce soit par l'intermédiaire des zombies dont la menace plane au dessus de nos protagonistes tel une épée de Damoclès, ou par l'apparition des bandits, individus peu recommandables tuant et pillant leur prochain pour de la nourriture ou toute autre denrée essentielle à leur survie. Mais ce n'est pas pour ça que le titre néglige les rapports que vous entretenez avec vos compagnons d'infortune, bien au contraire. Plus que jamais, le titre vous met dans des positions impossibles, vous demandant de faire des choix aux conséquences irréversibles sans vous laisser le temps de peser le pour et le contre. Ceux-ci détermineront l'évolution de vos relations avec Lily et Kenny principalement, ces derniers vous demandant de prendre parti dans leurs querelles incessantes. Et vous aurez beau tenter d'arrondir les angles, vous en décevrez toujours un des deux. Si cette mécanique binaire est simpliste sur le papier, elle est très bien intégrée. En effet, nombre de ces choix ne mettent pas en opposition directe les deux personnages. Et quand c'est le cas, la limitation de temps ne vous laisse pas le temps d'y penser, et donc de calculer votre coup. Mais vous avez toujours la possibilité de suivre vos propres valeurs morales, sans tenir compte de ce que pensent vos compères. Au fond, c'est encore ce qu'il y a de mieux à faire.
 

My darling Clementine

Mais il ne faut pas non plus oublier Clémentine. Toujours aussi attachante, cette dernière sera plus difficile à préserver que jamais. Entre la faim qui divise le groupe, notamment lorsque la question de la distribution de la nourriture se pose, et les menaces extérieures, vous aurez du mal à la protéger de l'horreur du monde qui vous entoure. Et si vous n'y prenez pas garde, vous risquez de vaguement la traumatiser. Ceci étant dit, rien ne vous empêche de l'éduquer à la dure et de ne rien lui épargner. Mais dans tous les cas, le titre arrive à créer chez le joueur un très fort attachement à ce personnage fragile. Ce qui donne lieu, lorsque l'on doit s'en séparer, aux deux minutes les plus longues de l'histoire du jeu vidéo. La bande-son participe également à donner cet aspect sombre et inquiétant au titre. L'orage qui approche, les gémissements au loin, le travail effectué par les équipes de Telltale à ce niveau là est indéniable. On a cependant pu prendre le mixage en défaut à un moment donné, la musique étant trop en retrait. Heureusement, cela reste ponctuel et ne concerne qu'un court passage du jeu.
Tant qu'on est dans les points négatifs, le titre souffre encore d'une optimisation largement perfectible, certains ralentissements ayant été notés. On a même pu constaté un freeze de quelques longues secondes.
 

Article rédigé par pattoune , le

Ce Starved for Help tient toutes les promesses faites par son aîné. Des choix toujours plus difficiles, plus d'action et une tension permanente dans une ambiance plus sombre que jamais, tel est le programme de ce nouveau volet de The Walking Dead. Il souffre cependant des mêmes défauts techniques qui, heureusement, n'altèrent que très peu le plaisir de jeu. Bref, on n'en peut déjà plus d'attendre l'épisode 3, dont la sortie est prévue pour la mi-août.

Points positifs

  • Plus sombre et inquiétant que jamais.
  • La paranoïa ambiante.
  • Clémentine, qui vous fera vivre les deux minutes les plus longues de votre vie de gamer.
  • La qualité d'écriture.

Points négatifs

  • Une optimisation aux fraises, encore une fois.
  • On veut le troisième épisode maintenant.

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

33 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires