Test : Rain

Rain - PS3

Genre : Errances pluviales

Date de sortie : 02 octobre 2013

Genre
Errances pluviales
Date de sortie
02 octobre 2013 - France
Développé par
SCE Japan Studio
Edité par
Sony Computer Entertainment
Disponible sur
PS3
Modes de distribution
PlayStation Network

L’histoire d’un petit garçon invisible dans un monde pluvieux. Présenté comme ça, cela passe au pire pour une très mauvaise idée de jeu pour les personnes très terre-à-terre (bonjour la lisibilité de l’action), au mieux comme vaguement intriguant pour ceux qui sont un peu borderlines. En tout cas, c’est un vrai jeu qui s’appelle Rain et qui arrive en exclu sur le PSN. On vous laisse deviner dans quelle catégorie de personnes on se trouve.

Test effectué à partir d'une version PS3

 
 
Le Playstation C.A.M.P. est bien décidé à nous proposer des expériences originales sur la console de Sony. Déjà responsables du remarqué Tokyo Jungle, ils reviennent à la charge avec un Rain contemplatif à souhait. Un jeu qui, mine de rien, s’inscrit dans ce qui commence à être une lignée de jeux « artistiques » chez Sony comme Journey, Ico ou bien The Unfinished Swan. Il y a un peu de tout ça dans Rain et bien plus encore. On va donc ressortir la phrase : « Si vous n’étiez pas convaincu que le jeu vidéo était un art, Rain devrait vous en convaincre ». Et pour le prouver, rien de mieux qu’un test/analyse de ce fantastique jeu qu’est Rain. Oui, c’est grillé, on a aimé le jeu et le pourquoi du comment est ci-dessous.
 

Rain drops keep fallin’ on my head

La force de Rain est d’avoir un parti pris visuel fort, de s’y tenir et d’en faire quelque chose de beau. Ce jeu est un pari car présenter des tableaux exclusivement sous la pluie et dominés par des teintes bleutées très tristes aurait facilement pu lasser très vite mais il n’en est rien. Les créateurs ont décidé de proposer des environnements variés (un cirque, une usine, une église…) et ont opté pour un découpage en tableaux fixes comme dans Resident Evil, ce qui rend chacun de ces plans unique. On prend bien le temps de les traverser pour les admirer et faire whaow. Une ambiance renforcée par de magnifiques musiques toutes en retenue mais néanmoins marquantes. Pourtant, tout part d’un point de départ simple : représenter un monde sous une pluie constante et c’est bien la force du jeu. Une simplicité que l’on retrouve dans l’histoire du jeu : un garçon voit une petite fille invisible poursuivie par un monstre tout aussi invisible mais ils sont sous la pluie ce qui lui permet de les voir. Il les poursuit donc jusqu’à une porte magique qui le transporte dans ce monde où une pluie constante irrigue toutes les rues. Et accessoirement, il est aussi devenu invisible. Tout cela permet d’aborder une thématique simple : les peurs de l’enfance. Cela commence avec celle évidente des monstres mais c’est bien plus que ça. C’est même les peurs de l’enfance qui restent à l’âge adulte : la solitude, le fait de perdre un être aimé, être perdu dans l’inconnu… Plein de choses bien connues de tous et qui font que le jeu touche le joueur assez profondément. L’utilisation de la bonne vieille mécanique du survival-horror que sont les différents plans imposés à mesure que l’on avance dans ce monde ne fait qu’aller dans ce sens : qu’est ce qui nous attend au coin de la rue ? L’utilisation de décors assez banals d’une ville (assez européenne qui plus est) sous la pluie ne fait que renforcer ce sentiment de peur que l’on pourrait qualifier de banale.
 

I’m thinking in the rain

Bon, c’est bien beau toutes ces considérations artistiques mais un jeu doit quand même avoir quelques interactions à proposer (dédicace David Cage cœur avec les mains…) et c’est là une autre grande force du jeu. La pluie n’est pas qu’un gimmick visuel mais donne lieu à de bonnes idées de gameplay. Lors de sa progression, le jeune héros devra faire face à des ennemis qu’il est impossible de tuer (histoire de renforcer la thématique des peurs) et quelques énigmes. Le jeu est donc un mix d’infiltration (en quelque sorte) et de réflexion avec plein de bonnes idées de gameplay. On commence par exemple avec la plus simple : pour éviter les ennemis, il faut passer sous les abris pour qu’ils ne nous voient pas. C’est simple mais à partir de cette idée il va y avoir pas mal de variantes bien vues et qui ne seront pas dévoilées ici tant cela fera office de spoiler. C’est vraiment un jeu dont il faut faire l’expérience que ce soit pour son propos, sa patte artistique ou pour son gameplay.
 
 
On rajoutera que le jeu est plutôt lisible (et c'est un exploit) même s'il y a des passages un peu confus. On pourrait pinailler et dire que le jeu est trop court et trop facile. Trop court, cela se défend un peu. Avec une durée de vie de 3 heures, on aimerait vraiment en avoir plus vu que l’expérience est formidable. Cela dit, une fois le jeu fini une fois, on débloque la quête de 24 souvenirs cachés dans les niveaux pour une deuxième balade pluvieuse. Taxer le jeu de facilité est plus discutable. En effet, le but des développeurs est de proposer une expérience de jeu où l’émotion et le feeling tiennent une place importante, y incorporer des passages difficiles empêcherait les développeurs de délivrer leur message et d’imposer leur ambiance au jeu.
 

Article rédigé par Neo , le

Bref, Sony a encore fait un pari qui paye. Il a cru au projet de personnes assez folles pour avoir l’idée d’un jeu qui conte l’histoire d’un gamin invisible dans une ville constamment sous la pluie. Et Dieu merci puisque le résultat est brillant, original et rafraichissant (normal avec de la pluie). Le jeu est donc beau aussi bien visuellement qu’au niveau de l’histoire ou des thèmes abordés et se sert de sa particularité visuelle pour proposer de bonnes idées de gameplay. Seul bémol, le jeu est trop court pour le prix (12,99 euros) et surtout car c’est un vrai plaisir de le faire. Mais quoi qu’il en soit, c’est encore un bon jeu qui change des canons habituels et finit de prouver que le jeu vidéo est bien un art.

Points positifs

  • C'est beau la pluie qui tombe sur la ville
  • Des thématiques intéressantes et bien traitées
  • La pluie n'est pas qu'un gimmick visuel mais donne aussi de bonnes idées de gameplay
  • Une aventure touchante

Points négatifs

  • Trop court
  • Trop facile mais en fait non c'est pas valable
  • Quelques passages où la lisibilité peut laisser à désirer

A propos de l'auteur

Neo

Neo

29 ans | L'élu des gamers

Après avoir détruit la matrice, Neo s'est dit « Pourquoi pas bosser sur GameHope ? ». Un nouveau défi pour l'élu. Après sa victoire incontestable, le monde réel lui paraissait fade et il est retourné dans le virtuel. Il est d'ailleurs en permanence branché à une PS3 en intraveineuse. Egalement passionné de cinéma, on le reconnait à ses yeux injectés de sang à force de passer des heures devant les écrans. Il a malgré tout réussi à apprendre à écrire et, afin de devenir le prochain Victor Hugo, expose sa prose sur GameHope.

Contacter

Commentaires