Test : Bioshock Infinite : Tombeau sous-marin - Épisode 1

Bioshock Infinite : Tombeau sous-marin - Épisode 1 - PS3

Genre : FPS

Date de sortie : 12 novembre 2013

Genre
FPS
Date de sortie
12 novembre 2013 - France
Développé par
Irrational Games
Edité par
2K Games
Disponible sur
PC, PS3, Xbox 360
Modes de distribution
PlayStation Network
PEGI
 Interdit aux moins de 18 ans
 Violence

Après la belle claquette derrière les oreilles infligée par le somptueux scénario de BioShock Infinite, et plus généralement de l’excellente expérience de jeu offerte par ce 3è opus, "Tombeau sous-marin" est attendu au tournant. Se déroulant cette fois dans Rapture, mais avec les protagonistes d’Infinite, ce DLC nous promet une découverte de la ville avant sa déchéance, et un nouveau tournant pour l’histoire d’Infinite. Alors, à quoi doit-on s’attendre ?

Test effectué à partir d'une version Xbox 360

 
 
Si vous n’avez pas fini Bioshock Infinite, je vous conseille de vous en aller tout de suite, bande de jeunes fifrelins. Allez hop on change de page on va sur youporn ou adibou. Voilà, maintenant qu’on est entre grandes personnes, on peut commencer.

Si vous comptez faire acquisition de ce DLC, il y a de fortes chances pour que vous soyez fan de la série et que vous vous attendiez donc, vu le niveau d’excellence d’Infinite, à un traitement équivalent. Eh bien sachez qu’en tant que fan vous y retrouverez peut être votre compte, mais tout de même avec un léger goût amer.
 

Rapture, c’est tout d’même bin bô

Oui, la première chose qui nous a mis l’eau à la bouche pour ce DLC , c’est bien évidemment d’avoir la chance de gambader dans un Rapture encore au mieux de sa forme. Ou plus exactement très peu de temps avant que ça parte en maxi bordel. Sur ce point là, vous ne serez pas déçu. C’est beau, et enfin ! nous pouvons voir de nos propres yeux la ville d’Andrew Ryan à l’apogée dégringolante de sa beauté (combo mot compte triple).
 

C’est beau mais ça dure 3 minutes, comme toi au lit OLOL

Quel bonheur donc. Ouiiii ça fait plaisir de voir ça, oui on aime prendre son temps à regarder chaque détail de la ville. Oui mais ça dure 20 minutes à tout casser. Bon allez, 30. Et encore, 30 en prenant son temps hein. Après, finito, 'a plus Rapture. C’est direction chez Fontaine et c’est le Rapture qu’on connaît, avec plein de gens qui veulent vous refaire le portrait à leur manière. Donc bon, c’est bien sympa tout ça, mais ça dure très peu de temps. Heureusement il y a d’autres choses relativement cools dans ce DLC, et d’autres .. beaucoup moins. Remarquez cette fantastique transition journalistique pour vous parler maintenant du scénario, messieurs dames ! Je m’aime d’amour du love.
 

Transition super transitionnable

Car ce que l’on attend fébrilement également, c’est la suite ! La suite d'Infinite ! Et laissez moi vous dire … bah que c’est pas génial. Ne me sautez pas tout de suite à la gorge bande de groupies de Ken Levine, laissez moi vous expliquer : OUI, la trame est relativement intéressante pendant toute la durée du DLC. Le twist de fin est relativement bien pensé et évidemment très surprenant, SAUF QUE, tout est fait pour que pour l’instant, entendez par là en attendant la suite (episode 2, donc), on n’y comprenne rien. Donc mise à part les quelques théories que vous pourrez échaffauder dans votre coin ou celles que vous pourrez trouver sur le net, vous n’aurez rien. Parce qu’il n’y a rien. Il y en a juste un peu pour vous pousser à acheter l’épisode 2. En attendant les questions se multiplient, pourquoi comment de qui de quoi de ou ... Mais tous ces questionnements sont ils justifiés et justifiables, où est-ce pour faire tourner la cash machine 2k ? Car, découverte de la ville de Rapture mise de côté, et la suite du scénario qui pourra intriguer, il n’y a pas grand chose à garder de ce DLC.
 

C’est pareil qu’avant mais en moins bien

Pendant les 1h30 de ce DLC (je préfère le dire très vite comme ça ça fait moins mal), passée la découverte de Rapture, vous aurez évidemment le droit à quelques combats. Combats qui malheureusement ont un très, très pesant sentiment de déjà-vu. Cela irait encore si les combats étaient aussi bons que dans Infinite, par exemple, mais malheureusement ce n’est pas le cas. Il manque le peps de l’opus, et on avance de salles en salles et de couloirs en couloirs, pour trouver le bon plasmide qui nous permettra d’avancer dans de nouvelles salles et de nouveaux couloirs. Bref, on s’ennuie un peu. Et ce n’est pas le « combat final » qui réhaussera le tout, d’une facilité désopilante grâce à l’ajout d’un outil venant de Columbia (que je vous laisse deviner), et ce même en mode 1999.
 
 
Maintenant, il ne faut pas oublier que ce DLC coûte pas moins de 14,90 euros. Et honnêtement, pour le temps de jeu qu’il représente et la valeur ajoutée apportée, c’est un peu fort de café. Certes, vous y trouverez peut être votre compte si vous êtes un fan inconditionnel et que votre souhait de voir Rapture en pleine santé hante vos nuits, mais même avec ça, vous aurez probablement un petit mal aux fesses une fois les crédits balancés. C’est court, pas folichon, et très décousu (volontairement, coquin de Levine) question scénario.
 

Article rédigé par Supapinz , le

Court, pas exceptionnel et vous laissant avec plein de questions ; Même si le fait de poursuivre l’aventure BioShock a quelque chose de grisant, on ne peut qu’être déçu de la légèreté du contenu. Vivement l’épisode 2, paraissant bien plus prometteur, pour rattraper le coche.

Points positifs

  • Raptuuuure ! (...)
  • La suite d'Infinite ! (...)
  • Elizabeth en femme fatale

Points négatifs

  • (...) Oui mais 30 mins
  • (...) Mais un peu léger
  • Très court !
  • Apéritif de l'épisode 2

A propos de l'auteur

Supapinz

Supapinz

29 ans | Meilleur que toi, pédé. LOLZ

Quand il ne fracasse pas des tronches de jeunes mondains dans les beaux quartiers de Paris, Supapinz passe le plus clair de son temps à faire du skate à grosses roues tout en jouant à sa Game Gear première version, sans regarder la route, parce qu'il est badass comme ta soeur. Des fois, quand il a besoin d'argent pour payer des pu... des meufs sympas, il dessine des trucs pour les entreprises et il réfléchit à des concepts de merde avec son cerveau plein de drogues de synthèse. Et une fois qu'il a éclaté des bouteilles sur les tronches des videurs des boîtes dans lesquelles il va, il joue à la console pour te casser la gueule sur le réseau. Amour.

Contacter

Commentaires