Test : F1 Race Stars

F1 Race Stars - PS3

Genre : F1 miniatures

Date de sortie : 14 novembre 2012

Genre
F1 miniatures
Date de sortie
14 novembre 2012 - France
Développé par
Codemasters
Edité par
Codemasters
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Modes de distribution
Boutique
PEGI
 Interdit aux moins de 3 ans
 Jeu en ligne

La licence de Formule 1 doit coûter un paquet de pognon à Codemasters. Puisqu'en plus de sa série de simulation très réussie, le développeur anglais éprouve le besoin de sortir un autre jeu exploitant ladite licence, dans un style cartoon et au gameplay arcade. Là, les petits jeunes commencent à flipper. Mais qu'est ce que c'est que ça ? Les vrais, eux, ils savent. Ils se souviennent des débuts de la boîte avec des titres excellents tel que Micro Machine. Et aussi doué que soit Codemasters dans le registre de la simulation, ce retour dans l'arcade pure et dure laisse rêveur.

Test effectué à partir d'une version Xbox 360

 
 
F1 Race Stars prend la forme d'un jeu de kart, s'aventurant ainsi sur le terrain de l'intouchable Mario Kart. On se retrouve donc au volant de mini-Formule 1, sur des circuits délirants. Ces derniers étant inspirés de ceux étant réellement parcourus par les pilotes cette saison, ils gardent une certaine identité, en rapport avec leurs homologues réels. Ainsi, on retrouvera l'enchainement de virages dans la cuvette de Spa-Francorchamps, le tracé de Singapour est urbain et nocturne, tandis que celui de Monza vous donnera l'occasion d'admirer des édifices à l'architecture romaine. À côté de ça, vous aurez droit à vos quota de loopings, virages inclinés à la verticale et autres sauts délirants. Le tout bénéficie d'un design cartoon du bel effet et d'une réalisation toute aussi soignée. Avec des effets climatiques du plus bel effet, ayant un impact réel sur l'adhérence des véhicules. Le seul réel problème concernant l'habillage et la réalisation du titre est son thème principal. Celui-ci semble venir d'un autre temps, et constitue une réelle faute de goût. Un autre petit souci avec l'habillage du titre est la redondance des animations, que ce soit en début de course ou sur le podium, à la fin des championnats. Mais ces dernières pouvant être aisément coupées, ce n'est pas vraiment un souci.
 

Exploitation de licence

Outre les circuits officiels, le titre de Codemasters propose également les pilotes officiels et les écuries qui vont bien. Vous retrouverez donc Sebastian Vettel, Lewis Hamilton et toute leur clique. Mais il y a aussi quelques pilotes fictifs, ou plutôt fictives, puisque dans un souci de parité, les développeurs ont ajouté quelques pilotes féminins. Si leur présence au casting surprendra les connaisseurs, il faut bien reconnaître qu'elles ne jurent pas au milieu des autres. Et qui plus est, le jeu s'adresse davantage au grand public qu'aux amateurs de Formule 1. Du coup, on ne va pas cracher dessus. Notez enfin qu'il est possible de mettre son propre avatar Xbox Live aux commandes du bolide. Notez aussi qu'à chaque écurie correspond un avantage particulier en course. Les pilotes d'une écurie auront droit à un bonus de boost lorsqu'ils prennent l'aspiration, alors que d'autres seront moins pénalisés s'ils s'aventurent à faire du hors-piste.
 

Quoi de neuf ?

Comme dans le titre de Nintendo cité plus haut, vous pouvez collecter des items qui vous aideront à obtenir la première place. La plupart ne sont pas franchement originaux. On retrouve l'équivalent des carapaces vertes et rouges, des peaux de banane, etc... On note tout de même qu'on peut appeler la voiture de sécurité pour ralentir le leader. Dans le même ordre d'idée, ce dernier pourra subir le courroux d'un orage localisé sur sa petite personne, lui infligeant une perte d'adhérence non négligeable. Rien de vraiment original donc, mais au moins, on a du solide.
Pour ce qui est de la conduite, en revanche, on s'écarte franchement du modèle japonais. En effet, point de drift ici, il vous faudra ralentir, voire freiner, à l'entrée des virages. La conduite est donc moins immédiate, mais gagne (très) légèrement en profondeur. Pour ce qui est des boosts acquis lors de longs dérapages, ils sont ici remplacés par le kers. En gros, lorsque vous ralentissez dans une zone donnée, généralement située dans un virage, vous accumulez du boost qui se déclenche automatiquement à la sortie de ladite zone. Les karts subissent également des dégâts qui en détériorent les performances. Il est néanmoins possible de réparer votre véhicule en prenant des chemins spécifiques et clairement indiqués si vous en avez besoin.
 

Un gros souci d'équilibrage

La conduite en elle-même est plutôt correcte, même si on est souvent amené à beaucoup ralentir pour des virages qui ne le justifient pas vraiment. D'autant plus que l'I.A. passe ces mêmes virages à toute berzingue. Ce qui nous amène au gros défaut du soft : son I.A. complètement cheatée. Si ce défaut n'est pas flagrant dans les deux premiers modes de difficulté,qui offrent déjà un challenge relevé, il reste que de voir les collisions tourner systématiquement en faveur de l'I.A. est franchement frustrant. Il en est de même pour les départs éclairs. Tous vos concurrents en font un à chaque fois. Dans ce cas-là, à quoi sert-il ? Mais le pire reste quand on passe au niveau de difficulté maximal, en 3000cc. Là, vous aurez beau enchaîner tous les boosts de la Terre, peaufiner vos trajectoires à l'extrême, vous aurez toutes les peines du monde à rattraper le pilote devant vous. Qu'il s'agisse du premier ou de l'avant dernier. Sans parler du fait que vous vous prendrez tous les items de la Terre dans la gueule. Le titre s'adressant à un public familial, on se demande à quoi rime une telle difficulté. D'autant plus que le titre propose suffisamment de contenu pour offrir de nombreuses heures de jeu sans avoir à augmenter artificiellement la durée de vie avec ce genre d'artifice.
 

Article rédigé par pattoune , le

Quand on repense à des titres tel que Micro Machines, et qu'on s'essaie à ce F1 Race Stars, une question s'impose à nous : que s'est-il passé ? En effet, le titre cumule de nombreuses qualités comme son habillage cartoon, ses tracés loufoques et son gameplay solide, bien que pas vraiment original. Alors comment le studio anglais a-t-il pu autant se gaufrer sur l'équilibrage de son jeu ? Cela reste un mystère. Quoiqu'il en soit, s'il aurait pu être excellent, F1 Race Stars n'est qu'un jeu de kart sympa, sans plus. A essayer si vous n'avez rien de mieux sous la main.

Points positifs

  • Une réalisation en béton
  • Vos pilotes préférés en mode cartoon
  • Les circuits

Points négatifs

  • Une difficulté trop élevée en 3000cc
  • Une I.A. cheatée
  • Le départ éclair qui ne sert à rien
  • Le thème principal
  • La victimisation du joueur

A propos de l'auteur

pattoune

pattoune

34 ans | Ours savant

Davantage ours que savant, ce con n'a pas compris que l'hibernation c'est en hiver. Résultat, il reste cloitré dans sa grotte à longueur d'année. Ce qui arrange bien du monde. Mais ce n'est pas un mauvais bougre. Il est même plutôt drôle à l'occasion. C'est souvent à ses dépens mais chut, il faut pas le dire. Ayant été récemment rattrapé par l'eau courante et l'électricité, il est désormais en mesure, après avoir difficilement assimilé les bases de l'hygiène corporelle, de nous livrer tests, news et autres contenus enchanteurs. Il nous reste plus qu'a espérer qu'il ne lui vienne pas l'idée de faire prendre un bain à son PC... Trop tard.

Contacter

Commentaires