Test : Call of Duty : Modern Warfare 3 - Collection 2

Call of Duty : Modern Warfare 3 - Collection 2 - PS3

Genre : DLCs de COD : MW3

Date de sortie : 21 juin 2012

Genre
DLCs de COD : MW3
Date de sortie
21 juin 2012 - France
Développé par
Sledgehammer Games
Edité par
Activision
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Modes de distribution
PlayStation Network

Après un premier pack de DLCs en demi-teinte, Activision revient à la charge deux mois plus tard avec son Collection 2 très attendu des fans de la franchise. Après tout, il faut bien rappeler que Modern Warfare 3 s’impose comme l’épisode de la saga proposant le plus de contenu additionnel, ce qui promet un résultat final varié et plaisant. Enfin, si seulement ce n’était pas aussi cher…

 
 
Quinze euros, c’est la somme d’argent que vous devrez dépenser pour acquérir ce deuxième pack pour Modern Warfare 3. Bien sûr, si vous être inscrit à Call of Duty : Elite, vous avez déjà tout eu avant tout le monde, donc vous, hein, voilà. Les autres, qui hésitent encore à lâcher la monnaie, lisez attentivement la phrase suivante : C’EST TROP CHER POUR CE QUE C’EST. Ayé. Nous n’avons pas dit que c’était mauvais, nous avons simplement dit simplement qu’encore une fois, Acti’ a un peu tendance à nous prendre pour des… m’voyez quoi. Pourquoi ? Vous verrez ça dans les lignes suivantes.
 

Ne me dîtes pas qu’il n’y en a que trois

Et bien si, on vous le dit : trois maps, c’est tout ce qu’il y a en plus de ce côté. C’est également une map de moins que la précédente Collection, et des maps qui n’ont rien de vraiment originales… La première, Foundation, nous place dans une zone de travaux verdâtre assez vaste et assez encombrée. Au centre se trouve une grande plate-forme au multiples étages : on a vite fait de se faire dézinguer sans trop comprendre pourquoi. Un poil bordélique sur les bords, cette carte a le mérite d’être entrecoupée de multiples chemins, ce qui peut parfois être un avantage pour surprendre un adversaire (ce qui est moins drôle quand cela vous arrive à vous). Mais, encore une fois, il n’y a rien ici de novateur… Visuellement, l’environnement est triste, et à ce stade du jeu, il n’y avait que cela pour différencier Foundation des autres maps. Tant pis.
 
 
Sanctuary, elle, a le mérite de proposer un cadre « original » pour un Call of Duty puisqu’il se déroule autour d’une église. Si l’est possible de combattre dans le hall, ce qui a le mérite d’être assez rigolo compte tenu du type de jeu, il est également faisable de buter des gens dans un cimetière (ce qui est plutôt adapté), sur un pont de pierre bien dangereux puisque très exposé ainsi que toute les autres zones plus classiques entourant l’édifice. Bref, l’environnement est sympatoche, et bien qu’assez terne en terme de couleurs, on prend plaisir à exploser des têtes devant les cierges ou à balancer un missile Predator sur un groupe de campeur en plein milieu d’un cimetière. Malgré tout, cela reste assez limité puisque ce ne sera surprenant qu’une fois … La suite, vous la connaissez : on s’y habitue bien vite et l’on demande quelques chose de plus original encore. Bref…
 
 
Enfin, Oasis nous largue dans un hôtel prestigieux en plein désert. Mosaïque géante, grande fontaine, soleil tapant, ici, les couleurs sont vives et il y a un arrière-goût de vacances. Un séjour rythmé puisqu’il consiste, évidemment, à se tirer dans la gueule à tout va. La map n’est pas très vaste, une ligne droite parsemée de petits endroits et pièces sur les côtés et au centre, mais elle diffère en sa fraîcheur et son action instantanée. Certainement la carte la plus réussie des trois qui, sans pour autant casser trois pattes à un canard, parvient à nous proposer des parties très explosives. Si l’on reste malgré tout loin de l’architecture et des éléments destructibles du chantier d’OverWatch, Oasis est légèrement au-dessus des deux autres cartes… Enfin, sachez qu’il est possible de jouer sur ces trois maps en mode « Survie » avec ou sans un ami, ce qui s’avère, comme d’habitude, toujours aussi fun.
 

Moi je snipe, toi tu vas sur le terrain te faire dézinguer, d’accord ? Hein ?

À l’instar de la Collection 1, ce pack de DLCs comprend aussi deux missions Spec Ops, jouable seul (et il n’y a aucun intérêt) ou en coopération (et là, c’est bien sympatoche). La première aventure, nommée « Special Ops Kill Switch », se voit plutôt variée puisqu’elle propose des phases de sniper, de terrain classique, de shoot aérien, puis d’affrontements face aux mastodontes… plutôt costauds. Bon, en réalité, il n’y a qu’un seul des deux gamers qui se mettra bien puisque pendant que l’un galèrera à se taper les douzes milles militaires rebelles au sol, l’autre sera confortablement logé en haut d’une passerelle à sniper tout ce qui bouge, puis à éclater à peu près tout et n’importe quoi à l’AC-130 pour, enfin, se faire dézinguer par un hélicoptère lors d’une séquence holywoodienne et se retrouver enfin au sol lui aussi (sachant que c’est pour se battre contre des hommes et deux mastodontes, il aurait dû rester en haut). Bref, cette mission est franchement plaisante du point de vu de sa variété, mais… qu’est-ce que c’est court. En Vétéran, qui pour rappel est le mode de difficulté le plus haut, on a beau recommencer quelques fois, on torche la mission en une toute petite dizaine de minutes. Argh, c’était bref, dommage…
 
 
L’autre mission, Iron Clad, consiste à protéger un char d’assaut et à le faire traverser un champ de bataille sans qu’il ne soit détruit. L’un se placera dans le char, qu’il pourra piloter (oui, mais non, on peut juste le faire avancer et reculer sur une direction toute prédéfinie) et utiliser comme arme, et l’autre sera au sol et aidera comme il pourra. Encore une fois, il y en a qui se met vraiment bien. Puisque pendant que l’un galèrera et se prendra tout dans le gueule, l’autre sera protégé dans un blingé, tirera à tout va à a gatling et défoncera les groupes d’ennemis et véhicules au canon. C’est rigolo, mais c’est pas juste, quand même ! Bref, cette mission n’est pas bien dure, même en vétéran, et se termine en moins de dix minutes. Moins raffolante que la précédente, elle s’avère plus classique : aller d’un point A à un point B en tuant tous les ennemis, on a franchement vu plus original…
De plus, les quelques trophées sont d’une difficulté enfantine, généralement, terminer chacune des deux missions en vétéran suffit à tout débloquer d’un coup. C’est décevant, car c’est bien ce point qui aurait pu augmenter une durée de vie déjà faramineuse…

Article rédigé par Naxi , le

Mais, il est où le contenu ? On gueulait déjà pour celui de la Collection 1 qu’Activision nous en fout ici encore moins. Au final, si quelques éléments restent intéressants, le tout s’avère bien trop maigre et ne mérite certainement pas ses quinze euros, somme astronomique pour un aussi petit pack de DLCs. Allez, la prochaine fois, on espère que vous ferez mieux.

Points positifs

  • Oasis est rafraîchissante
  • Sanctuary propose un cadre sympa
  • Special Ops Kill Switch est variée

Points négatifs

  • Les deux missions sont beaucoup trop courtes, et il n'y en a que deux
  • Que trois maps !
  • À ce prix, ça fait mal aux fesses. Vivement une réduction.

A propos de l'auteur

Naxi

Naxi

22 ans | Chasseur de cool

Guinness, Bacardi et 9mm : âgé de 20 ans, Naxi est le testeur le plus jeune de l'équipe. Embauché dès l'âge de quinze piges dans la rédaction, il se débrouille pour écrire sur sa passion entre deux soirées alcoolisées où se mêlent Tekken buveur, basses acidulées et lancers de nains roux. Une vie étudiante ponctuée par son addiction à Devil May Cry et son goût des bonnes femmes qu'il tente désespérément d'approcher par sa "voix d'acteur porno". Drôle d'énergumène.

Contacter

Commentaires